mardi, 29 novembre 2022

L’AFME appelle à une réflexion sectorielle sur le raccourcissement des cycles de règlement en Europe

L’Association des marchés financiers en Europe (AFME) a ​​en fait publié un tout nouveau document expliquant si l’ doit passer à un cycle de règlement d’un jour, évaluant les avantages et les difficultés d’une réduction.

Les préparant un transfert vers le T 1 au cours des deux prochaines années, la discussion s’est en fait naturellement déplacée vers l’ et sur la nécessité d’effectuer un changement comparable.

L’ est passée du T 3 au T 2 en 2014, tandis que les ont effectué exactement la même relocalisation en 2017.

Les complexités autour des marchés européens – une pléthore de devises, des installations de marché et des structures juridiques uniques – suggèrent qu’il y a beaucoup plus à prendre en compte lorsqu’il s’agit de passer au T 1 qu’aux États-Unis.

Les conversations des 12 derniers mois en ont en fait vu peu d’acteurs du marché revenir au T 1 dans un avenir immédiat, avec plusieurs les préoccupations exprimées concernant la préparation opérationnelle et l’accent mis sur les problèmes existants concernant les lignes directrices – – comme le CSDR– et le système T2S.

Le papier de l’AFME prévoit de fournir quelques réflexions préliminaires sur 2 préoccupations majeures : l’ doit-elle passer au T 1 ? Et si oui, comment y parvenir ? Dans ses réponses se trouvent un mélange d’avantages et d’obstacles.

Les avantages mis en évidence par l’AFME consistaient en : une réduction des risques, une réduction substantielle des dépenses associées et le maintien de l’alignement international.

Par conséquent, l’association a déclaré qu’elle soutenait une méthode consciente et a appelé à une évaluation complète des risques et des avantages.

« Un transfert de marché vers T 1 suivrait la tendance historique vers des cycles de règlement plus courts et pourrait entraîner une réduction du marché menace et les dépenses associées », a déclaré Pete Tomlinson, directeur du post-marché à l’AFME. « Néanmoins, un transfert vers T 1 pourrait être la migration la plus difficile à ce jour en raison du fait qu’il éliminerait le juste jour de l’entreprise entre la négociation et le règlement, produisant une pression importante sur les opérations post-négociation, en particulier pour les participants internationaux.

« Les obstacles à un règlement rapide dans le modèle existant doivent être pleinement compris et résolus avant que l’ puisse passer à T 1. Une méthode précipitée ou non coordonnée est susceptible d’entraîner une augmentation des menaces , les coûts et les insuffisances, notamment compte tenu de la nature distincte des marchés européens qui ont de nombreuses infrastructures de marché et cadres juridiques différents. Pour ce facteur, l’AFME demande la création d’un groupe de travail de l’industrie pour mener une évaluation approfondie des avantages, des dépenses et des difficultés de l’adoption du T 1. »

Le règlement a en fait été un sujet important au cours des au cours des 24 mois précédents en Europe, avec des taux d’échec particulièrement élevés et l’atterrissage de la réglementation CSDR : mise en œuvre d’exigences de déclaration et de frais imposés aux individus du marché pour les transactions échouées.

Offert ces problèmes persistants et le précédent déploiement du système de règlement paneuropéen Utilisant la meilleure partie d’une année, les experts ont généralement exprimé leur aggravation lorsqu’ils ont été invités à parler de l’idée de réduire maintenant les délais de règlement sur le continent.

Inquiétudes concernant les opérations sur titres, les actions transfrontalières et les opérations de change ont en fait été mis en évidence dans le passé, mais les difficultés opérationnelles sont souvent le plus grand inconvénient d’une telle relocalisation, en plus de la coordination de nombreux pays.

L’AFME a appelé à la création d’un groupe de travail pour explorer le passage au T 1, qui est une délocalisation inévitable ; néanmoins, il semble que ce différend pourrait durer quelques années avec un air de frustration du côté des acteurs du marché.

Le document complet peut être découvert ici.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici