mardi, 7 décembre 2021

Les fonds labellisés SFDR « varient considérablement » en Europe, selon l’EFAMA

Les fonds étiquetés soit à l’article 8 soit à l’article 9 du règlement sur la divulgation de la finance durable (SFDR) varient considérablement en L’ alors que les pays divergent sur leur interprétation de la directive, l’Association européenne de gestion de fonds et d’actifs (EFAMA) a constaté.

Dans une enquête collectant des données sur les fonds SFDR Article 8 et 9 en particulier, l’EFAMA a constaté qu’ils étaient fortement concentrés dans un nombre limité de pays en raison des quantités variables d’investissements ESG d’un pays à l’autre et des interprétations divergentes des régulateurs nationaux.

Selon l’enquête, les fonds Article 8 ont un actif net sous gestion de 3,7 milliards d’euros dans toute l’Europe, tandis que les fonds Article 9 ont un encours sous gestion de 340 milliards d’euros.

Cependant, les fonds Article 8 détiennent 92 % de part de marché en Suède, contre 6 % de part de marché en Allemagne. La Belgique (50%) et les Pays-Bas (48%) ont également un marché élevé par rapport à la moyenne européenne (22%) en raison de leur « longue tradition d’investissement ESG ».

Source : EFAMA et Morningstar

La faible part relative de l’Allemagne, selon l’EFAMA, est due à l’importance des « Spezialfonds » pour les investisseurs institutionnels pour lesquels la classification SFDR est moins pertinente.

Il a ajouté que le régulateur allemand, BaFin, a eu une interprétation beaucoup plus stricte du texte SFDR de niveau 1 mis en œuvre en mars de cette année.

En Europe de l’Est, l’investissement ESG en est encore à ses balbutiements, les fonds Article 8 et 9 détenant une part de marché de 1 % en Pologne et en Hongrie.

Thomas Tilley, économiste principal à l’EFAMA, a déclaré : « La couverture des fonds par les articles 8 et 9 du SFDR est considérablement inégale à travers l’Europe.

« Différents facteurs jouent ici un rôle, tels que les différentes interprétations du texte SFDR de niveau 1 par les régulateurs nationaux, la mise en œuvre retardée des mesures de niveau 2 et les différents niveaux de maturité des marchés des fonds ESG entre les États membres. »

Source : EFAMA et Morningstar

L’EFAMA a déclaré que l’absence de mesures SFDR de niveau 2 – qui doivent être mises en œuvre en juin 2022 – signifie que l’industrie l’a jusqu’à présent appliqué au mieux.

Il a ajouté que SFDR risquait de semer la confusion parmi les investisseurs, en particulier autour des informations sur les produits de taxonomie, qui entrent en vigueur le 1er janvier sans les informations sur les sociétés émettrices et les critères de sélection de la taxonomie.

Malgré cela, l’organisme du secteur a déclaré qu’il avait « pleine confiance » dans la capacité de SFDR à prévenir les divergences nationales « une fois la réglementation entièrement en place », mais a appelé l’Union européenne à établir des règles harmonisées relatives à la transparence des fonds dans le but de atténuer les écarts.

La SFDR a été critiquée dans certains milieux pour avoir potentiellement augmenté le greenwashing en raison de la définition « vague » de ce qui constitue un fonds de l’article 8.

Le mois dernier, l’Autorité européenne des marchés financiers est intervenue pour apaiser les inquiétudes après avoir développé deux nouvelles catégories de produits SFDR qui devraient être créées pour les fonds qui ont un objectif environnemental.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici