lundi, 6 décembre 2021

Les puissances européennes s’apprêtent à autoriser le report du régime de rachat

Le Parlement européen et le Conseil de l’UE ont convenu d’apporter des modifications au Règlement sur les dépositaires centraux de titres (CSDR) afin de permettre le report des buy-ins obligatoires inclus dans les règles. < /p>

La responsabilité revient maintenant à l’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) avec des experts prédisant que le retard pourrait être compris entre deux et trois ans. 

Après des mois d’anticipation suite à la recommandation de l’ESMA au Conseil européen de retarder l’aspect controversé du régime disciplinaire de règlement, la décision est intervenue au cours d’un trilogue sur le régime pilote DLT où CSDR avait été répertorié sous AOB pour l’ordre du jour. 

L’annonce a été faite par Mairead McGuiness, commissaire européenne aux services financiers, à la stabilité financière et à l’union des marchés des capitaux sur Twitter alors qu’elle s’est félicitée de l’accord politique entre le Parlement et le Conseil sur la proposition d’un régime pilote DLT, ajoutant un changement dans le CSDR dans un tweet de suivi. 

La décision sera accueillie avec plaisir par les acteurs du marché et les associations qui font pression pour un allègement des règles et un retard depuis un certain temps. L’une de ces associations est l’Association for Financial Markets dans le titre Europe (AFME), qui a publié une déclaration. 

« Tles règles d’achat obligatoires ont été largement reconnues comme étant imparfaites et disproportionnées », a déclaré Pablo Portugal, directeur général du plaidoyer pour l’AFME. « Leur impact conduirait àdes spreads plus larges et moins de liquidité, ce qui signifie des marchés de capitaux plus chers et moins efficaces pour les émetteurs et les investisseurs européens. 

« Nous soutenons donc l’approche consistant à dissocier la mise en œuvre des règles de rachat obligatoires de tous les autres aspects du régime de discipline en matière de règlement. Cela permettrait à d’autres mesures appropriées, telles que le régime de sanctions, d’entrer en vigueur comme prévu en février 2022, mais éviterait la mise en œuvre des règles de rachat actuelles.  

« Les participants au marché attendront des éclaircissements supplémentaires de la part des autorités européennes sur la mise en œuvre des mesures de discipline en matière de règlement en février 2022 à la suite de l’annonce d’aujourd’hui.   

« La révision prévue de la CSDR en 2022 devrait reconsidérer fondamentalement les rachats obligatoires et conduire à un régime plus proportionné qui soutient les marchés des capitaux européens. » 

S’adressant à The TRADE plus tôt cette semaine, Linda Gibson, directrice, responsable du changement réglementaire chez BNY Mellon’s Pershing, a déclaré : « Nous comprenons que si confirmé, un report d’environ deux-trois ans pour l’introduction des MBI est envisagée. » 

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici