lundi, 4 mars 2024

Le Pétrole dépasse 70 dollars après une attaque d’installations saoudiennes

Les contrats à terme sur le brut Brent ont dépassé les 70 dollars le baril lundi pour la première fois depuis le début de la pandémie de Covid-19, tandis que le brut américain a atteint son plus haut niveau en plus de deux ans, à la suite des informations faisant état d’attaques contre des installations saoudiennes.

Les contrats à terme sur le Brent pour mai ont atteint 71,38 $ le baril au début du commerce asiatique, le plus haut depuis le 8 janvier 2020, et étaient à 71,11 $ le baril à 0255 GMT, en hausse de 1,75 $, ou 2,5%.

Le brut américain West Texas Intermediate (WTI) pour avril a augmenté de 1,60 $, ou 2,4%, pour s’établir à 67,69 $. Le prix du WTI avant le mois a atteint 67,98 dollars le baril plus tôt, le plus haut depuis octobre 2018.

Les actions asiatiques ont également augmenté après que le Sénat américain a approuvé un projet de loi de relance de 1,9 billion de dollars, tandis que les données économiques positives des et de la Chine sont de bon augure pour un rebond économique mondial.

Dimanche, les forces houthies du Yémen ont tiré des drones et des missiles au cœur de l’industrie pétrolière saoudienne, y compris une installation Saudi Aramco à Ras Tanura, vitale pour les exportations de pétrole, dans ce que Riyad a appelé un assaut raté contre la sécurité énergétique mondiale.

« Nous pourrions voir une nouvelle hausse du marché à court terme, d’autant plus que le marché doit probablement désormais évaluer une sorte de prime de risque, ces attaques augmentant en fréquence », ont déclaré les analystes d’ING dans un rapport, notant que il s’agissait de la deuxième attaque ce mois-ci après un incident à Djeddah le 4 mars.

Les prix du Brent et du WTI sont en hausse pour la quatrième session consécutive après que l’OPEP et ses alliés aient décidé de maintenir les réductions de production largement inchangées en avril.

Malgré la hausse rapide des prix du brut, le ministre saoudien du pétrole a émis des doutes sur la reprise de la demande.

« La décision de maintenir les quotas inchangés signale l’intention du groupe de réduire davantage les stocks, sans craindre de trop serrer le marché », ont déclaré les analystes d’ANZ dans une note.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici