samedi, 3 décembre 2022

Armement « peu probable » d’introduction en bourse avant avril 2023

Le concepteur britannique de micropuces Arm a informé les investisseurs qu’il est « peu probable » qu’il soit introduit en bourse au premier trimestre 2023 en raison de « l’incertitude économique mondiale ».

Cependant, la société basée à Cambridge n’a pas encore confirmé si elle sera cotée à Londres ou à New York, malgré le lobbying intermittent des membres du gouvernement britannique tout au long de l’année.

« Clairement, nous voulons entrer en bourse dès que possible. Mais étant donné l’incertitude économique mondiale actuelle, compte tenu de l’état des marchés financiers, il est peu probable que cela se produise avant la fin mars 2023 », a déclaré Ian Thornton, responsable des relations avec les investisseurs, Arm.

« Cependant, les préparatifs de l’introduction en bourse se déroulent très bien. Ils sont avancés. Et nous sommes pleinement déterminés à flotter en 2023. »

Le retard a été signalé pour la première fois par le Mail on Sunday.

Un porte-parole d’Arm a déclaré UKTN que la société est « bien avancée » dans son « processus de préparation à l’introduction en bourse ».

Plus tôt ce mois-ci, Masayoshi Son, le PDG du propriétaire d’Arm, SoftBank, a déclaré qu’il concentrait ses efforts sur la « croissance explosive » de la société de puces.

Softbank a acquis Arm en 2016, qui l’a retiré de la cote de la Bourse de Londres. En septembre 2020, la société américaine Nvidia a annoncé son intention de acquiert Arm. Cependant, des obstacles réglementaires ont finalement conduit à l’annulation de l’accord de 40 milliards de dollars.

Attirer Arm, qui, selon les analystes, pourrait être évalué à 40 milliards de dollars, revenir sur les marchés publics de Londres serait considéré comme un vote de confiance envers le Royaume-Uni et la City.

La propriété intellectuelle d’Arm alimente de nombreux semi-conducteurs utilisés dans les smartphones et les ordinateurs.

UKTN a contacté SoftBank pour un commentaire.

Comme de nombreuses autres entreprises technologiques, Arm a annoncé le mois dernier des réductions d’environ 40 % de son personnel britannique initialement embauché après l’acquisition de SoftBank.

Au cours de son court mandat de Premier ministre, Liz Truss avait envisagé de relancer les tentatives pour persuader SoftBank d’inscrire Arm au Royaume-Uni.

S’adressant précédemment à UKTN, Hermann Hauser, co-fondateur des ordinateurs Acorn, prédécesseur d’Arm, a comparé les tentatives de reconquête d’Arm au Royaume-Uni à « essayer de fermer la porte après que le cheval se soit enfui ».

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici