dimanche, 29 janvier 2023

French Tech Seed Fund soutient l’amorçage de 5 millions d’euros de Biomemory pour fournir une technologie de stockage de données pour la synthèse d’ADN à forte intensité de données

Biomemory, concepteur de disques de stockage d’ADN basé à Paris, a levé 5 millions d’euros de fonds d’amorçage pour optimiser sa technologie et réduire ses dépenses.

La levée de fonds a été co-dirigée par la French Tech gérée par Bpifrance Seed Fund et eureKARE, l’investisseur en biologie artificielle spécialisé dans le dealmaking au Luxembourg, en et en Belgique.

En ce qui concerne les particuliers, le syndicat des anges Paris Service Angels a effectivement investi, tout comme le financier Prunay Effect, et anonyme bailleurs de fonds des cycles précédents de Biomemory.

La découverte révolutionnaire des doubles hélices tournoyantes de l’ADN dans les années 1950 a permis aux scientifiques d’accéder aux manuels d’instructions de la vie.

Quelque 70 ans plus tard, la capacité de l’ADN à être synthétisé et utilisé comme un stockage minuscule pour les données numériques qui suscitent l’intérêt.

L’utilisation d’une hélice d’ADN artificielle pour conserver les données pourrait développer des archives microscopiques qui durent des milliers d’années, modifiant les énormes bandes magnétiques généralement utilisées pour l’archivage , qui déclin en années.

Plutôt que des uns et des 0 binaires, le codage de l’ADN est généralement représenté par quatre chaînes d’acide nucléique – A, T, G et C.

En sauvegardant les données dans ces chaînes, d’énormes diminutions de la consommation d’énergie pourraient être ouvertes dans les serveurs de données côté cloud, contribuant à rendre la montée en puissance d’énormes technologies basées sur les données comme l’apprentissage en profondeur plus respectueuses du climat.

Les statistiques fournies par Biomemory citent environ 60 % de les informations générées chaque année sont conservées sur des bandes magnétiques. D’ici 2030, la valeur générale du marché devrait dépasser les 40 milliards de dollars.

Selon les estimations du PDG d’eureKARE, Alexandre Mouradian, l’innovation de stockage d’ADN de Biomemory pourrait résoudre environ 30 zettaoctets de données par an qui sont créées dans le monde entier.

La vise à ramener les coûts de stockage à environ 1 USD par téraoctet, contre 17 USD pour l’archivage sur bande magnétique. Pour ce faire, il a en fait conçu un dispositif d’assemblage d’ADN piloté par microfluidique, qui, selon lui, offrira la meilleure miniaturisation, automatisation et parallélisation de sa catégorie.

Pour le moment, le coût du stockage d’ADN microfluidique de Biomemory développeur est estimé à environ 1 $ / mégaoctet, il y a donc beaucoup de R&D à faire. Le tour de table de 5 millions d’euros ne peut qu’aider.

Biomemory a participé à l’association de septembre 2021 de l’accélérateur Agoranov, dont les autres diplômés à cette intersection incluent la de synthèse d’ADN DNA Script.

Étant donné qu’à la sortie de l’accélérateur en 2015, les effectifs de DNA Script ont dépassé les 143 personnes et la a levé au moins 272 millions d’euros de fonds.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici