lundi, 5 décembre 2022

L’automatisation sans code de Dublin pour les équipes de sécurité, la société Tines, rapporte 55 millions de dollars à une valorisation de 300 millions de dollars « au nord »

Automatisation ; une technologie qui voit sa première instance enregistrée remonter à 270 avant JC lorsque Ctesibius a décrit un régulateur à flotteur pour une horloge à eau afin de garder un œil précis sur ce qui allait devenir ce que nous connaissons aujourd’hui comme une horloge. Un appareil apparemment simple, mais qui a mis des éternités à se perfectionner.

Et pourtant, depuis cette époque, l’humanité a cherché à tirer parti de la puissance de l’automatisation non seulement pour simplifier les tâches qui auraient autrefois nécessité un effort manuel, mais également pour supprimer le redoutable facteur « erreur humaine ».

Avec des ceintures se resserrant dans le monde entier dans un contexte post-covid/économique monde du ralentissement, vous n’avez pas besoin que je vous dise que les processus et les fonctions professionnelles sont réévalués et passés au microscope sur une base quotidienne, horaire et minutieuse. S’il peut être automatisé, vous pouvez parier qu’il l’a déjà fait, qu’il est en cours de traitement ou que quelqu’un, quelque part, y travaille d’une manière ou d’une autre.

Faire plus avec moins.

À cette fin, la société d’automatisation sans code basée à Dublin Tines, qui a été nommée en juin dernier comme la fnotre licorne la plus probable ( soonicorn) par nos amis de Sifted a levé 55 millions de dollars dans le cadre d’une extension de série B, ce qui porte le tour de la série B, dont la première partie a été dirigée par l’ancien vétéran de Tiger Global, le fonds Addition de Lee Fixel, maintenant à peine 77 millions de dollars. , et le financement total de l’entreprise à 96,2 millions de dollars pour une valorisation de 300 millions de dollars.

Selon un article de blog par co-fondateur Eoin Hinchy, le nouveau financement devrait être utilisé pour « doubler nos efforts de mise sur le marché, de recherche et développement et d’alliances de partenariat, et continuer à nous concentrer impitoyablement sur nos priorités. »

De plus, Hinchy a déclaré à TechCrunch que l’entreprise prévoyait d’ajouter 30 postes supplémentaires à la liste d’ici la fin de l’année et que les rôles seraient répartis équitablement entre son siège de Dublin et un bureau récemment ouvert à Boston.

Co-fondé en 2018 par Hinchy et Thomas Kinsella, Tines est né de la frustration face au statu quo, avec son interface centrée sur l’utilisateur qui permet aux équipes de sécurité d’automatiser un certain nombre de fonctions, pensez à une version de cybersécurité d’IFTTT, Tines a régulièrement construit un palmarès de succès et compte désormais Auth0 , Box, Canva, Coinbase, Databricks, Elastic, Gitlab, Kayak, McKesson et MongoDB parmi sa base de clients.

L’extension de série B de Tines a été dirigée par Felicis de Menlo Park avec des investisseurs existants < a rel="nofollow noopener" target="_blank" href="https://www.accel.com/">Accel, Blossom Capital, Ajout, et Lux Capital tous participants.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici