mardi, 23 avril 2024

Le fonds d’amorçage franco-nordique Emblem à 50 millions d’euros pour la première clôture

Emblem a annoncé la première clôture de son tout nouveau fonds d’amorçage franco-nordique à 50 millions d’euros. Il prévoit une deuxième clôture de 75 millions d’euros au troisième trimestre de cette année.

Le fonds de capital-risque basé à Paris, créé par la propriétaire d’entreprise en série Bénédicte de Raphélis Soissan et l’ex-banquier Guillaume Durao, sera divisé entre la France, la Suède et le Danemark dans un partage 50/50 (Nords et France) .

Symbol sera le chef de file ou co-chef de file des investissements et a l’intention d’acheter 25 à 30 start-ups avec un sac à main compris entre 500 000 et 3 millions d’euros.

Les fonds ont été créés du Danemark Vaekstfonden, Edenred, y compris certains lieux de travail domestiques français et nordiques et plusieurs propriétaires d’entreprise, dont les fondateurs de 3shape, Dixa, Falcon, Kantox, Peakon, PeopleDoc, Planday, Pleo, Qonto, Silae, Spendesk, Swile et Zendesk.

Avec l’expérience SaaS et HRTech de de Raphélis Soissan et l’expérience bancaire de Durao, le fonds Emblem sera à la recherche d’investissements attractifs dans les localisations du B2B SaaS/ marketplaces, de l’IA, du futur du travail, de la fintech, des outils d’information & devops, santé numérique et insurtech– cependant, nous sommes informés qu’il n’y a pas de contraintes.

« Les deux premières années d’une start-up sont consacrées à l’agitation et au savoir-faire, une pression qui repose en grande partie sur les épaules des fondateurs qui ont besoin d’être soutenus. Structurer des choses spéciales et non reproductibles comme la culture et l’objet sont crucial, et nous nous engageons à aider les créateurs à relever ces défis dès les premières étapes de leur parcours. Nous avons en fait choisi de nous concentrer sur la France et les pays nordiques, car c’est là que nous sommes le plus présents et que leurs scènes technologiques offrent encore une chance sous-exploitée en phase d’amorçage « , déclare Guillaume Durao, co-fondateur de Symbol.

Les partenaires de Symbol fourniront un soutien pratique aux sociétés de leur portefeuille, consistant en une assistance dans des domaines tels que le recrutement, la recherche de tout premiers clients, levée de fonds et coaching de créateurs. L’entreprise se prépare à embaucher un troisième associé hors de France et du Danemark plus tard cette année.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici