lundi, 4 mars 2024

Dans quelle mesure les organisations sont-elles sérieuses quant à leurs stratégies de souveraineté des données ?

Scality a dévoilé les résultats d’une enquête indépendante auprès de décideurs informatiques en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux sur leurs stratégies de souveraineté des données.

98 % des organisations ont actuellement des politiques en place ou prévoient de les mettre en œuvre. Pour atteindre la souveraineté de l’information, 49 % des décideurs informatiques utilisent le cloud hybride ou une société de cloud régional comme alternative au cloud public général.

137 pays sur 194 dans le monde disposent d’une législation sur la protection des informations et la confidentialité dans emplacement. En conséquence, les organisations doivent respecter les directives sur la résidence des données et les réglementations régionales requises pour la collecte et le traitement des informations.

Selon l’enquête – réalisée par Vanson Bourne – la grande majorité des organisations dans les quatre les pays ont soit des lignes directrices ou des politiques de souveraineté en place pour conserver leurs données dans des endroits spécifiques (80 %) ou ont des plans pour le faire (18 %).

Le rapport expose des distinctions minimes entre la France (où 81 % des répondants ont mis en place des politiques), l’Allemagne (79 %), le Royaume-Uni (82 %) et les États-Unis (78 %). À peine 2 % des participants dans le monde ont déclaré qu’ils n’avaient pas de politiques de souveraineté en place et qu’ils ne prévoyaient pas de les mettre en œuvre.

Les innovations cloud bénéficieront de cette tendance, les équipes informatiques utilisant diverses méthodes de stockage des informations pour accéder à la souveraineté. Dans les 4 zones géographiques, parmi les organisations qui ont des politiques ou des stratégies de souveraineté :

  • 40 % stockeront (stockeront) principalement leurs informations sur un grand cloud public, comme les offres locales d’AWS, Azure ou  Cloud
  • 36 % des répondants (déployeront) une solution combinée sur site/cloud public, c’est-à-dire un cloud hybride
  • 13 % (sauvegarderont) leurs informations auprès d’une société de cloud régionale
  • 11 % (utiliseront) un centre de données sur site.

Bien que certains grands fournisseurs de services de cloud public proposent des alternatives pour conserver les données dans des domaines particuliers, ce n’est pas t idéal pour de nombreuses entreprises qui possèdent des données extrêmement sensibles, ou qui souhaitent empêcher le blocage des fournisseurs et les frais d’accès ou de sortie élevés de données.

La souveraineté du cloud hybride devient une stratégie viable pour respecter les directives

36 % des participants ont opté pour une solution qui combine des cloud/s sur site ou personnels avec des cloud/s publics. Cette méthode de cloud hybride offre la flexibilité et le contrôle nécessaires pour conserver les informations localement pour la résidence et la souveraineté des informations tout en offrant la liberté de migrer rapidement les informations vers une plate-forme différente à tout moment.

Paul Speciale, CMO, Scality a déclaré :  » Il est très motivant de voir qu’un si grand nombre d’organisations aux et en prennent la souveraineté de l’information au sérieux et ont mis en place des plans, y compris un changement considérable vers des stratégies de cloud hybride.Cela peut certainement aider les entreprises à éviter le verrouillage du cloud et offrir la sécurité de conserver les données dans votre région ou dans plusieurs endroits. L’avance remarquablement élevée vers les pourrait être due à des problèmes croissants concernant la force de la Chine en matière d’innovation. »

Dans l’enquête, la décision informatique les décideurs de nombreux marchés, y compris la fabrication, les télécommunications, les services professionnels, les services monétaires et la vente au détail, ont été interrogés : « À quel niveau votre entreprise dispose-t-elle de lignes directrices en matière de souveraineté ? ou des politiques en place pour conserver vos données dans des emplacements spécifiques (par exemple, régionaux, dans des pays ou des zones particuliers) ? » Les participants qui ont actuellement ou préparent des lignes directrices sur la souveraineté pour conserver les informations dans des emplacements spécifiques ont été interrogés : « Comment enregistrez-vous ou vous préparez-vous principalement à enregistrer les informations ? »

Les principales conclusions au Royaume-Uni incluent :

  • 82 % des participants britanniques ont actuellement adopté des politiques de souveraineté des données, et 13 % ont des stratégies pour le faire ; 5 % ne prévoient pas de les exécuter et sont plus que susceptibles de provenir d’une organisation de plus petite taille (1 000 à 2 999 employés)
  • Au Royaume-Uni, les entreprises du secteur de l’informatique, de la technologie et des télécommunications ( 92 %), le secteur des services aux entreprises et des experts (90 %) et le secteur des services financiers (88 %) ont probablement déjà mis en place des politiques
  • Les entreprises manufacturières sont nettement en retard sur la moyenne britannique de 82 % , avec 62 % ayant des politiques en place, tandis que 31 % ont des stratégies pour les exécuter
  • Pour exécuter des politiques de souveraineté de l’information, 33 % des participants britanniques utiliseront (utiliseront) un grand service de cloud public, 42 % un cloud hybride , 14 % un fournisseur régional et 12 % un centre d’information sur site
  • Les répondants britanniques issus d’organisations de petite taille (1 000 à 2 999 travailleurs) par rapport aux grandes entreprises (3 000 employés) sont considérablement plus susceptibles de choisir un service de cloud public (45 % contre 25 %), et les moins susceptibles de choisir un cloud hybride (32 % contre 49 %).

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici