vendredi, 24 juin 2022

Le nouveau PDG d’Elastic place le cloud au premier plan

Ashutosh Kulkarni (Élastique)

Crédit : Élastique

Le tout nouveau PDG de la société d’applications logicielles de recherche d’entreprise Elastic a une priorité : le cloud.

« Le cloud est au premier plan », a-t-il déclaré à InfoWorld tout au long d’un entretien en cours. « C’est en fait là que vous devez continuer à me voir doubler. »

Avant de prendre ses fonctions de PDG en janvier de cette année, Ashutosh Kulkarni était le principal responsable des articles chez Elastic et a précédemment occupé des postes à la livraison de contenu et le fournisseur de cybersécurité Akamai et la société de gestion de données Informatica.

Kulkarni a un acte difficile à suivre. L’ancien PDG et maintenant CTO était le créateur d’Elastic Shay Banon, qui a construit l’entreprise derrière la populaire application logicielle de recherche et de journalisation open source en une application qui va de pair avec Splunk et Datadog dans le monde de la gestion de l’efficacité des applications d’entreprise. (APM), l’observabilité et la gestion des événements d’information sur la sécurité (SIEM).

Désormais, l’Elastic Cloud entièrement géré par le fournisseur rassemble ces capacités dans une plate-forme d’entreprise unique, que Kulkarni considère clairement comme le moteur de développement pour le entreprise.

Banon a également passé des années à lutter contre les géants du cloud, en particulier Amazon Web Solutions (AWS) après avoir introduit son propre service Elasticsearch géré sans travailler avec Elastic. Le différend a récemment abouti à un règlement pour contrefaçon de marque.

La conversation ci-dessous a en fait été modifiée pour plus de clarté et de concision.

InfoWorld : Où cherchez-vous à poursuivre La stratégie récente de Shay pour Elastic et où comptez-vous modifier les instructions, le cas échéant ?

Kulkarni : Lorsque je me suis inscrit chez Elastic, j’ai eu un bon pressentiment quelles étaient les capacités et sur quoi je pensais qu’Elastic devait réellement se concentrer. J’ai vu une assez grande opportunité, à la fois dans le cloud et dans la convergence que j’ai vue se produire entre l’observabilité et la sécurité, qui sont toutes deux des problèmes de données.

Ces emplacements sont des choses sur lesquelles j’ai travaillé avec Shay très soigneusement. J’ai ajouté à tout cela, autant que Shay a été le fondateur et le créateur de plusieurs de ces idées.

Maintenant, là où je me penche définitivement beaucoup plus que nous ne l’avons peut-être fait dans le passé, c’est ma conviction qu’il y aura un jour où la quasi-totalité de nos revenus proviendra d’Elastic Cloud, ce cloud est l’avenir.

Même les clients des industries contrôlées– j’ai vu cela à la pelle quand j’étais en tout récemment– les clients réglementés des entreprises gouvernementales et des services financiers passent au cloud. Ils ont réalisé que la quantité d’innovation dans le cloud est si considérable qu’ils ne peuvent pas l’empêcher. Il s’agit de trouver des méthodes pour commencer gracieusement à passer au cloud.

Si le cloud est notre avenir, nous devons nous assurer que nous ne sommes pas simplement agnostiques quant à savoir si quelqu’un choisit l’autogestion ou le cloud, cependant que nous nous penchons sur le cloud à la fois en ce qui concerne la façon dont nous achetons la R&D et en nous assurant que notre article cloud est absolument génial. Vous devez vous attendre à voir cela dans toutes les fonctions d’Elastic et en ce qui concerne le site Web d’Elastic, l’appel à l’action, en premier lieu, étant Elastic Cloud.

InfoWorld : Quels sont les obstacles restants pour les consommateurs adoptez la version cloud d’Elastic ?

Kulkarni : Il y aura constamment le truisme selon lequel les clients migreront vers le cloud à des vitesses différentes, à condition d’où ils ont commencé à partir des investissements financiers qu’ils ont pu ou non avoir réalisés dans leurs propres centres de données ou des politiques qui les orientent. Nous devons être préparés et aider en permanence les clients à comprendre que nous sommes certifiés et que nous possédons les certifications qu’ils recherchent.

Notre histoire était open source, c’était notre genèse, et dans le monde open source, la conception principale était de télécharger le logiciel et de commencer à s’en occuper. Les clients qui sont avec nous depuis un certain temps nous utilisent en mode autogéré.

Il est extrêmement important que nous aidions constamment ces clients à comprendre que notre produit cloud sera toujours plus simple à utiliser, il sera plus rapide d’intégrer la technologie, vous n’avez pas à vous soucier de la surveillance , la gestion, toutes les choses qui deviennent des efforts que vous devez entreprendre avec vos propres groupes d’ingénierie.

La deuxième chose que je vois, c’est que la sécurité devient un problème de plus en plus important, les individus vouloir commencer beaucoup plus vite. Les journaux de sécurité ont tendance à être abondants.

Pour être en mesure de garantir la sécurité, vous devez être en mesure de conserver les données pendant un an ou plus et vous ne pouvez pas le faire à moins d’avoir une méthode économique pour pouvoir évoluer efficacement, acheter des pétaoctets d’informations à grande échelle d’une manière relativement bon marché. Nous avons besoin de rendre cela très basique, avec des capacités telles que des images consultables, ce qui vous permet de conserver des informations dans un stockage d’articles peu coûteux.

InfoWorld : Compte tenu de votre expérience, est-il sûr de présumer qu’Elastic va se concentrer principalement sur le domaine de la sécurité maintenant ?

Kulkarni : Pas vraiment, car l’observabilité et la sécurité sont tout naturellement les deux faces d’une même médaille. Si vous considérez les données que vous extrayez généralement pour vous assurer que vos applications sont opérationnelles, elles sont souvent similaires aux informations que vous extrayez pour repérer s’il existe des indicateurs de compromission dans vos applications et vos systèmes.

Ce que nous avons tendance à voir, c’est que les clients commencent par l’observabilité, puis passent à la sécurité, ou vice versa. Je m’attends à ce que l’observabilité et la sécurité soient pour nous des priorités majeures.

L’observabilité est aujourd’hui la partie la plus importante de notre service, représentant plus de 40 % de notre service total. La sécurité représente maintenant plus de 25 % de notre entreprise, et il y a peu de temps, elle représentait 20 %, elle se développe donc beaucoup plus rapidement que le reste de l’activité. La recherche d’entreprise représente le 3ème restant.

InfoWorld : Comment stabilisez-vous cet héritage de créateurs et d’open source avec les tout nouveaux emplacements ciblés, qui sont, à ce qu’il paraît, un peu plus axé sur les affaires ?

Kulkarni : Dans mon esprit, ce n’est pas l’un ou l’autre. Si vous considérez la fonction que les développeurs jouent aujourd’hui – dans les architectures système modernes, où vous avez des microservices, un cloud public et des capacités d’orchestration comme Kubernetes, qui sont basées sur l’open source – l’avancement des toutes nouvelles applications, et naturellement, la sécurité de ces nouvelles applications, est piloté plus que jamais par les développeurs. La convivialité pour les développeurs que nous avons constamment eue, cet ADN, est une énorme source de force pour nous.

Vous pouvez commencer petit et nous vous facilitons la tâche. Ce sont généralement les designers qui prennent l’initiative et nous promeuvent ensuite au sein de l’organisation. Nous marions le mouvement ascendant avec le mouvement de vente descendant.

InfoWorld : Comment vous différenciez-vous des concurrents comme Splunk sur le marché ?

Kulkarni : Nous avons en fait fait beaucoup de déplacements de Splunk car ils ont traversé des moments fascinants.

De notre point de vue, ce que nous distinguons vraiment, c’est que notre article cloud et produit autogéré sont égaux, il s’agit d’une seule base de code. D’après ce que nous parlons avec les consommateurs lorsqu’ils passent à Elastic, ils trouvent qu’il est beaucoup plus facile de migrer vers Elastic que de passer à l’offre cloud [de Splunk].

La deuxième chose est que nous avons réellement investi dans les technologies , comme les photos consultables, qui font vraiment baisser le coût global de possession. Toute notre conception consiste à innover constamment pour nous assurer que le consommateur n’a pas à choisir entre la quantité de données qu’il apporte en raison de problèmes économiques. Nous ne vous facturons pas en fonction de la quantité d’informations ingérées.

InfoWorld : Quel type de bagage apportez-vous en ce qui concerne la relation actuelle tendue entre Elastic et AWS ?

Kulkarni : je vois AWS comme un partenaire fantastique et je constate que ce partenariat s’améliore déjà considérablement.

L’histoire est ce qu’elle est et la réalité est qu’il a été une grande confusion sur le marché pendant de nombreuses années car il y avait deux offres Elasticsearch, l’une d’Elastic et la seconde d’AWS. Nous étions très confiants pendant un certain temps dans la différenciation des éléments que nous avions, car nous avions une grande partie des capacités de base ainsi que des capacités d’observabilité et de sécurité que nous avons intégrées au niveau payant.

Cette performance a toujours été accrédité sous notre licence Elastic variation one, ELv1. Début 2015, nous avons décidé de mettre tout le code sous la licence Elastic ELv2, ce qui leur a forcé la main [d’AWS]. Nous avions prévu qu’ils créeraient un fork, ce qu’ils ont fait. Le quartier constate désormais la différence de rythme d’innovation entre Elasticsearch et Opensearch.

Notre licence est exceptionnellement permissive. Les clients et partenaires et les utilisateurs du quartier peuvent continuer à utiliser la version totalement gratuite. Ce qu’ils ne peuvent pas faire, c’est prendre notre code tel quel, puis l’utiliser en tant que service.

InfoWorld : qu’est-ce qui figure en haut de votre liste de priorités pour l’année à venir ? ?

Kulkarni : Nuage. S’assurer que les consommateurs ont la possibilité de profiter de la fluidité du cloud. S’assurer que nous continuons à stimuler le développement dans le cloud. C’est à l’avant-plan.

En ce qui concerne les trois marchés sur lesquels nous évoluons, la sécurité, l’observabilité et la recherche d’entreprise, je pense qu’il s’agit tous d’emplacements optimisés pour la recherche et essentiellement de problèmes de recherche. Notre objectif en tant qu’entreprise est d’aider véritablement les consommateurs à tirer le meilleur parti de ces options de recherche et à devenir des leaders dans ces 3 classifications. Le cloud est l’avenue, car le cloud permet à ce voyage de vraiment accélérer.

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici