mardi, 16 août 2022

Les chiffres du cloud ne s’additionnent pas

Il est courant pour les analystes et la presse d’être en face de la demande pour une technologie donnée, mais avec le cloud, nous pouvons nous surpasser. Dans un sondage O’Reilly récent< /a>, 30 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles étaient déjà entièrement cloud natives, et 17 % déclarent qu’elles y parviendront dans les deux prochaines années (et 20 % de plus disent qu’elles seront cloud natives dans environ trois ans). Cela semble incroyable, n’est-ce pas ? En fait, cela semble impossible. Les dépenses cloud ne représentent toujours que 6 % des dépenses informatiques totales, selon le cabinet d’analystes IDC.

Auparavant, le DSI était le dernier à être informé des dépenses informatiques. Est-elle désormais la première à faire des déclarations trop ambitieuses concernant les dépenses informatiques ?

Vous continuez à utiliser ce mot…

Auparavant, il était cool de refuser de passer au cloud. Maintenant, tout le monde le fait. Peut-être pas aussi vite que certains pourraient le souhaiter, c’est pourquoi Amazon Web Services continue de proposer des services qui faire le pont entre les mainframes hérités et le cloud (et pourquoi le dernier re:Invent de l’ancien PDG Andy Jassy était dépensé dire aux responsables informatiques qu’ils devaient se lancer dans le cloud ou risquer de perdre face à leurs concurrents), mais parler de ses progrès dans le cloud est devenu de rigueur.

Demandez simplement aux personnes interrogées de répondre à la dernière enquête d’O’Reilly sur l’adoption du cloud. O’Reilly a interrogé les lecteurs de ses newsletters Programming et Infrastructure & Ops, qui totalisent 436 000 abonnés. Parmi ceux-ci, 2 834 personnes ont répondu au sondage. Les personnes interrogées ne sont pas nécessairement des DSI, mais elles représentent un « groupe relativement senior », selon l’auteur du rapport, Mike Loukides. Plus d’un tiers ont plus de 10 ans d’expérience dans leurs fonctions actuelles et 49 % ont plus de sept ans d’expérience). Parmi les personnes interrogées, les cinq principaux titres d’emploi étaient développeur (4,9%), ingénieur logiciel (3,9%), CTO (3,0%), développeur logiciel (3,0%), et architecte (2,3%).

Encore une fois, ce ne sont pas nécessairement des personnes chargées de dépenser les dollars informatiques de l’entreprise, mais elles sont certainement impliquées dans ces décisions. Que disent-ils ?

Premièrement, près de 90 % des personnes interrogées travaillent pour des entreprises qui utilisent le cloud dans une certaine mesure. Ce n’est pas surprenant. En fait, il est surtout surprenant que les 10 % restants n’aient pas rencontré leurs pairs qui utilisent des services de cloud public pour aider à gérer l’entreprise. Donnez-leur du temps.

Il n’est pas non plus surprenant que l’utilisation se regroupe autour des trois grands fournisseurs de cloud : AWS avec 62 %, Microsoft Azure avec 48 % et Google Cloud à 33 %. Si vous avez remarqué que ces chiffres ne totalisent pas 100 %, vous avez raison ! Il s’avère que le multicloud est une chose, bien que ce ne soit pas la chose « construire une application qui s’exécute sur plusieurs nuages » que beaucoup supposent que ce mot signifie. Cela signifie simplement que les entreprises font ce qu’elles ont toujours fait : exécuter différents services sur le fournisseur de cloud qui répond le mieux à leurs besoins pour l’application donnée.

Ils ne ferment pas non plus leurs centres de données. Cela a du sens, dit Loukides, car « la plupart des entreprises ne sont pas si avancées dans leurs transformations » et « l’élimination de toutes (ou même de la plupart) des infrastructures traditionnelles est une tâche très lourde ».

…Je ne pense pas que cela signifie ce que vous pensez que cela signifie

C’est un peu déroutant lorsque les personnes interrogées ont déclaré qu’elles adoptaient une stratégie axée sur le cloud d’abord (47 %).

O'Reilly cloud first O’Reilly Media

Pour étayer cette affirmation, près de la moitié (48 %) des personnes interrogées ont déclaré qu’elles prévoyaient de migrer au moins 50 % de leurs applications vers le cloud au cours des 12 prochains mois. Un plan complet de 20 % pour migrer 100 % de leurs applications. Bonzaï ! Pour les entreprises de cloud computing, les nouvelles sont encore meilleures (ou pires, selon la façon dont vous lisez les données).

O'Reilley cloud timeline O’Reilly Media

Mes amis, ce n’est pas vraiment un problème avec l’enquête d’O’Reilly. Le problème est d’aligner l’ambition sur la réalité. C’est peut-être aussi une étrangeté dans la définition de « natif du cloud ». La Cloud Native Computing Foundation définit le « cloud natif » comme permettant aux entreprises de « créer et exécuter des applications évolutives dans des environnements modernes et dynamiques tels que des clouds publics, privés et hybrides ». Un cloud privé/centre de données n’a rien de particulièrement moderne. Scott Carey l’a décrit ainsi : « Le cloud natif englobe les divers outils et techniques utilisés aujourd’hui par les développeurs de logiciels pour créer des applications pour le cloud public, par opposition aux architectures traditionnelles adaptées à un centre de données sur site » (c’est moi qui souligne). Si devenir cloud natif signifie simplement « faire ce que nous avons toujours fait, mais parsemé de conteneurs », ce n’est pas un point de données très utile.

Le « Cloud d’abord » l’est sans doute. Si nous sommes déjà à 47 % des personnes interrogées déclarant qu’elles optent par défaut pour le cloud (encore une fois, je suppose que les gens ne pensaient pas à « mon centre de données privé » lorsqu’ils répondaient à une question sur « le cloud d’abord »), alors nous avons un réel problème avec des dépenses mesurées sur le cloud computing d’IDC, de Gartner et même des cabinets d’analystes les plus écarquillés. L’adoption du cloud évolue à un rythme effréné, mais dans l’entreprise, « torride » n’est souvent pas très différent de « tortue ». L’adoption du cloud public est en marche et rapide. Mais cela ne représente toujours que 6 % des dépenses informatiques totales.

Ces répondants à l’enquête pourraient souhaiter être « le cloud d’abord » et ils aimeraient peut-être mettre « natif du cloud » sur leurs profils LinkedIn. Après tout, qui veut passer pour un nuage à la traîne ? Mais l’argent ne ment pas, et l’argent (selon les dépenses informatiques mesurées d’IDC et de Gartner) indique que le cloud va prendre du temps. La bonne nouvelle pour les fournisseurs de cloud est que tous les signes indiquent une adoption toujours plus importante. Ne retenez pas votre souffle pour que cela se produise demain ou même dans les deux ou trois prochaines années.

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici