dimanche, 16 janvier 2022

Le travail à distance crée un catalyseur pour les cyberattaques ; Recherches de données VPN Atlas

Même si les plateformes de médias sociaux sont inondées d’actualités commerciales présentant fièrement la réalité qu’elles passent en permanence à un environnement de travail à distance, elles le font généralement pas souligner la réalité que le pivot a créé des problèmes majeurs pour leur sécurité.

Les appareils personnels non corrigés, le comportement imprévisible des employés et les réseaux domestiques insuffisamment protégés créent de nombreuses failles pour les stars de la menace.

En juin 2021, Carbon Black, une entreprise qui offre des services de défense au travail, a interrogé 3 542 DSI, CTO et RSSI de nombreux marchés et 14 pays différents pour découvrir si WFH (travail à domicile ) a entraîné une augmentation des cyberattaques.

L’étude révèle que 96 % des entreprises en ont vu une augmentation significative du nombre d’attaques en raison du passage à un Environnement de la FMH.

Le deuxième pays le plus touché est l’Australie, où 89 % des spécialistes de la cybersécurité porté que les attaques ont augmenté en raison du travail à distance des travailleurs. Le Royaume-Uni et le se partagent la troisième et la quatrième place, avec 86 % des participants spécifiant qu’ils ont découvert un bond substantiel des cybermenaces au cours de l’année écoulée.

Jusqu’à 84 % des entreprises en Arabie saoudite, 83 % aux Pays-Bas, 82 % à Singapour et 80 % aux Émirats arabes unis ont déclaré que les attaques avaient considérablement augmenté. Le Canada reste dans la moyenne mondiale, où 78 % des entreprises ont signalé une croissance du volume de cyberattaques.

Il est intéressant de noter que les se situent au bas de l’échelle, avec 63 % des experts en cybersécurité. une augmentation des cyber-risques au cours de l’année écoulée.

En outre, 79 % des participants ont constaté que les attaques étaient en fait devenues plus avancées. Cela signifie que les pirates veulent passer plus de temps à produire des attaques ciblées. Ces attaques visent à désactiver une sécurité particulière qui détermine l’emplacement de l’entreprise cible.

Peut-être beaucoup plus étonnant est le fait que les entreprises qui ont eu une cyberattaque ont signalé avoir en moyenne 2,35 violations par an. Il ne s’agissait pas non plus de petites fuites. Dans 80 % des violations, l’incident était important, ce qui implique qu’il était substantiel et qu’il a été signalé aux régulateurs ou au groupe d’action en cas d’incident (IR).

Cette information reste conforme aux rapports précédents, qui ont mis en évidence comment plus de 5 milliards de dossiers personnels ont été divulgués au premier trimestre de 2021, tandis que 37 milliards de dossiers d’informations ont coulé en 2020, une évolution de 140 % d’une année sur l’autre.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici