samedi, 26 novembre 2022

Comme un cauchemar devenu réalité : des robots tueurs combattant les guerres de l’humanité

Il y a beaucoup à penser dans l’actualité d’au moins un quadricoptère chasseur-tueur impliqué de manière autonome dans une guerre de factions en Libye l’année dernière. Si cela est vrai, ce serait une première pour l’IA et la reconnaissance biométrique.

En vérité, l’expression la plus inquiétante dans un rapport prolongé des Nations Unies sur le chapitre actuel de la guerre civile qui a duré des années en Libye est la façon dont elle explique la bataille comme une « guerre d’usure déséquilibrée. »

C’est la conception de la guerre nucléaire, et la faction libyenne que l’ONU soutient est celle qui montre et lance des armes d’IA.

Auteurs du document de l’ONU affirment que le Premier ministre libyen Faiez Serraj a acheté en avril 2019 des drones innovants et au moins un quadricoptère STM Kargu-2 de fabrication turque chargé de munitions flottantes, et évidemment de reconnaissance faciale, dans les airs pour poursuivre les forces opposées. L’opposition est constituée d’autres forces libyennes et étrangères dirigées par l’homme fort Khalifa Haftar.

Comme l’ONU, la Turquie s’est alliée au gouvernement de Serraj. L’agence internationale a interdit l’exportation ou l’introduction du Kargu-2 et d’armes comparables en Libye.

Il est expliqué dans le rapport comme étant « mortel » et « programmé pour attaquer des cibles sans nécessiter de connexion d’informations entre l’opérateur et les munitions. » L’un d’eux aurait « poursuivi et engagé à distance » en éloignant les forces de Haftar, provoquant des pertes. On ne sait pas combien de personnes ont été blessées ou si certaines ont été éliminées.

Le Kargu-2 identifie sa cible et ensuite plonge rapidement pour être aussi près que possible lorsque quelque chose comme une grenade à main explose.

Ceci peut ne pas être une occurrence distincte. Le rapport montre qu’un nombre indéterminé de quadricoptères IA armés sont en service dans le ciel à plusieurs endroits.

La perte d’une machine de guerre robotisée conçue pour éliminer les humains a affligé de nombreuses personnes à l’intérieur et à l’extérieur du quartier de l’IA.

Il déclenche des boutons d’alarme sur l’IA en général. Il n’y a aucune ouverture à aucun niveau. C’est une application logicielle qui détient le pouvoir de vie et de mort sur les individus. Il n’existe que pour trouver et tuer des individus sans jugement humain. La première attaque a été une surprise pour tous, mais pour quelques privilégiés.

Pour aggraver les choses, cela se passe en Libye, le pays qui jusqu’en 2011 était gouverné par Mouammar Kadhafi, l’Elvis Presley des despotes méchants.

Et le rapport se lit comme un script de l’époque de Casablanca.

Les hostilités comprenaient des documents créés, des mercenaires russes, des noms de guerre, des armes à feu, des fournisseurs individuels blindés, un anti-drone chinois à énergie dirigée des armes à feu (et des drones) et des vols dans le pays par la Russie et les plus gros avions de fret militaires. C’est-à-dire que le non-respect des règles a été une SOP.

La liste des pays qui ont joué un certain rôle – du moins sans tenir compte – dans la bataille qui a lâché les armes de l’IA sur la planète est substantielle.

Il est contrôlé par ceux qui pourraient être des bergers encore pires de la technologie que la Turquie ne l’a été : l’Égypte, la Jordanie, l’Iran, le Tchad, le Soudan du Sud, de nombreux pays de l’ancien bloc soviétique, le Nigeria, les Émirats arabes unis, l’Ukraine et Afrique du Sud.

En fin de compte, cette attaque est un dépistage crucial sur le terrain, mais plus que cela, il s’agit d’une étude de marché. Partout dans le monde, les politiciens apprécient la réponse mondiale pour voir s’ils peuvent s’en tirer avec la méthode utilisée par la Libye et la Turquie.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici