samedi, 20 avril 2024

Israël : les patrons ne peuvent collecter des données biométriques que s’ils respectent la vie privée des travailleurs

L’Autorité israélienne de protection de la vie privée

L’Autorité de protection de la vie privée a en fait publié un petit ensemble de règles pour les entreprises utilisant des analyses biométriques pour identifier les travailleurs.

Contrairement aux politiques comparables ailleurs Dans un monde qui défend fortement les droits des membres du personnel ou qui exerce une influence en essayant de ne déranger personne, l’autorité déclare que les entreprises peuvent disposer de véritables programmes biométriques pour l’identification.

La politique a en fait été résumée par l’éditeur d’actualités réglementaires et d’applications logicielles DataGuidance. L’autorité a publié la politique, mais uniquement en hébreu.

Le régulateur a en fait défini plusieurs éléments qui « doivent être pris en compte pour l’utilisation de systèmes biométriques pour gérer et surveiller la présence au travail ».

La collecte d’identifiants doit être judicieuse, et d’autres approches ayant moins d’impact sur la vie privée des membres du personnel devraient également être envisagées. Et, en supposant que cette condition soit remplie, il est permis de modifier le statut d’un employeur qui refuse de participer.

Et les membres du personnel doivent être clairement et simplement informés des analyses et de la raison pour laquelle elles sont nécessaires. De leur côté, les entreprises doivent éviter de collecter des identifiants sans motif réel et réfléchir à la nécessité de conserver les informations biométriques.

Enfin, les salariés doivent donner leur autorisation. Cependant, le consentement peut être fourni explicitement ou implicitement par le comportement de l’employé.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici