vendredi, 17 juin 2022

La annonce une application d’identité numérique mobile contrôlée par l’utilisateur à utiliser avec la carte d’identité nationale

La annonce un nouveau système d’affichage d’identité numérique au moyen d’un téléphone mobile, tout en arrêtant formellement la malheureuse application Alicem de 2019.

Appelée « Service de garantie de l « identité numérique » (SGIN), le système d’automatisation du traitement des données personnelles est agréé conjointement par le Ministère de l’Intérieur (Secrétariat Général) et l’Entreprise Nationale des Documents Sécurisés (ANTS).

L’élément d’application sert d’extension d’appareil intelligent de leur carte nationale d’électronique Identité (CNIe). L’application confirmera l’identité d’un individu pour accéder aux services des secteurs public et privé et utilisera le lecteur NFC du téléphone mobile pour scanner les cartes d’identité biométriques des utilisateurs.

L’annonce officielle décrit les détails de la nouvelle application. SGIN sera basé sur les données biographiques conservées dans les nouvelles cartes d’identité françaises publiées en août 2021. Il ne fonctionnera qu’avec le nouveau CNIe de la taille d’une carte de crédit avec puce intégrée, au lieu de l’ancien CNI.

Il n’accédera pas à la biométrie du titulaire de la carte, dans le cas de la les images de 2 empreintes digitales. Il est également facultatif et permet aux titulaires de carte d’être sélectifs quant aux champs de données qu’ils partagent pour toute transaction :

« L’application permet à l’utilisateur, en particulier, de créer des certificats électroniques ne comprenant que les attributs d’identité qui qu’il juge nécessaire de transmettre à des tiers de son option. »

L’effort précédent d’un système de vérification d’identité avec des capacités mobiles, Alicem, a été victime de différends sur son utilisation de la reconnaissance faciale et a été interrompu par le régulateur des données, CNIL.

Le décret précise également la durée de conservation des informations. Il a été établi en raison des politiques de l’UE sur l’identité numérique et la libre circulation des données. La nouvelle méthode a été annoncée deux jours seulement après la réélection d’ à la présidence pour un second mandat.

La nature du système de traitement correspond à la description d’un accord entre l’ANTS et la société d’identité française Idemia en Septembre 2021.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici