jeudi, 18 juillet 2024

Le Cameroun cherche à échapper à ses problèmes de carte d’identité nationale biométrique

Isidore O., un Camerounais de 25 ans résidant dans la commune de Bangem dans la Région du Sud-Ouest du pays a demandé la carte nationale d’identité numérique début 2018.

En décembre 2021, Isidore avait fini par être extrêmement déçu puisque sa carte d’identité n’avait en fait pas été fournie. Ce qu’il a en fait utilisé temporairement est la facture d’application qui a été fournie au moment où il a obtenu le fichier d’identification biométrique.

Brandant le reçu désormais vieux et sale, Isidore informe Mise à jour biométrique : « Je suis en fait frustré parce que chaque fois que je vais au centre où j’ai postulé pour la carte, on m’informe qu’elle n’a pas été produite. J’y suis allée d’innombrables fois sans succès. J’ai aussi eu un tampon d’extension sur ce reçu aussi longtemps que je ne peux même pas m’en souvenir. »

La facture est devenue si ancienne que la majorité du texte qui y figure est désormais illisible.

« Le risque de voyager sans carte d’identité, en particulier dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en crise, est énorme. Même avec cette facture d’application, les forces de sécurité continueront de vous interrompre et de vous obliger à payer en espèces », raconte-t-il. e scénario sécuritaire dans les zones anglophones du pays est plutôt précaire. Faire un voyage sans carte d’identité, ou simplement avoir la facture d’application dans ces régions, vous obligera à affronter les forces de sécurité chaque fois que vous arriverez à un point de contrôle.

Isidore déclare qu’il a effectivement dû chercher pour une autre carte car il n’est pas exactement sûr que la précédente sera jamais produite.

De toute évidence, le cas d’Isidore n’est pas isolé. Beaucoup comme lui ont en fait traversé l’épreuve de ne pas pouvoir obtenir rapidement la carte d’identité qu’ils recherchent.

Le Cameroun fait actuellement face à un gros problème avec son système de production et d’émission de cartes d’identité biométriques . Alors que le délai d’attente légal pour que la carte soit fournie après son obtention est de trois mois, d’innombrables citoyens sont souvent tenus d’attendre bien au-delà de ce délai. Dans de nombreux cas, les cartes ne sont jamais livrées du tout. On estime que sur une population de 26 millions d’habitants (selon les estimations de la Banque mondiale), environ un quart possède une carte d’identité nationale légitime.

Autorités de la Délégation générale à la sécurité nationale (DGSN)– l’organisme qui délivre le fichier d’identité – a proposé différents facteurs pour ces retards, mais les gens s’inquiètent beaucoup car la carte d’identité est la principale pièce d’identité des autorités.

La carte d’identité biométrique du Cameroun, produite par Thales , permet aux citoyens d’accéder à une litanie de services. Sans cela, on ne peut pas s’inscrire à un test public, voyager facilement d’une ville à l’autre, effectuer des transactions monétaires et bancaires telles que des transferts d’argent internationaux, acheter et enregistrer une carte SIM, demander un passeport, ouvrir un compte courant , créer une entreprise ou obtenir un permis de conduire, simplement pour citer ces quelques cas d’utilisation.

Quel est le problème avec la délivrance ?

Pour la fonction de ce rapport, La mise à jour biométrique a cherché à consulter les autorités de la DGSN sur le problème de délivrance, mais les efforts se sont avérés vains. Lorsque ce journaliste est entré en contact avec le chef du service interaction de la DGSN, la commissaire de police Joyce Cécile Ndjem Mandeng pour une interview, elle a demandé qu’une requête principale soit écrite directement au patron de la police Martin Mbarga Nguele, ce qui a été fait. Mais au moment de ce rapport (environ quatre semaines plus tard), la DGSN n’avait pas réagi, allant même jusqu’à déclarer qu’elle n’était pas prête pour l’entretien – une pratique très typique de nombreuses institutions publiques au Cameroun. Ceci, en plus de nombreux appels téléphoniques infructueux.

En dépit de l’absence d’action, les autorités de la DGSN ont par le passé imputé les retards de délivrance à différents aspects, notamment aux « erreurs » commises par les demandeurs au moment de l’obtention des cartes. Ils se réfèrent ici aux inégalités constatées avec les informations saisies dans la candidature.

Certains des candidats qui se sont entretenus avec ce journaliste de presse divergent et pensent que les facteurs se situent plutôt ailleurs.

Paul B. , un habitant de Yaoundé, qui n’a pas eu sa carte d’identité après près d’un an après l’avoir obtenue, dit que tous les détails sur son récépissé de demande sont exactement les mêmes informations sur son acte de naissance et d’autres fichiers qui étaient nécessaires pour établir la carte. « Je n’ai commis aucune erreur lors du processus de demande ; je ne sais donc pas pourquoi ma carte d’identité n’a pas été délivrée depuis près d’un an maintenant », déclare Paul.

La DGSN s’est également prononcée avant d’environ augmenter la capacité de production quotidienne des cartes de 10 000 (depuis janvier 2021) à 15 000. Mais cette action, qui, selon de nombreuses personnes, pourrait considérablement aider à éliminer le stock substantiel de cartes non produites, ne semble pas encore avoir eu lieu.

Comme il y a des retards dans la fourniture des cartes à ceux qui peuvent postuler pour eux dans les villes, de nombreux Camerounais, en particulier ceux des zones rurales, doivent faire face à la tâche herculéenne d’accéder aux services sans avoir la moindre pièce d’identité.

Faire une demande de cartes pour ceux qui résident en dur- accéder aux quartiers est pratiquement impossible pour beaucoup.

Michael Motom vit à Akwaya, un quartier considéré comme l’un des plus étendus du pays. Il vient d’avoir 18 ans – qui est l’âge légal pour obtenir la carte d’identité au Cameroun – et veut chercher la carte. Il ne peut pas le faire dans la ville d’Akwaya car il n’y a pas de centre de production de cartes d’identité dans le lieu qui abrite près de 200 000 personnes.

Depuis la ville d’Akwaya, l’autre ville voisine avec un centre de production de cartes d’identité est Mamfe , qui se trouve à au moins 120 kilomètres. La prochaine ville la plus proche où les cartes d’identité sont produites est Bamenda dans la région du Nord-Ouest, qui est à une distance de près de 200 kilomètres.

Une grande partie des personnes résidant à Akwaya ne possèdent pas de cartes d’identité puisqu’elles ont faire un voyage très loin, avec les dépenses associées, pour se procurer la carte. Les stagiaires de 18 ans et plus qui passent des examens publics sur place rencontrent également des difficultés s’ils n’obtiennent pas la carte, car il s’agit d’une condition d’inscription. Ils sont obligés de faire un voyage à Mamfe ou à Bamenda pour obtenir la carte d’identité.

L’honorable Martin Aka, un législateur représentant Akwaya au Parlement, déclare qu’il mène un plaidoyer non seulement pour que le district soit divisé en des quartiers plus petits du fait de son immensité, il pousse également à la création d’un centre de production d’identité. Hon. Aka a fait référence à cela pendant la période de préoccupation lors de la session du Parlement de novembre 2021.

Akwaya n’est qu’un des nombreux quartiers du pays qui n’ont pas de centres de production de cartes d’identité numériques, ce qui rend la vie pratiquement difficile pour citoyens en termes de libre circulation et d’accès à certains services.

Le 10 février 2022, le quotidien local faisant autorité The Guardian Post a rapporté qu’un homme de la localité de Nwa dans le Nord-Ouest La région aurait été abattue par un soldat pour ne pas avoir présenté sa carte d’identité nationale lorsqu’on lui a demandé de le faire.

Il n’était pas clair si le résident en fait n’en possédait pas, mais il n’y a pas de lieu de travail de production de cartes d’identité dans la région. tout le district de Nwa, qui est également l’un des foyers du conflit séparatiste dans les parties anglophones du pays.

Après le rapport, le ministère de la Défense n’a publié aucune déclaration à ce sujet.

Les militants de l’ID ont déclaré de tels événements lorsqu’ils soulignent à nouveau l’épreuve qui compte ss Les Camerounais qui n’ont pas de pièces d’identité traitent spécifiquement dans les communautés rurales éloignées.

Système d’identité mal créé, États militants

Les circonstances actuelles de production et de délivrance des cartes d’identité au Cameroun ne préoccupent pas seuls les résidents qui ont effectivement été victimes ; il met également l’accent sur les partisans des droits d’identification qui pensent que le problème va même jusqu’à la conception et le style du système d’identification.

« Habituellement, les systèmes d’identification nationaux sont censés être des systèmes fondés sur la justice, mais le système en Le Cameroun perpétue plutôt l’oppression et l’exclusion. De par sa conception, son style, son déploiement et sa surveillance, le système d’identification biométrique du Cameroun inflige plutôt des dommages aux personnes les plus vulnérables qu’il était censé desservir. Par expérience, il laisse beaucoup à préférer tel qu’il était apparemment mal conçu, sévèrement conçu et mal mis en œuvre », déclare Colbert Gwain, un activiste de l’identification numérique qui s’est occupé de l’identification numérique et des emplois d’inclusion au Cameroun et dans d’autres parties du continent.

Se rapportant à la vérité que les propriétaires de certaines communautés à travers le pays ne peuvent pas accéder à la carte d’identité, soit en raison de la distance d’accès aux centres de production d’identité, soit pour d’autres raisons, déclare Gwain : « Dans l’état actuel des choses, et étant donné que ni la société civile iety ni les quartiers les plus touchés par le système de carte d’identité nationale n’ont été contactés avant de le déployer, cela a considérablement compromis la capacité du système à desservir ces populations de manière appropriée. »

Gwain explique également les retards dans la délivrance du déplorables et pense que le gouvernement fédéral doit réfléchir à d’autres possibilités pour rendre le système d’expédition des cartes d’identité plus rentable. Pour lui, imiter l’exemple du système de passeport biométrique récemment mis en place ne sera pas une mauvaise chose à faire.

« Si la délivrance d’identité biométrique au Cameroun devait être aussi rapide que le tout nouveau système de passeport biométrique introduit en 2015 où les passeports sont délivrés dans les 48 heures, alors le système pourrait agir comme un gardien de la capacité des quartiers marginalisés à accéder et à faire valoir leurs droits… » soutient-il.

Existe-t-il une échappatoire ?

Bien que les problèmes liés à la délivrance de la carte d’identité persistent, la situation pourrait ne plus être le cas pour beaucoup plus longtemps si des efforts sont actuellement déployés pour introduire un tout nouveau système d’identification biométrique qui sera pratique dans la livraison et jusqu’à -date en termes de qualité donne des résultats rapides.

Suite à une annonce faite l’année dernière par le secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh, selon laquelle des plans étaient en cours pour présenter des autorisations citoyennes biométriques et une nouvelle génération à l’échelle nationale Carte d’identité, la DGSN est soupçonnée d’avoir lancé un appel à tende r pour la tâche de la carte d’identité, comme l’a rapporté Biometric Update en novembre dernier.

Une source bien informée sur le sujet, et qui a demandé à rester anonyme, a confirmé qu’il y avait bien un appel d’offres par DGSN pour un nouveau système de carte d’identité biométrique et la date limite de remise des offres par les entreprises intéressées est le 15 mars 2022.

En mettant en place un système de carte d’identité similaire à celui du passeport biométrique, qui est moins d’un an en place, de nombreux Camerounais pensent que les problèmes de délivrance d’identité dans le principal pays africain, qui ont été un gros casse-tête au cours des dernières années, appartiendront au passé.

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

xnxx sex download russianporntrends.com hardxxxpics saboten campus freehentai4u.com read manga porn rakhi sex photo ganstagirls.com nani sex video xxx indian girl video download elporno.mobi tamilauntycom bf hd video bf hd video porn555.me anyporn hd tamil beach sex erolenta.com xxx sex boy to boy bustyboobs pakistanixxxx.com nude sexy videos desi sex xvideos.com tubaka.mobi justdesi in free naked dance vegasmpegs.mobi eva grover desi ass lick eroanal.net 69 xvideo 4k xnxx thefuckingtube.com xxii roman numerals translation tamil nayanthara sex sexozavr.com indian porn videos tumblr كلبات سكس porn-arab.net نيك ف الكس y3df comics popsexy.net akhil wife hentai ahri wowhentai.net the sarashina bloodline