jeudi, 18 avril 2024

Le MOSIP rallie les parties prenantes pour favoriser le débat sur le développement inclusif de l’identification numérique

Des agents gouvernementaux, des partenaires industriels et multilatéraux, des concepteurs, des universitaires et des acteurs de la société civile restent dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, pour découvrir les techniques toutes nouvelles et existantes permettant de mettre en œuvre avec succès la stratégie tout-en-un. emplois dans l’identité numérique et les installations publiques numériques (DPI).

Cela restera dans un événement de trois jours baptisé MOSIP Connect 2024, qui s’ouvre le mardi 5 mars, organisé par MOSIP (la plateforme modulaire d’identité open source), en coopération avec le Programme national d’identification d’Ethiopie (NIDP).

Les organisateurs vérifient les L’occasion verra la participation de plus de 90 délégués provenant de 30 pays, 59 exposants et plus de 100 partenaires industriels et parties prenantes.

Les conversations et réflexions au cours de l’occasion seront globales et basées sur l’exécution et gestion des tâches d’identification numérique et DPI à l’aide de plates-formes open source telles que MOSIP.

L’Éthiopie est l’un des pays qui réalisent actuellement une tâche d’identification numérique à l’échelle de la population basée sur MOSIP. Il y aura un partage d’expériences entre d’autres pays exécutant des systèmes d’identification numérique basés sur MOSIP. À la fin de l’année dernière, pour rappel, le MOSIP a révélé qu’il avait atteint le cap de cent millions d’identités numériques et civiles émises grâce à son innovation open source.

Les affaires de la conférence s’ouvrent officiellement au début du mois. matin du 5 mars avec une série d’activités, y compris un discours d’ouverture du directeur exécutif du NIDP, Yodahe Zemichael, qui devrait dresser un tableau panoramique du développement de la mise en œuvre du projet d’identification numérique en Éthiopie.

D’une manière générale, Les sujets du premier jour ont en fait été organisés sous la balise « Construire », ce qui implique que les discussions dépendront de problèmes allant de l’inscription à la délivrance d’une pièce d’identité, explorant la procédure permettant de donner vie à un DPI robuste et inclusif. Les sujets de cette journée comprendront, pour n’en nommer que quelques-uns, des informations sur le MOSIP, l’identification numérique centralisée et décentralisée, l’identité à la naissance, la biométrie dans l’identification numérique et la garantie de la qualité de la biométrie, ainsi que la sécurisation des informations d’identité et les opportunités émergentes.

La deuxième journée (6 mars) s’ouvrira avec une série d’activités préliminaires, notamment un discours d’un responsable de l’Open Wallet Structure. Les discussions ont en fait largement porté sur la manière de « développer » les systèmes d’identification numérique en créant un environnement de changement significatif dans lequel la technologie répond à des options ingénieuses et sur le terrain pour un accès transparent aux droits et aux services. Quelques-unes des présentations aborderont des questions telles que les portefeuilles de qualifications et les points de vue sur l’adoption des portefeuilles, la protection de la biométrie, le déblocage de la confiance, les licences open source, l’obtention d’outils open source, les modalités émergentes et les développements des technologies biométriques, ainsi que la structure s’appuyant sur le croisement. -identité frontalière. Cette journée comprendra également une conférence du Comité d’innovation du MOSIP.

Le 3ème et dernier jour (7 mars), les participants auront droit à une autre série de sujets étonnants, personnalisés sur le thème du « Changement », une réflexion de la volonté du MOSIP et de ses partenaires d’œuvrer pour un avenir de changement numérique où personne ne souffre d’aucune forme d’exclusion. Parmi les sujets programmés pour la conversation figurent des informations détaillées sur les transferts G2P (gouvernement à peuple), l’adoption de MOSIP du pilote à la production, une bonne adoption de l’innovation, l’aide à la combinaison et une discussion sur les informations sur les options de partenariat.

Au cours des trois jours, de nombreuses tables rondes ont été organisées et des intervenants issus des gouvernements, des partenaires du MOSIP et de l’industrie aborderont de nombreux sujets de préoccupations modernes liés au DPI. Il y aura également des sessions de « découverte de services » au cours desquelles de nombreux fournisseurs de services d’identification numérique et de biométrie présenteront leurs produits et innovations dans le domaine de l’identification numérique.

À travers des sessions, des ateliers et des discussions, l’événement d’Addis-Abeba offrira l’opportunité d’impliquer les nations pour « favoriser la collaboration et des conversations approfondies sur des systèmes d’identification numérique inclusifs ».

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici