mardi, 17 mai 2022

Les antécédents du fournisseur de réenregistrement biométrique de la carte SIM ghanéenne font l’objet d’un examen minutieux

À un moment où de nombreux Ghanéens ont révélé une aggravation de la procédure de capture biométrique pour le réenregistrement d’une carte SIM ordonnée par le gouvernement, la société qui a obtenu l’accord a en fait répondu à des critiques cinglantes pour incompétence présumée. dans le domaine.

C’est selon une publication sur de Selorm Branttie, vice-président du Centre IMANI pour l’éducation politique, un groupe de réflexion influent basé à Accra, la capitale ghanéenne. Le message est republié par GhanaWeb.

Selon Branttie, la société kenyane a contracté pour l’activité explique son site Web sous le nom de « Ghanaaid.com », mais ses conclusions révèlent qu’il n’existe aucun site Web de ce type.

Il dit que l’application utilisée pour la procédure de réenregistrement est l’application d’agent d’enregistrement SIM du Ghana. trouvé sur Play, mais il n’est accompagné d’aucune information considérable qui montre les antécédents et l’expérience du développeur de l’application.

Branttie continue de dire qu’à partir de ses découvertes, la seule activité biométrique que la société kenyane a réellement exécuté dans le passé est un programme pour inscrire les producteurs de soja dans un comté kenyan.

Le défenseur de la politique déclare qu’il a également fait des recherches sur l’entreprise qui a inscrit le site inexistant. Appelée Pitstop Technologies, l’entreprise n’a pas non plus de site Web, affirme Branttie, ajoutant qu’une recherche plus poussée l’a conduit à une entreprise du même nom qui s’est inscrite à Malte en 2018.

« L’ensemble de la nation du Ghana avec ses 42 millions d’inscriptions SIM actives ont été déléguées à une entreprise qui a inscrit des producteurs de soja dans un comté du Kenya sans aucun site Web. Relativement, la commission électorale qui effectuait environ 18 millions d’inscriptions d’électeurs a utilisé des affaires qui sont déjà dans la région et comprises pour mener à bien ces activités, pour lesquelles je n’ai pas besoin de citer de noms », vérifie une section de la publication de Branttie.

L’inscription pour le vote de décembre 2020 au Ghana a été réalisée par une coentreprise entre Laxton , Thales, et un partenaire régional.

« Du président au mendiant dans la rue avec un téléphone, toutes nos informations biométriques sont gérées par une entreprise sans site, sans recommandations, sans performances histoire, non reconnaissable Les activités n’importe où dans le monde, même dans un petit pays… Il y a beaucoup de préoccupations que nous devrions commencer à nous renseigner sur les consultations de mise en œuvre technique qui ont eu lieu avec une activité comme celle-ci », inclut Branttie.

Questions développement

Dans une publication de suivi sur Facebook, le vice-président du Centre d’éducation aux politiques IMANI déclare qu’il n’est pas contre une entreprise kenyane exécutant une tâche au Ghana, mais sa préoccupation est de savoir si une telle entreprise a les capacités requises pour la tâche.

Branttie dans le poste soulève un certain nombre de questions consistant en la nécessité pour les autorités ghanéennes de révéler une liste de ceux qui ont été présélectionnés pour développer l’application de réenregistrement, à des fins d’ouverture.

« Nous devons connaître les critères et les références spécifiques qu’ils ont utilisés pour choisir cette entreprise en particulier au-dessus des autres. Il resterait dans l’intérêt de tous de voir quelles autres exigences l’entreprise choisie remplissait pour être qualifiée pour ce service », écrit Branttie.

Il ajoute : « Nous pouvons numériser le Ghana, et nous devrions, et je soutenir SE Bawumia (le vice-président du Ghana) à ce sujet, mais nous devons utiliser les bons canaux, ou nous finirons par être perdants. »

Date de réinscription à la réunion

Encore autre escapade sur Facebook, Branttie s’inquiète de l’opportunité de réenregistrer les 42 millions de cartes SIM utilisées au Ghana dans les délais fournis par le gouvernement.

Il dit que pour que cela se produise, une moyenne de 233 000 biométriques les captures doivent être effectuées par jour, ce qui, selon lui, est extrêmement improbable pour des raisons logistiques. La date d’échéance du processus est le 31 mars 2022, et les autorités affirment que les cartes SIM sont les plus susceptibles d’être suspendues du réseau après cette date.

Cela proteste contre ce contexte que l’Association nationale des opérateurs de secrétariat et de café Internet du Ghana (NASICOG) a proposé d’aider à accélérer le processus de réenregistrement de la carte SIM, selon un rapport de GhanaWeb.

Le secrétaire du NASICOG, Richard Agyarko, est cité par le rapport comme disant qu’ils contribueront à réduire le courant l ines en mettant à disposition leurs 200 centres régionaux et 10 centres communautaires aux inscrits pour raccourcir le temps nécessaire à la capture biométrique.

Appels pour arrêter la réinscription SIM

Dans la rafale de tous les controverse, un ancien chef de la National Recognition Authority (NIA) Dr. William Ahadzie a appelé à une suspension de l’exercice de réenregistrement de la carte SIM pour que des consultations avec les parties prenantes soient menées, rapporte Pulse.

Dans une déclaration citée par le point de vente, Ahadzie suppose que laisser les opérateurs de télécommunications collecter les informations biométriques de Les Ghanéens les exposent à diverses formes de menaces à la vie privée et à d’éventuelles violations d’informations.

« Au Ghana, la loi permet uniquement à la NIA d’établir un registre biométrique à l’échelle nationale et de partager ces données biométriques avec les agences utilisatrices dans des conditions strictes (en raison du risque élevé d’usurpation d’identité). Chaque personne possédant un téléphone et possédant une Ghanacard a actuellement ses données biométriques enregistrées par la NIA et stockées dans le système automatisé d’identification des empreintes digitales (AFIS).

« NIA peut produire des informations sur tous les consommateurs des opérateurs de télécommunications pour la confirmation et l’authentification de l’identité. De nombreux Ghanéens ont de nombreux numéros de contact avec différents Telcos. Ils passent d’une entreprise de télécommunications à l’autre au prix de grands risques et dépenses personnels », écrit-il.

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici