dimanche, 26 juin 2022

Les joueurs biométriques russes échangent leurs mains dans l’incertitude des sanctions

Les sanctions des pays occidentaux contre la Russie ont forcé le plus grand fournisseur de prêts de ce pays à céder des dizaines d’investissements financiers, composés d’entreprises de biométrie, dans un devis pour éviter d’être frappé d’accusations dommageables.

Une autre entreprise russe, Rostelecom Group, a acheté le fabricant russe de logiciels de biométrie BI Solutions, également aujourd’hui. On ne sait pas si cet accord est lié aux sanctions liées à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Dans un développement connexe, un éditeur commercial déclare avoir trouvé 10 salons et conférences sur l’innovation qui présenteront cette année des entreprises d’innovation russes et liées à la Russie qui pourraient être militairement stratégiques pour Moscou.

Selon top10vpm, les articles russes, y compris des concepteurs biométriques NtechLab, RecFaces, SpeechPro et VisionLabs seront révélés sous les mêmes toits que ceux des pays occidentaux, y compris les États-Unis, le Royaume-Uni et les membres de l’Union européenne.

Sberbank et 42 filiales ont été désignées comme entités agréées en avril. L’une des participations vendues était le développeur de biométrie Speech Innovation Center, selon Reuters. D’autres restent dans les systèmes cloud et le streaming vidéo et audio.

Il n’est pas clair si l’offre protège Sberbank ou les entités cédées des sanctions.

Les rapports n’ont pas découvert à quel point l’accord était estimé à. L’agence de presse Interfax, qui est exclue étroitement liée à Moscou, a estimé le prix d’un porte-parole de la disant : « L’accord a été conclu à un prix de marché raisonnable. »

Noviye Vozmozhnosti (Nouvelles opportunités) aurait acheté le holdings, selon le Moscow Times, une publication considérée comme étant en danger avec le leadership autocratique de la Russie.

Une joint-venture, Noviye Vozmozhnosti, a été créée en mars, après que la Russie a frappé l’Ukraine. Les rapports montrent que l’entreprise appartient à Tatiana Portnykh, un ancien agent d’agence de transfert d’actions.

L’identité du ou des partenaires de Portnykh dans les exploitations n’a pas été révélée. La Sberbank n’est apparemment pas associée à Noviye Vozmozhnosti.

Les dirigeants de la Sberbank espèrent apparemment pouvoir créer juste assez de distance entre eux et les entreprises qu’ils ont supprimées pour éviter les sanctions.

Reuters a en fait rapporté que la noue des collaborations avec les firmes et « poursuivra la mise en place d’activités et fonctionnelles conjointes ».

Cela doit néanmoins être un comprimé amer. Sberbank avait fait un développement fulgurant pour devenir un acteur majeur de l’industrie de l’innovation en Russie. Les dirigeants avaient déclaré qu’ils voulaient être au moins le troisième joueur de commerce électronique le plus important du pays d’ici 2023.

L’autre vente notable liée à la biométrie cette semaine est l’achat de BI Solutions par le groupe telco Rostelecom. BI crée une application logicielle de défense des informations biométriques. Sergei Becker, directeur général de BI, était propriétaire de l’entreprise, selon Interfax.

Rostelecom détient désormais 99,9 % de BI. Westelecom JSC, elle-même une holding de Rostelecom, détient le solde, selon la société de presse Tass, qui appartient au gouvernement russe.

La société de télécommunications aurait voulu renforcer ses propres opérations de sécurité de l’information.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici