dimanche, 14 août 2022

Pourquoi le gouvernement hésite-t-il encore sur la vérification de l’identité des médias sociaux ?

Liudas Kanapienis, PDG et co-fondateur de Ondato

La controverse a entouré l’inclusion en mai d’un projet de loi sur la sécurité en ligne dans le discours de la Reine. Il s’agit de l’introduction traditionnelle au programme législatif du Parlement britannique, probablement le dernier ordre du jour du gouvernement britannique avant qu’il ne soit tenu de se faire réélire dans deux ans.

La cause de discorde est l’incapacité apparente du projet de loi à s’attaquer de manière adéquate à l’un des principaux problèmes de sécurité en ligne : la capacité des utilisateurs à rester anonymes. Tant que cela reste possible, affirment les détracteurs du projet de loi, il y a peu de chances de réduire l’augmentation chronique des abus et des fraudes en ligne.

Il n’y a plus de raison technologique pour retarder davantage la lutte contre cette crise et, à mon avis, tout argument juridique et moral contre l’application devient de plus en plus intenable.

Le côté obscur des réseaux sociaux

Les médias sociaux sont profondément ancrés dans nos vies. Il est désormais utilisé par 4,62 milliards de personnes dans le monde le monde. C’est près de 60% de tous les habitants de la planète. Le temps moyen passé sur les réseaux sociaux est d’un peu moins de 2,5 heures par jour, avec un total de 12 500 milliards d’heures passées en ligne chaque année.

Mais pour toute l’attraction et les avantages incontestables des médias sociaux, il y a aussi un côté sombre. La possibilité de rester anonyme ou de prendre une fausse identité ouvre la voie aux crimes haineux, à la fraude et aux fausses nouvelles.

Facebook met le pourcentage de discours de haine sur sa plate-forme à 0,11 %. Ce qui signifie que pour 1 000 fois qu’un contenu est visionné sur la plateforme, l’un d’entre eux contiendra du contenu haineux. La question du discours de haine et de la façon dont il se répercute dans notre monde réel est un problème urgent, à la lumière de tragédies telles que la fusillade de la mosquée Christchurch en 2019 en Nouvelle-Zélande, la fusillade de Spa en 2021 à Atlanta, USA, la fusillade de Plymouth au Royaume-Uni en août 2021 et de nombreux autres incidents où les auteurs avaient des antécédents de propagation haine en ligne contre l’identité personnelle des groupes qu’ils ont attaqués dans la vraie vie.

Cette corrélation entre le discours de haine en ligne et les crimes physiques est plus qu’une conjecture. Une étude de 2019 par Cardiff Le HateLab de l’Université a découvert qu’une augmentation des discours de haine sur les plateformes de médias sociaux peut entraîner une augmentation du nombre de crimes physiques contre les minorités. L’étude a comparé les données sur la criminalité à Londres avec les données de Twitter et a constaté que le nombre de crimes aggravé par la race et la religion dans un lieu a augmenté lorsque le nombre de « tweets haineux » émis à partir de ce lieu a augmenté.

Cette recherche confirme une étude similaire de 2018 en Allemagne, qui a révélé que les commentaires négatifs en ligne sur les réfugiés peuvent avoir augmenté le taux de crimes de haine. Une autre étude de la NYU s’est concentrée sur les tweets discriminatoires liés à la race, à l’origine nationale et à l’ethnicité, et a trouvé des résultats similaires.

La fraude et les escroqueries sont d’autres conséquences négatives de la façon dont nous choisissons actuellement d’autoriser l’anonymat sur les réseaux sociaux. En 2020, selon Action Fraud, la fraude amoureuse au Royaume-Uni a augmenté de 20 % et a entraîné le paiement de plus de 68 millions de livres sterling (83,8 millions de dollars américains) aux criminels. Commençant généralement sur ou Instagram, ces escroqueries commencent par une demande d’ami apparemment inoffensive d’un étranger, suivie d’une conversation agréable et, éventuellement, d’une demande d’argent. Les victimes britanniques ont perdu en moyenne 7 850 £ chacune (9 674 $). Aux États-Unis, les dernières données de la Federal Trade Commission (FTC) des montrent que plus de 95 000 personnes ont perdu de l’argent à cause de fraudes liées aux réseaux sociaux en 2021, avec des pertes multipliées par plus de 18 au cours des quatre dernières années.

Les fausses nouvelles sont également une préoccupation constante. Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, une guerre de propagande a également émergé sur les réseaux sociaux. Plusieurs plateformes de médias sociaux, dont Facebook, et YouTube, ont annoncé la suppression des comptes frauduleux propageant la désinformation. Des comptes fabriqués ou piratés auraient publié des informations erronées contre l’Ukraine, ce qui implique fortement qu’ils étaient gérés par des sources centralisées liées à la Russie et à la Biélorussie.

Appelle à la fin de l’anonymat

Face à ces méfaits, les appels au changement se multiplient. Au Royaume-Uni, les principales organisations de football ont écrit à et pour demander un « processus de vérification amélioré » pour tous les utilisateurs afin de lutter contre les abus racistes contre les joueurs et les officiels. Et écrit dans le magazine influent The Atlantic, le psychologue social américain Jonathan Haidt lance des appels similaires à la vérification d’identité afin d’améliorer la sphère politique publique.

Les politiciens, qui sont souvent la cible de haine en ligne, s’expriment également. Au Royaume-Uni, la députée noire Diane Abbott, qui a subi de nombreux abus en ligne, a fait valoir que mettre fin à l’anonymat est nécessaire pour attraper les responsables.

Les gouvernements commencent à agir

Alors que les politiciens eux-mêmes souffrent de la haine des réseaux sociaux, les gouvernements commencent à proposer des lois. Le gouvernement fédéral australien prévoit de sévir contre les « robots, les bigots et les trolls » en présentant au Parlement une législation qui obligera les sociétés de médias sociaux à collecter les détails de tous les utilisateurs. Les tribunaux seront autorisés à obliger les entreprises à communiquer l’identité des utilisateurs pour faciliter les affaires de diffamation, mettant ainsi de l’ordre dans ce que le Premier ministre a décrit comme le « Far West » en ligne.

L’Australie n’est pas le seul pays à envisager d’agir. Le sénateur français Alain Cadec a déposé une législation pour créer un Autorité de contrôle de l’identité numérique. Si elle était promulguée, la législation imposerait le transfert des identifiants des utilisateurs de médias sociaux à cette nouvelle autorité, qui enverrait alors au réseau social « un identifiant non nominatif », attestant l’identité de l’utilisateur mais ne la révélant pas afin de protéger sa vie privée. . La nouvelle autorité pourrait par la suite révéler l’identité des internautes à la demande d’un tribunal compétent, et uniquement pour sanctionner une déclaration contraire à la loi.

Au niveau de l’Union européenne, le L’acte législatif européen sur les services numériques (DSA) est en bonne voie d’être adopté. Il s’appliquera aux réseaux sociaux susceptibles d’atteindre plus de 10 % des 450 millions de consommateurs en Europe. La DSA s’appuie sur la directive sur le commerce électronique (ED) pour relever les nouveaux défis qui ont évolué depuis l’adoption de l’ED il y a 20 ans. Les nouvelles obligations proposées dans la DSA incluent des procédures plus détaillées visant à lutter efficacement contre les contenus illégaux et à les supprimer, ainsi qu’une obligation KYC, avec des amendes pouvant atteindre 6 % du chiffre d’affaires annuel mondial en cas d’infraction.

Les propositions du gouvernement britannique semblent étonnamment timides

Le gouvernement britannique a très récemment publié les détails de son projet de loi sur la sécurité en ligne. Cela inclut un rejet clair des appels à la fin générale de l’anonymat en ligne sur la base selon laquelle la possibilité de cacher son identité sous-tend le droit fondamental des personnes à s’exprimer et à accéder à l’information en ligne dans une démocratie libérale : « Le gouvernement reconnaît les préoccupations liées à l’anonymat en ligne… médias sociaux, pourraient avoir un impact disproportionné sur les utilisateurs qui comptent sur l’anonymat pour protéger leur identité. Ces utilisateurs comprennent des jeunes qui explorent leur genre ou leur identité sexuelle, des lanceurs d’alerte, des sources de journalistes et des victimes d’abus. »

Ce sont des arguments valables, mais le gouvernement semble minimiser les dommages sociétaux et personnels causés par le trolling en ligne et la désinformation. C’est aussi ignorer les mécanismes proposés — en France, par exemple — qui équilibrent l’exigence à la fois de préserver les avantages de l’anonymat tout en protégeant les individus et la société contre les abus.

Au lieu de cela, le projet de loi vise à cibler les activités en ligne nuisibles. Toutes les entreprises concernées seront tenues d’évaluer si les enfants sont susceptibles d’accéder à leurs services et, le cas échéant, d’utiliser des technologies d’assurance ou de vérification de l’âge pour empêcher les enfants d’accéder aux services qui présentent « le risque le plus élevé de préjudice ».

Et il favorise le modèle de vérification opt-in proposé par la députée Siobhan Baillie, membre du parti conservateur au pouvoir, dans son Projet de loi sur les plateformes de médias sociaux (vérification de l’identité), présenté l’année dernière en vertu des dispositions des projets de loi d’initiative parlementaire de la Chambre du Parlement.

Comme sa proposition de loi, le nouveau projet de loi propose que les gens aient la possibilité de vérifier leurs comptes, tandis que les plates-formes seraient tenues d’offrir des options pour limiter ou bloquer l’interaction avec les utilisateurs non vérifiés. Ceux qui souhaitent rester anonymes seraient autorisés à utiliser un pseudonyme pour leur identifiant de réseau social et à choisir s’ils souhaitent que leurs informations personnelles soient vérifiées ou non.

L’option « Blue Tick » ne va pas assez loin

De nombreuses plateformes de médias sociaux offrent déjà à certaines personnes un moyen de vérifier leurs comptes et de signaler ces comptes vérifiés avec un symbole. Il s’agit de la soi-disant « coche bleue » utilisée à la fois sur et Instagram, créée en réponse à de faux comptes de personnes et d’organisations notables.

Il est possible que les plates-formes choisissent d’utiliser leurs systèmes de coche bleue existants pour les utilisateurs réguliers afin de se conformer à la législation britannique, mais elles peuvent conclure que ce n’est pas le bon outil et exécuter des systèmes parallèles.

Cependant, même cela ne va pas assez loin, à mon avis. L’existence de comptes vérifiés à coche bleue implique l’existence de comptes non vérifiés qui sont toujours libres d’escroquer les gens. Pourquoi autoriserions-nous cela, alors qu’il existe des moyens parfaitement raisonnables de l’arrêter ?

Le contre-argument est qu’il n’y a pas de lien prouvé entre l’anonymat et le contenu abusif. Twitter lui-même affirme que 99 % des comptes qu’il a interdits, pour plus de 1 600 tweets d’abus, n’étaient pas anonymes.

Si ces données sont correctes, la procédure de correction nécessaire est la vérification obligatoire de l’identité et une définition légale plus stricte de ce qui est autorisé. Cependant, le projet de loi britannique ne vise pas explicitement à introduire de nouveaux pouvoirs de police : « Le gouvernement travaille également avec les forces de l’ordre pour déterminer si les pouvoirs actuels sont suffisants pour lutter contre les abus anonymes illégaux en ligne. Le résultat de ce travail éclairera la position future du gouvernement en ce qui concerne les abus anonymes illégaux en ligne. »

En d’autres termes, les pouvoirs d’application qui ne parviennent pas actuellement à enrayer la montée de la haine en ligne ne sont pas jugés insuffisants et constitueront probablement la base du nouveau régime.

La seule façon de résoudre ces problèmes est d’utiliser la vérification d’identité numérique à tous les niveaux (avec la possibilité de masquer les pièces d’identité à moins qu’une transgression légalement définie n’ait lieu) pour s’assurer que la personne qui crée un nouveau compte ne se fait pas passer pour qui que ce soit. sinon.

Le marché commercial comprend le message. L’application de rencontres la plus populaire, Tinder, déploie l’authentification volontaire des clients, y compris la vérification des photos et la vidéo en face à face. Ces fonctionnalités donneront aux utilisateurs l’assurance que leurs correspondances sont authentiques, leur permettant d’éviter des situations désagréables ou même des escroqueries amoureuses.

Mais c’est un programme volontaire. Inclure la vérification humaine comme niveau de protection supplémentaire et obligatoire pour tous les utilisateurs de médias sociaux, ainsi que des pouvoirs de police exécutoires, réduirait considérablement les infractions pénales sur les réseaux sociaux. La conformité KYC est une technologie mature et bien comprise qui garantit la confidentialité des clients. Il est efficace et anti-fraude. Il est temps d’en faire une obligation légale.

À propos de l’auteur

Liudas Kanapienis est PDG et co-fondateur d’Ondato.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : les aperçus de l’industrie de Biometric Update sont du contenu soumis. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement les opinions de Biometric Update.

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici