dimanche, 26 juin 2022

Reconnaissance faciale en Europe : que se passe-t-il et comment protéger les personnes ?

2 nouveaux rapports ont pour objectif d’établir le statu quo de l’utilisation de la reconnaissance faciale en dans les lieux publics et par les forces de l’ordre. Ils cherchent tous deux à explorer les subtilités de la technologie et de son application, tandis que l’un aide à informer les législateurs de l’Union européenne sur l’utilisation des technologies par la police et à traiter toute information capturée, l’autre est le premier d’une série en six parties pour apportez plus d’exemples, de cas d’utilisation et de précision pour informer le différend continu.

L’innovation de la reconnaissance faciale et son utilisation de l’IA et de l’apprentissage automatique subissent de nombreux endroits de la réglementation de l’UE, qu’ils soient déjà en place ou à venir. Il y a des appels pour que la loi sur l’IA interdise l’innovation pour l’identification à distance dans les lieux publics, les commissions parlementaires ont exigé un conditionnement du projet, tandis que l’analyse de l’Institut Ada Lovelace suggère que toute interdiction pourrait en vérité réduire les protections par rapport à la sécurité biométrique.

Publiés à quelques jours d’intervalle, les nouveaux rapports se montrent (plutôt) complémentaires et éclairent davantage un scénario complexe. Les deux mettent en évidence des contradictions dans la manière dont les données biométriques sont spécifiées, par exemple par le RGPD et le règlement sur l’application de la loi. Comme pour d’autres opérations dans ou par l’UE, les rapports contribuent à la conversation mondiale sur le déploiement de la reconnaissance faciale.

Normes de l’EDPB pour les législateurs, les forces de l’ordre : la reconnaissance faciale dépasse la sécurité des données

Le comité européen de la sécurité des données (EDPB) a publié pour consultation publique ses lignes directrices sur l’utilisation de l’innovation de reconnaissance faciale dans la localisation de la police.

Le dossier s’adresse principalement aux dirigeants politiques de l’UE et des et les organismes chargés de l’application de la loi et leurs agents sur les préoccupations liées à la mise en place de systèmes de reconnaissance faciale. Ils décrivent les propriétés propres à la technologie de reconnaissance faciale et le cadre juridique adapté. Pour ce faire, il explique comment le niveau de sensibilité d’un cas d’utilisation peut être catégorisé et fournit des conseils utiles aux forces de l’ordre souhaitant acquérir un système de reconnaissance faciale.

Il convient de garder à l’esprit que le corps prend une ligne difficile sur l’utilisation de la reconnaissance faciale. Le CEPD est un organisme indépendant qui garantit l’application du RGPD dans l’ensemble de l’Espace économique européen. Ne soyez pas déconcerté par le responsable européen de la défense des données, le CEPD, qui est l’autorité indépendante de l’UE en matière de sécurité des données, qui se concentre davantage sur les propres institutions du bloc.

Les deux organes travaillent ensemble et, en mai 2021, ont appelé à un « accord de base restriction à toute utilisation de l’IA pour une reconnaissance automatisée des fonctions humaines dans des espaces librement accessibles » dans un avis conjoint sur la loi IA. Ils ont également appelé à une restriction sur la catégorisation, l’analyse des sentiments et le raclage d’Internet pour développer des bases de données d’images faciales.

La norme cherche à faire la distinction entre la biométrie faciale utilisée pour l’authentification et la reconnaissance et les menaces associées. Le fichier comprend de nombreux principes de protection tels que la réduction des informations, l’utilisation des évaluations des effets sur la sécurité des données (DPIA) et la journalisation des bases de données. Il décrit également les contradictions entre les directives d’application de la loi sur l’utilisation de l’innovation de reconnaissance faciale et la sécurité des droits fondamentaux :

« L’utilisation de la reconnaissance faciale a une influence directe ou indirecte sur une variété de droits et libertés fondamentaux consacrés dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE qui peuvent aller au-delà de la vie privée et de la sécurité des informations, telles que le respect de soi, la liberté de mouvement, la liberté de réunion, etc. Cela est particulièrement pertinent dans le domaine de la police et de la justice pénale. »

Étude de recherche MAPFRE, partie 1 : comprendre la reconnaissance faciale publique dans l’UE et au Royaume-Uni

« MAPper l’utilisation de la reconnaissance faciale dans les espaces publics en Europe » (MAPFRE) est une tâche développée par l’IA – Chaire de réglementation de l’Institut multidisciplinaire en système expert (MIAI) de l’Université Grenoble Alpes en France.

Il commence à publier une série de six rapports du projet d’étude de recherche MAPFRE sur la fa eing used et les problèmes juridiques associés dans l’UE et au Royaume-Uni en sélectionnant et en examinant 25 cas représentatifs.

Semblable au rapport de l’EDPB, MAPFRE découvre que le contrôle de la reconnaissance faciale et de l’analyse dans les lieux publics est une préoccupation majeure pour sociétés démocratiques. « Curieusement, cependant, le différend sur ces préoccupations fondamentales se déroule en l’absence d’une évaluation approfondie de la façon dont le droit européen actuel est utilisé pour ces problèmes », écrit Theodore Christakis, le chef de file, dans un court article introduisant la série.

La tâche vise également la clarté et la précision sur le sujet pour notifier la discussion.

Partie 1 « A Quest for Clearness : Unpicking the « Catch-All » Term » traite du problème de significations et les positions adoptées par les membres du Conseil et du Parlement européens dans la préparation continue de la loi sur l’IA.

Il explore les arguments en faveur de la production d’un ensemble distinct de « données biométriques » par rapport aux « données biométriques ». données », et les problèmes avec un effort pour faire la différence.

Les installations ultérieures se pencheront sur la technologie de reconnaissance faciale dans les examens criminels, l’appariement à distance en temps réel, l’analyse faciale et « un tout premier rapport détaillé sur l’utilisation de la reconnaissance faciale pour les fonctions d’autorisation i n espaces publics en Europe. »

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici