mercredi, 28 février 2024

Son système biométrique entravé, la police de Floride fait pression pour un nouveau logiciel

Les législateurs

de l’État américain de Floride envisagent d’améliorer le système d’identification biométrique de la police d’État. Il est censé avoir 14 ans d’âge, une surcapacité et ne gère que les empreintes digitales.

Le Département de l’application de la loi aurait demandé 20 millions de dollars au cours des 2 prochaines années pour passer à une nouvelle application logicielle de biométrie, puis 10 $ millions chaque année pour le service et l’entretien.

Les autorités demandent aux législateurs de dépenser pour les logiciels basés sur le cloud, MBIS Cloud, de la société de sécurité d’identité Idemia, selon les rapports de l’éditeur de nouvelles Florida Politics. La base de données du système serait modifiée avec le logiciel de base de données Microsoft.

Le système d’identification existant peut évaluer et conserver les empreintes digitales et palmaires et les partager avec le FBI pour contraster avec le propre système biométrique d’identification de nouvelle génération de l’entreprise fédérale. Cependant, l’application logicielle de l’État ne peut plus être mise à niveau, selon les partisans de l’achat.

Bien que l’application puisse prendre en charge la reconnaissance faciale, l’État n’utiliserait pas cette fonction, a déclaré Joey Hornsby, responsable des services informatiques. pour la police d’état. Ce ne serait qu’un choix futur.

Le changement prendrait 2 ans à 30 mois. L’intégration peut s’avérer difficile. La police d’État utilise le logiciel et le matériel d’identification biométrique mobile HID Global.

En 2015, selon Florida Politics, la législature de l’État a affecté 4 millions de dollars aux travaux préparatoires. Il faudrait concevoir 8 millions de dollars supplémentaires cette année et 11,7 millions de dollars pour 2024-2025.

Déplacer même un nouveau système au-delà des empreintes digitales sera difficile. Une partie importante de la population estime que la reconnaissance faciale sous presque toutes les formes n’est pas souhaitable. Il existe des solutions de contournement où les obstacles juridiques évitent une plus grande utilisation, mais la conviction du public n’est pas clairement du côté des forces de l’ordre ici.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici