lundi, 22 avril 2024

Un financement de 6 millions de dollars et une nouvelle direction pour VerifyMy dans un contexte d’explosion réglementaire

Le fournisseur de services de confirmation d’âge et de contenu basé au Royaume-Uni s’apprête à tirer parti de l’augmentation des réglementations liées à l’âge, en recrutant un co-PDG en tandem avec un budget de 5 millions de livres sterling. (6,2 millions de dollars) provenant d’investisseurs providentiels, indique un rapport sur BusinessCloud.

Michal Karnibad s’associera au fondateur Ryan Shaw pour gérer les responsabilités de PDG. Karnibad apporte son expérience en tant que COO de la société norvégienne d’énergie solaire Otovo. Elle a souligné son dévouement à l’objectif de VerifyMy de protéger les enfants en ligne et de produire un effet favorable à grande échelle.

Shaw a déclaré que l’entreprise utiliserait le nouveau financement, qui peut provenir en partie du créateur de Booking.com, Marijn Muyser, pour continuer à réaliser un « fort développement commercial ». Il a noté le tourbillon d’activités réglementaires internationales concernant la biométrie et les articles en ligne soumis à des restrictions d’âge – les frais de sécurité en ligne du Royaume-Uni, la loi européenne sur les services numériques et le Kid’s Code de Californie, entre autres – et les plans visant à accélérer l’avancement des articles, dans l’espoir qu’il puisse capturer la crête de la vague juridique.

À l’heure actuelle, VerifyMy propose 2 articles. VerifyMyAge est son outil phare de confirmation d’âge, tandis que VerifyMyContent est un produit hybride d’authentification et de modération matérielle développé pour s’adapter aux opérations de Mastercard dans le secteur du divertissement pour adultes. Les clients de l’entreprise comprennent également eBay et Toolstation.

La pression en faveur d’une réglementation en ligne s’est en réalité renforcée à mesure que les réseaux sociaux et les sites Web pornographiques sont devenus plus populaires et plus simples d’accès pour les jeunes. Dans certains cas, comme dans le cas du projet de loi britannique sur la sécurité en ligne, les législateurs biométriques se sont heurtés à l’opposition de critiques qui considèrent les procédures comme invasives.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici