mardi, 16 avril 2024

La NHTSA demande à Tesla de rappeler 362 000 véhicules américains via le logiciel Autopilot

La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) des États-Unis oblige Tesla à mettre à niveau son application logicielle FSD (Full Self Driving) pour le système d’assistance au conducteur Autopilot dans environ 362 000 automobiles. Elon Musk est furieux, en particulier à propos de la catégorie en tant que « rappel » – une fois de plus.

Les régulateurs de la NHTSA ont déclaré jeudi que le système d’assistance à la conduite ne respectait pas correctement les lois sur la sécurité routière et pouvait déclencher des accidents. Plus précisément, l’autorité découvre que l’application logicielle Tesla permet à un véhicule « de dépasser les limites de vitesse ou de traverser des intersections de manière illégale ou imprévisible augmente le risque d’accident ».

Entre autres choses, les camions en version bêta le fonctionnement du logiciel FSD est déclaré avoir en fait continué tout droit à travers des panneaux d’arrêt ou dans des voies de virage sans s’arrêter. En termes simples, la manière extrêmement « imprévisible » avec laquelle la NHTSA critique.

Tesla a déclaré qu’il n’était pas d’accord avec l’analyse de la NHTSA, mais a finalement cédé. Le contenu précis de la mise à jour, qui sera désormais appliquée aux 362 000 véhicules concernés par voie aérienne sans voir d’atelier, n’est pas identifié. Il concerne les automobiles des 4 séries de modèles, les Model S et Design X de 2016 à 2023, les Design 3 de 2017 à 2023 et les Model Y de 2020 à 2023.

Pendant ce temps, Elon Musk s’est aussitôt plaint comme encore sur Twitter sur le fait que l’autorité utilise le terme rappel pour un problème qui peut être résolu au moyen d’une mise à niveau logicielle. C’est « anachronique et tout simplement incorrect ! » déclare l’employeur de Tesla.

Le désaccord était en fait en cours. Alors que Tesla souhaite envisager un rappel pour tout ce qui oblige les chauffeurs à rendre physiquement leurs automobiles aux ateliers, la NHTSA souhaite que les constructeurs automobiles demandent un rappel également dans les cas où une entreprise décide d’utiliser une mise à jour de l’application logicielle OTA pour résoudre ces problèmes. .

« Tout fabricant publiant une mise à jour en direct qui atténue un problème qui pose un danger déraisonnable pour la sécurité des véhicules à moteur est tenu de déposer rapidement une notification de rappel d’accompagnement auprès de la NHTSA », a déclaré l’autorité à propos d’un précédent rappel Tesla en novembre dernier.

Selon les données de la NHTSA, Tesla a signalé 19 projets de rappel aux États-Unis en 2022 couvrant plus de 3,7 millions de véhicules, consistant en quatre rappels en novembre.

La NHTSA n’est pas non plus la seule autorité à contester spécifiquement Tesla et le système de pilotage automatique. Il y a eu des poursuites pour « allégations trompeuses » à partir de 2019 et par la suite en Allemagne. De plus, la KBA, responsable des rappels en Allemagne, a eu des doutes comparables à ceux apportés par la NHTSA.

Reuters.com

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici