samedi, 11 juin 2022

Le nouveau Scania 560 S de 13 litres affiche un rendement énergétique incroyable

Les niveaux de consommation de carburant du nouveau Scania 560 S 13 litres testé par Herbert Ulfhielm Fjärrtransport sont vraiment bas. Si bas par rapport aux autres camions qu’à première vue, le chauffeur Jerry Olofsson et le copropriétaire de l’entreprise Lars Åström pensaient qu’ils avaient fait une erreur. Mais ils allaient avoir une incroyable surprise.

« Vous êtes habitué aux camions où si vous consommez moins de 40 litres aux 100 kilomètres, vous êtes plutôt satisfait. Mais lors des derniers voyages maintenant, j’ai parfois été en dessous de 34 ou même 33 litres – et c’est avec le camion chargé de produits de bois lourds. La première fois que je l’ai vérifié et compté moi-même, j’ai pensé : « J’ai dû oublier de faire le plein de carburant », explique Jerry, qui conduit des camions depuis 23 ans ; les dix dernières avec Ulfhielm.

Deux fois par semaine, ce chauffeur sympathique et bavard effectue le trajet de 7,5 heures et 500 kilomètres à travers les montagnes entre la ville suédoise de Skellefteå et le port norvégien de Bodø, transportant des produits du bois. Le lendemain, il retourne en Suède, chargé de livraisons de déchets destinés aux systèmes de chauffage urbain, ainsi que de copeaux de bois et de pneus. Le camion est son « bureau » et la réalisation d’une bonne économie de carburant est toujours une considération importante dans son travail.

« Pendant l’hiver, le camion consomme toujours un peu plus lorsqu’il tourne au ralenti car il fait beaucoup plus froid et le camion est plus lourd », ajoute-t-il.

« Mais au printemps, il a parcouru quelques centaines de milliers de kilomètres. Nous avons commencé à remarquer que les chiffres de carburant étaient bas, alors j’ai appelé mon patron Lars et lui ai demandé s’il avait vérifié ! Mais après cela, je l’ai vérifié tout le temps et les chiffres sont en fait corrects. Et c’est amusant ! Parce que je n’ai pas changé mon style de conduite; Je viens de conduire comme d’habitude. »

< /span>

Une aubaine en matière de consommation de carburant dans un secteur difficile

Le patron de Jerry, Lars Åström, conduit des camions depuis 1980. Lars a commencé avec Ulfhielm en 1984, quand il était dirigé par son oncle, Herbert Ulfhielm. Il a parcouru des millions de kilomètres depuis lors, et a été copropriétaire de la société basée à Skellefteå au cours des 11 dernières années. Avec cette expérience, il est juste de dire que ce Norrlandais laconique et décontracté a à peu près tout vu. Mais même Lars a haussé les sourcils devant les chiffres de consommation de carburant que Jerry rapportait.

rn

 

rn

« J’ai été surpris car la différence était si grande », déclare Lars.< /p>rn

 

rn

« C’est environ six litres tous les 100 kilomètres, et certaines semaines, il y a eu une différence encore plus grande entre notre Scania R 490 et celui-ci. Le 490 a été d’environ 38 à 40 litres et celui-ci a été assez constant ces derniers temps à 32 à 33 litres. Gardez à l’esprit que nous ne roulons toujours pas vraiment sur les meilleures routes et que la plupart du temps, nous transportons des charges allant jusqu’à 60 tonnes. »

rn

 

rn

« Nous J’ai eu plusieurs autres camions d’essai sur le terrain qui ont été efficaces, mais il n’y a jamais eu de camion qui a fait une aussi grande différence que celui-ci maintenant. Si je devais mettre à jour ma flotte de cinq camions, les économies de carburant s’élèveraient à environ 30 000 € par an. Pour mon entreprise, c’est l’équivalent des versements pour un autre camion. »

rn

&nbsp ;

rn

C’est un coup de pouce bienvenu pour la rentabilité de l’entreprise dans un secteur où les marges sont de plus en plus serrées. Herbert Ulfhielm Fjärrtransport est en affaires depuis près de 50 ans, mais Lars Åström dit que le travail n’a jamais été aussi difficile qu’il ne l’est de nos jours.
rn
rn

rn

« C’est devenu beaucoup plus difficile ces dernières années que lorsque mon cousin et moi avons pris la relève », dit-il. « Il y a beaucoup plus de concurrence maintenant. »

rn

 

rn

« Donc, les marges diminuent. Les premières années, nous parcourions 70 000 à 80 000 kilomètres par an, mais maintenant nous devons parcourir jusqu’à 160 000 à 170 000 kilomètres par an pour faire un profit décent. C’est beaucoup plus difficile de nos jours. » 

rn », »@type »: »scania-core-app/components/content/content/text »}} »>

Le patron de Jerry, Lars Åström, conduit des camions depuis 1980. Lars a commencé avec Ulfhielm en 1984, lorsque l’entreprise était dirigée par son oncle, Herbert Ulfhielm. Il a parcouru des millions de kilomètres depuis lors, et a été copropriétaire de la société basée à Skellefteå au cours des 11 dernières années. Avec cette expérience, il est juste de dire que ce Norrlandais laconique et décontracté a à peu près tout vu. Mais même Lars a haussé les sourcils devant les chiffres de consommation de carburant que Jerry rapportait.

« J’ai été surpris car la différence était si grande », déclare Lars.

« C’est environ six litres tous les 100 kilomètres, et certaines semaines, il y a eu une différence encore plus grande entre notre Scania R 490 et celui-ci. Le 490 a été d’environ 38 à 40 litres et celui-ci a été assez constant ces derniers temps à 32 à 33 litres. Gardez à l’esprit que nous ne roulons toujours pas vraiment sur les meilleures routes et que la plupart du temps, nous transportons des charges allant jusqu’à 60 tonnes. »

« Nous avons eu plusieurs autres camions d’essai sur le terrain qui ont été efficaces, mais il n’y a jamais eu de camion qui a fait une aussi grande différence que celui-ci maintenant. Si je devais mettre à jour ma flotte de cinq camions, les économies de carburant s’élèveraient à environ 30 000 € par an. Pour mon entreprise, c’est l’équivalent des versements d’un autre camion. »

C’est un coup de pouce bienvenu pour la rentabilité de l’entreprise dans un secteur où les marges sont de plus en plus serrées. Herbert Ulfhielm Fjärrtransport est en affaires depuis près de 50 ans, mais Lars Åström affirme que le travail n’a jamais été aussi difficile qu’aujourd’hui.

« C’est devenu beaucoup plus difficile ces dernières années par rapport à l’époque où mon cousin et moi avons pris la relève », dit-il. « Il y a beaucoup plus de concurrence maintenant. »

« Donc, les marges diminuent. Les premières années, nous parcourions 70 000 à 80 000 kilomètres par an, mais maintenant nous devons parcourir jusqu’à 160 000 à 170 000 kilomètres par an pour faire un profit décent. C’est beaucoup plus difficile de nos jours. »

Une conduite stable, confortable et fiable

« Lorsque vous passez autant de temps dans le camion, vous y vivez, dormez et conduisez. Le bien-être est important et il faut pouvoir lui faire confiance, surtout en hiver quand il peut faire extrêmement froid », explique Jerry.

« Parfois, il descend jusqu’à moins 40 degrés Celsius, et le lendemain il y a une tempête de neige, il est donc vital de pouvoir faire confiance au camion et vital qu’il ne s’arrête pas. C’est absolument le plus important : que ça ne s’arrête pas ! Tout le reste peut casser, mais le moteur doit fonctionner quand il fait si froid. C’est une question de vie ou de mort. »
rn 

rn

« Mais », ajoute-t-il, « ce nouveau camion est stable et il fonctionne simplement bien. Vous êtes bien assis et vous vivez bien dans un Scania. J’ai essayé de conduire d’autres marques, mais si j’ai le choix, je choisis toujours un Scania. »

rn

 

rn

Jerry est également heureux que le camion soit beaucoup plus silencieux, grâce en partie à des changements de vitesse plus fluides et plus rapides.

rn

 

rn

« Quand c’est bruyant, on peut se fatiguer, donc j’apprécie qu’il soit plus silencieux et plus confortable. Surtout quand j’ai un long chemin à parcourir. »

rn

 

rn

Sur les routes de montagne dans les collines vides, il peut facilement conduire pendant 100 kilomètres sans voir personne, mais lorsqu’il rencontre d’autres conducteurs, Jerry a pris soin d’éviter les questions curieuses sur les performances du camion, d’autant plus qu’il est écrit R 540 à l’avant.

rn

 

rn

“ Le couple est très fort à bas régime ; il tire très loin à des vitesses donc il se sent stable. C’est un moteur à six cylindres dont nous parlons, mais beaucoup de gens pensent que c’est un moteur beaucoup plus gros; c’est juste calme.
rn 

rn

« Un collègue du côté norvégien m’a accompagné l’automne dernier, et ce n’est qu’au bout du sommet qu’il a été un peu plus rapide, même bien qu’il conduisait une 580. Je n’ai jamais su quelle était sa consommation de carburant, mais je suppose que je l’ai eu là ! »
rn
rn

rn », »@type »: »scania-core- app/components/content/content/text »}} »>

« Parfois, il descend jusqu’à moins 40 degrés Celsius, et le lendemain il y a une tempête de neige, il est donc vital de pouvoir faire confiance au camion et vital qu’il ne s’arrête pas. C’est absolument le plus important : que ça ne s’arrête pas ! Tout le reste peut casser, mais le moteur doit fonctionner quand il fait si froid. C’est une question de vie ou de mort. »
« Mais », ajoute-t-il, « ce nouveau camion est stable et il fonctionne simplement bien. Vous êtes bien assis et vous vivez bien dans un Scania. J’ai essayé de conduire d’autres marques, mais si j’ai le choix, je choisis toujours un Scania. »

Jerry est également heureux que le camion soit beaucoup plus silencieux, en partie grâce à un changement de vitesse plus fluide et plus rapide.

« Quand c’est bruyant, vous pouvez vous fatiguer, donc j’apprécie que ce soit plus silencieux et plus confortable. Surtout quand j’ai un long chemin à parcourir. »

Sur les routes de montagne dans les collines désertes, il peut facilement parcourir 100 kilomètres sans voir personne, mais lorsqu’il rencontre d’autres conducteurs, Jerry prend soin d’éviter les questions curieuses sur les performances du camion, d’autant plus qu’il est écrit R 540 sur le devant.

« Le couple est très fort à bas régime ; il tire très loin à des vitesses donc il se sent stable. C’est un moteur à six cylindres dont nous parlons, mais beaucoup de gens pensent que c’est un moteur beaucoup plus gros; c’est juste calme.
« Un collègue du côté norvégien est venu avec moi l’automne dernier, et ce n’est qu’au bout du sommet qu’il a été un peu plus rapide, même s’il conduisait une 580. Je n’ai jamais J’ai appris quelle était sa consommation de carburant, mais je suppose que je l’ai eu là ! »

« Je recommande aux autres clients d’essayer ce modèle »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici