mercredi, 4 mai 2022

Renault : OpenR : écrans tactiles et mélange de technologies

L’écran OpenR de Nouvelle Mégane E-TECH Electric est sans aucun doute l’avancée technologique la plus marquante de Renault en matière de technologie embarquée ces dernières années. Sa vitre et sa taille inédite se fondent à merveille dans les lignes du cockpit. L’interface OpenR Link, qui s’exécute sur le système d’exploitation Android et comprend les fonctionnalités de Google écosystème, est aussi simple à utiliser qu’un smartphone. Et le résultat est au rendez-vous : l’écran est sept fois plus fluide à utiliser que la génération précédente ! Marc, Experience Design Director chez Renault, nous emmène sur une hyper- parcours numérique intuitif.

La première voiture à écran tactile, la Buick Riviera, a célébré son 35e anniversaire l’année dernière. Mais l’électronique embarquée a parcouru un long chemin depuis ! Le matériel est plus efficace, l’expérience est plus fluide, les applications sont mises à jour en continu, les écrans sont en haute résolution et la navigation est maintenant sans effort, par exemple. Et une chose n’a pas beaucoup changé récemment : les systèmes multimédias des véhicules ressemblent de plus en plus à des smartphones.

Le principal défi était de proposer une solution permettant aux clients de trouver tout ce dont ils ont besoin de manière très rapide et intuitive.
Marc, Directeur Experience Design, Renault

Un écran XXL pour une immersion totale

Renault a développé une architecture électronique inédite sur le marché pour moderniser les systèmes d’aide à la conduite et améliorer le confort de vision lors de leur utilisation. Nouvelle Mégane E-TECH Electrique est la première voiture à en être équipée.

D’où le conducteur est assis, il s’agit d’un écran numérique composé de deux écrans formant un L. L’écran vertical de 12 pouces se trouve sur la console centrale de la voiture. « Il est dans la meilleure position pour que le conducteur puisse le voir et l’utiliser facilement, afin de profiter pleinement des capacités multimédias sans quitter la route des yeux », explique Marc. L’écran horizontal de 12,3 pouces est intégré au tableau de bord, derrière le volant.

Ensemble, les deux écrans couvrent 774 cm². Ainsi, ils maximisent la surface d’affichage et offrent une expérience immersive exclusive. Ils conviennent à une grande berline haut de gamme et sont tout simplement les plus grands écrans que Renault ait jamais intégrés dans un véhicule.

Cette prouesse technique coïncide avec l’arrivée de la toute nouvelle plateforme CMF-EV pour les véhicules électriques. Grâce à lui, les ingénieurs ont par exemple pu déplacer l’unité de climatisation dans le compartiment moteur et libérer plus d’espace dans le cockpit. Cela a permis de réduire la console centrale et d’ajouter l’écran affleurant. Ils ont également transféré le levier de vitesses et l’interface MULTI-SENSE sur le volant, pour améliorer l’ergonomie et libérer plus d’espace au milieu de l’habitacle et sur la console centrale.

À l’heure où les constructeurs automobiles transfèrent tout ce qu’ils peuvent sur les écrans, Renault a adopté une approche plus subtile : « Nous avons conservé les boutons sous l’écran central. De cette façon, les plus importants, comme les paramètres de climatisation, utilisent toujours une interface « physique ». Cette ligne de boutons chromés semble naturelle dans le cockpit. Et cela évite les « faux » boutons inutilisés sous la console que les générations de véhicules précédentes avaient souvent. »

Ces boutons non marqués étaient des options qui n’étaient pas incluses dans certaines versions. Sur Nouvelle Mégane E-TECH Electrique, toutes les commandes optionnelles – comme le volant chauffant – se commandent via les écrans.

Les composants qui s’ajoutent à une expérience inédite

Comme les derniers smartphones, l’écran OpenR  de la Nouvelle Mégane E-TECH Electric est fabriqué par Continental à l’aide de verre de type Gorilla à base d’aluminosilicate . Il est trempé, ultra-résistant aux chocs, inrayable et durée estimée à 15 ans. Il est livré avec un revêtement antireflet et anti-taches. Le contour ultra-fin protège les bords de l’écran. La qualité de la dalle TFT, la résolution HD 267 ppi (pixels par pouce) et la finition se combinent pour produire des images cristallines. L’écran du tableau de bord est également doté d’un revêtement antireflet et utilise la technologie avancée des micro-stores (la technologie utilisée par les écrans de confidentialité pour les ordinateurs). Cela signifie la « visière » qui protège généralement les compteurs de la lumière du soleil n’est plus nécessaire                                      la conception intérieure est encore plus élégante. En ce qui concerne la luminosité, « les panneaux s’adaptent à la luminosité extérieure, ils sont donc plus faciles à lire et ne fatiguent pas le conducteur », souligne Marc.

Une expérience de navigation améliorée par l’écosystème de

Dans la toute nouvelle Mégane E-TECH Electric, l’expérience utilisateur ressemble beaucoup à un smartphone intégré à la voiture. « L’idée est de s’inspirer des bonnes pratiques dont les clients ont l’habitude de profiter sur leur smartphone. De cette façon, ils n’ont pas à apprendre à utiliser un tout nouveau système », ajoute Marc.

Android Auto et Apple CarPlay sont toujours disponibles, mais l’interface est conçue pour éviter d’avoir à utiliser un téléphone. Toutes les fonctionnalités sont à portée de main des utilisateurs et le système OpenR Link s’exécute sur le système d’exploitation Android, de sorte que toutes les applications familières sont là. « Nous nous sommes associés à l’un des champions dans ce domaine, Google, afin de bénéficier de toute son expertise. » Les applications incluent tous les classiques de l’écosystème Google, y compris   Maps. « Si les clients utilisent  Maps sur leur téléphone, ils obtiennent exactement la même expérience sur l’écran de leur voiture, mais en mieux. L’écran est six fois plus grand qu’un écran de smartphone moyen. C’est définitivement plus pratique quand on est au volant. »

 Maps a également été optimisé pour les voitures électriques, de sorte qu’il inclut par exemple un planificateur d’itinéraire spécialement pour elles. Ce planificateur peut prendre en compte les données du véhicule en temps réel, les informations météorologiques et d’autres variables pour suggérer un arrêt à une station de charge donnée, indiquer au conducteur quel sera le niveau de charge de la batterie à l’arrivée à cette station de charge et lui dire combien de temps il faudra prendre pour charger la batterie. Il peut également estimer le niveau de charge de la batterie lorsque la voiture atteint sa destination.

Il y a un autre avantage : les cartes sont régulièrement mises à jour, elles deviennent donc de plus en plus précises tout le temps. Marc ajoute « Des millions d’utilisateurs enrichissent la base de données de Google, pour l’améliorer sans cesse. Ce système est « vivant », il évolue tout le temps. »

Ce système OpenR Link s’appuie sur 10 ans d’expérience dans la technologie embarquée chez Renault : « Nous avons conservé le concept global Renault Easy Link, mais nous avons utilisé ce que nous apprenions de notre les clients aussi. Nous nous sommes concentrés sur la simplification. Aujourd’hui, 90 % des fonctionnalités dont vous avez besoin au quotidien ne sont qu’à un ou deux clics. Et tout est visible à l’écran : il n’y a pas de pages cachées. »

Technologie de pointe : Renault s’associe à des experts

En plus de travailler avec pour enrichir l’interface logicielle de ses nouveaux écrans, Renault s’est associé à des partenaires de premier ordre qui fabriquent et fournissent les composants les plus fiables et les plus performants sur le marché. « Renault a atteint des standards jamais vus auparavant, en ce qui concerne le dimensionnement du matériel et la réponse de l’écran », Résume Marc.

Côté matériel, Renault a par exemple choisi le spécialiste américain Qualcomm, qui a fourni sa plate-forme Snapdragon Automotive Cockpit de troisième génération, construite autour d’un processeur ultra-efficace doté de nombreuses de capacité supplémentaire pour gérer les applications futures. En conséquence, le mouvement à l’écran est sept fois plus fluide qu’avec la génération précédente.

Le Groupe Renault et Qualcomm ont signé un accord pour étendre leur collaboration, ce 4 janvier, au CES 2022 de Las Vegas. Renault s’appuiera sur le châssis numérique Snapdragon de Qualcomm pour équiper les futurs véhicules Renault des dernières solutions connectées et intelligentes pour ses véhicules de nouvelle génération. En d’autres termes, Qualcomm apporte son expertise en matière de connectivité, de cockpits numériques et de visualisation, sa plate-forme de services, ainsi que l’assistance à la conduite, y compris la conduite autonome.

Cependant, les écrans, la puissance de calcul et le système nécessitent également une certaine forme ou « intelligence » derrière l’interface homme-machine (IHM). Pour cela, Renault s’est rapproché de la multinationale sud-coréenne LG Electronics, qui a par exemple développé la plate-forme logicielle pour coupler les deux écrans de la voiture, afin que le conducteur puisse par exemple afficher les cartes de navigation sur l’écran derrière le volant.

Relever les défis avec des idées audacieuses

La grande question était de savoir comment intégrer les meilleurs services multimédias dans un cockpit de voiture sans sacrifier la commodité et le confort du conducteur. Et les ingénieurs et designers Renault travaillant sur la toute nouvelle Mégane E-TECH Electric sont venus trouvez plusieurs idées audacieuses pour trouver l’endroit idéal pour chaque pièce.

Par exemple les aérations : leur trouver une place était difficile à cause des grands écrans. L’écran central vertical, par exemple, empêchait l’air de circuler correctement au-dessus et au-dessous. Déplacer l’écran vers le haut n’était pas une option. Pour contourner ce problème, c’est-à-dire pour que le design reste aligné tout en assurant le confort des passagers, Renault a intégré les volets dans les bouches d’aération. Ils sont donc discrets entre les deux écrans et dirigent plus efficacement les flux d’air autour de l’habitacle.

Il y avait un autre défi de taille : le  volant. Ou plutôt trouver le bon équilibre entre convivialité et compacité. L’objectif était d’y inclure le plus de boutons possible, afin de garder la console centrale aussi fine que possible, mais sans empêcher le conducteur de voir toutes les informations sur l’écran du tableau de bord. Les concepteurs ont donc opté pour un volant plus petit et plus carré, qui est légèrement plus plat au centre, pour conserver le plaisir de conduire et l’écran du tableau de bord lisible .

Enfin, la mise en place de l’écran central était compliquée : il s’agissait essentiellement d’intégrer le plus grand écran vertical jamais conçu par Renault dans une architecture entièrement nouvelle. « C’était risqué d’un point de vue stylistique, car l’écran du tableau de bord était horizontal et l’autre non », explique Marc. Il a néanmoins insisté pour que l’écran central soit vertical  – ce que Renault fait depuis 2014. « C’était un choix et nous l’avons respecté. Nous l’avions déjà fait sur Espace et Clio, et nous avons décidé de le refaire avec Nouvelle Mégane E-TECH Electrique. Parce que nous sommes certains que c’est la meilleure option en termes de clarté, en particulier pour l’assistance à la conduite et l’ensemble du système de navigation. Pourquoi vertical et non horizontal ? « Lorsque vous naviguez, vous devez savoir ce qui se passe devant vous, pas à côté ! Et, lorsque vous parcourez une longue liste de morceaux sur Spotify ou Deezer, l’écran vertical en affiche plusieurs à la fois », Marc conclut.

 

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici