mercredi, 28 juillet 2021

Isola de Pirelli: Red Bull et Aston Martin ont couru avec des pressions plus faibles à Bakou

Le manager de Pirelli F1 Mario Isola insiste sur le fait que Red Bull et Aston Martin ont maintenu des pressions plus basses à Bakou, ce qui a aggravé leurs défaillances de pneus, mais aucun des deux groupes n’a enfreint les directives.

Pirelli a conclu dans son rapport principal qui a fait suite à son enquête sur les éruptions survenues lors du Grand Prix d’Azerbaïdjan selon lesquelles les « conditions de roulement » avaient contribué à la « cassure circonférentielle du flanc intérieur » du pneu arrière gauche qui a entraîné les défaillances.

Mais le rapport du constructeur italien s’est arrêté de blâmer clairement Red Bull et Aston Martin pour les incidents, mais a laissé entendre que les deux groupes avaient peut-être trouvé un moyen de réduire la pression de leurs pneus en dessous du niveau minimum prescrit pendant que leurs voitures et camions étaient en piste.

Les pressions plus faibles, qui permettent une surface de contact plus élevée pour le pneu et donc un gain ultérieur, ont conduit à des  » ondes stationnaires  » générées sur l’épaule intérieure du pneu arrière gauche à grande vitesse sur Le long détroit de Bakou ghts.

 » Ce qui s’est passé à Bakou, c’est simplement que les conditions de course attendues étaient différentes des conditions de course réelles – ce qui a développé l’échec « , a déclaré Isola aux médias jeudi en .

 » Lorsque vous avez beaucoup d’énergie entrant dans les pneus, avec une pression plus faible par rapport à l’attente, le résultat est que sur le flanc vous avez ce qu’on appelle des ondes stationnaires.

 » Les ondes stationnaires mettent beaucoup d’énergie dans l’épaulement intérieur du pneu. Et à un moment donné, le pneu casse. C’est ce qui s’est passé, et la raison pour laquelle nous avons eu cette circonstance à Bakou. « 

Isola a admis que les prévisions de performances automobiles théoriques de Pirelli pour Bakou, basées en partie sur les données fournies par les équipes, étaient quelque peu différentes des performances réelles.

« Quand on prépare les prescriptions [pour la pression minimale], on obtient les simulations et on pense aux marges », a-t-il expliqué.

 » Les charges anticipées, l’appui ou la vitesse, sont simulées, donc il n’est pas exactement la valeur que nous découvrons sur la bonne voie. Et dans ce cas à Bakou, nous avons également trouvé des paramètres qui n’étaient pas exactement ce que nous avons trouvé sur la piste. »

 » Nous supposons qu’ils fonctionnent à une pression spécifique et à un certain carrossage. Et avec une marge là-dessus, évidemment, nous roulons dans des conditions qui conviennent au pneu.

 » Dans ce cas, nous n’avons pas rempli ces conditions, pas parce que les groupes étaient faire quelque chose par rapport aux politiques, cependant parce qu’ils recherchaient comme d’habitude l’efficacité, ce qui a produit un scénario différent de ce que nous attendions.

 » Et la situation différente était que principalement les pneus fonctionnaient à une pression inférieure par rapport à l’attente. « 

Red Bull et Aston Martin ont publié des déclarations indiquant qu’ils s’étaient conformés aux prescriptions de Pirelli concernant les pressions minimales, ce que le fournisseur de pneus a confirmé.

Néanmoins, toutes les équipes s’appuient sur différents capteurs pour surveiller les pressions et les niveaux de température lorsqu’une automobile est en piste, et l’information n’est donc pas considérée comme probante ou définitive par Pirelli.

L’année prochaine, les groupes courront tous un capteur de pression standard dans le cadre du changement de F1 vers des roues de 18 pouces, ce qui permettra à Pirelli de surveiller les pressions de fonctionnement.

 » Si le règlement n’est pas composé, il existe une pression de fonctionnement [minimum] dont vous avez besoin à ce sujet, je ne peux pas affirmer qu’ils faisaient quelque chose contre le règlement dans leur recherche de plus de performances », a poursuivi Isola.

« S’ils apprécient la pression de départ, ils respectent la politique. Si la même chose se produit l’année prochaine lorsque nous, avec l’unité de détection standard, imposons une pression de fonctionnement, car ils protestent contre les réglementations. Ce n’est pas le cas cette année. « 

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici