mercredi, 22 juin 2022

La Remontada sur la Côte d’Azur ravive le rêve européen de l’OGC Nice

Une superbe résurgence en seconde période de l’OGC Nice a stupéfié Saint-Étienne menacé de relégation, alors que Great a rebondi après son mécontentement en Coupe de pour conserver ses objectifs de football européen la saison prochaine en vie avec une victoire 4-2.

Jamais le cliché « un jeu en deux temps » n’a été aussi applicable. L’OGC Nice a été mou, inefficace, lent dans la possession et n’a pas eu envie en première mi-temps. Saint-Étienne en revanche, avec la survie de la en jeu, a harcelé et harcelé les locaux et mené 2-0 à juste titre à la pause.

Les gars de Christophe Galtier sont entrés à la mi-temps dans une tenue désolée ; moqués par leurs propres fans alors qu’ils retournaient vers l’espace d’habillage, leurs ambitions européennes ne tenaient qu’à un fil tendu. Trois buts en dix minutes, néanmoins, ont non seulement bouleversé le jeu vidéo, mais plus que probablement, les saisons des équipes respectives.

Vous auriez pu être trompé en pensant que Saint-Étienne était les oppositions européennes et Nice les lutteurs de dans la première durée. Un grand nombre d’allégations peuvent être formulées à domicile pour cette efficacité chaotique en première mi-temps, mais la plus accablante, compte tenu du contexte, n’était qu’un manque de désir et d’engagement.

Ils étaient négligents et lents en possession et inattentifs et inconscients. Saint-Étienne, ayant en fait commencé le match plus brillamment, a mérité de prendre les devants dès le début. Denis Bouanga (27 ans) a improvisé à la poitrine dans le premier match à bout portant, un objectif confirmé après un long contrôle VAR ayant d’abord été éliminé pour hors-jeu. Revenir en arrière n’a pas suffi à agiter cette grande équipe qui a continué à garder une possession stérile sans menacer un bloc bas stéphanois solide.

Leurs fans ont commencé à s’agiter. Oles pourrait être entendu en provenance de la zone des bons ultras tandis que l’équipe adverse construisait des mouvements d’assaut sans pression d’une bonne presse absente. Leur colère a cependant pris une tournure inquiétante, et des chants évoquant la mort d’Emiliano Sala ainsi que des insultes à l’encontre de Stéphanie Frappart, arbitre de la Coupe de du week-end dernier ont également résonné autour de l’Allianz Riviera.

Au milieu de ce décor inconfortable, Saint-Étienne a doublé son avance sur le coup de la mi-temps, avec une contre-attaque bluffante et fluide. Bouanga a surgi des profondeurs, sortant plusieurs protecteurs du jeu vidéo, avant de placer le ballon dans la trajectoire de Ryad Boudebouz (32e), dont le centre élancé a été rencontré à ras de volée par Zaydou Youssouf (22e).

Après avoir quitté le terrain sous un déluge de moqueries de leurs propres fans, une équipe complètement revigorée et méconnaissable s’est imposée sur le terrain en seconde période. Melvin Bard (21 ans) a rapidement réduit de moitié le déficit avec une course labyrinthique et une surface puissante sous un angle serré, et ce qui s’est passé l’a fait avec un air inévitable.

Andy Delort (30 ans) a ramené la parité avec un incroyable coup franc de balle de poing, avant de réapparaître à peine deux minutes plus tard pour taper sur un ballon en profondeur de Justin Kluivert (23 ans). La remontada a été totale, et Nice n’en a pas fini là.

Hicham Boudaoui (22 ans) est entré en jeu tardivement, sa demi-volée est passée à côté d’un Paul Bernardoni sans défense dans l’objectif stéphanois. L’équipe visiteuse a été prodigue dans les phases finales, mais le match était en fait déjà choisi, et tandis que la grande remontée dans les lieux de la Ligue Europa, Saint-Étienne reste dans la zone des barrages de relégation, à 3 points de Lorient en 17e.

Dans la zone mixte d’après-match, Delort a réfléchi à son amélioration après la défaite en finale de la Coupe de France. « A l’entraînement on a effectivement essayé d’aller vite car ça nous a fait très mal. A nous maintenant de nous en tenir à quelque chose en fin de saison pour nous permettre d’oublier ce match difficile à Paris. »

Nice a peut-être perdu sa qualification pour la Ligue Europa via la Coupe de France, mais il pourrait encore rejoindre les challengers de samedi, Nantes, dans une aventure européenne la saison prochaine, s’ils finissent bien. En seconde période au moins, Galtier avait pour objectif d’avoir bien assemblé toutes les pièces de cette capricieuse horloge niçoise. Faut-il que ça continue pour les deux prochains matches, les Aiglons peuvent encore terminer cette saison sur une note favorable.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici