dimanche, 15 mai 2022

Remontada sur la Riviera : édition monégasque

Un travail de copier-coller– Monaco a dupliqué le triomphe de retour de l’OGC Nice avec une remontada de son cru (4-2), une casquette de Wissam Ben Yedder (31 ans)- astuce essentielle pour renverser un déficit de deux buts contre une équipe brestoise peu sûre pour passer à la 2e action du podium de Ligue 1.

Contrairement à Nice en milieu de semaine, le problème de Monaco en première mi-temps n’était pas tant une absence de coupe, mais un manque de touche finale. L’équipe locale, disputant son dernier match de la saison au Stade Louis II, a développé les opportunités d’entrer dans la pause en tête, mais un engagement excessif dans l’effort offensif a laissé la ligne arrière de Monaco vulnérable. Brest n’a pas été éliminé par le même état de débauche et a bien puni les hommes de Philippe Clément.

Monaco est entré dans le match en tant que grand favori. Une neuvième victoire consécutive était en jeu, mais surtout, une place garantie dans la compétition européenne la saison prochaine. Brest en revanche n’avait absolument rien à parier, mais l’absence de pression pour un résultat s’est manifestée favorablement.

Brest semblait peu sûr lors de la contre-attaque depuis le décalage. Cependant, leur premier objectif provenait d’une panne d’un coin. Kevin Volland (29 ans) a été si minutieux dans sa tâche de marquer le poteau arrière qu’il a tardé à quitter son poste, jouant Jean-Kévin Duverne (24 ans) à côté pour lui permettre de taper à bout portant.

Désireux de ramener la parité, Monaco s’est engagé dans l’effort offensif. Axel Disasi (24 ans) a frappé la barre sur corner, mais Brest s’est montré le plus menaçant en contre-attaque, notamment sur la gauche.

Youcef Belaili était une menace constante en provenance du flanc gauche, et il a doublé l’avantage de Brest au milieu de la première mi-temps après avoir pris à contre-pied Disasi avant de placer l’ancien Alexander Nubel (25).

Brest aurait peut-être mis le jeu vidéo au-delà des Monégasques, mais a été démenti par une belle conservation du bout des doigts de Nubel. Monaco a profité de sa bouée de sauvetage et a été reconnaissant de la magnifique intervention de la VAR juste avant la mi-temps. Wissam Ben Yedder (31 ans) a envoyé au gardien la mauvaise méthode pour réduire de moitié le déficit et donner un élan à l’entrée en seconde période.

Interrogé après le match sur le mot qu’il utiliserait pour expliquer la victoire, Clément a répondu : « croyance ». Il a ajouté : « J’ai vu cela parce que quelques semaines plus tôt, ce match aurait déjà été perdu dans la tête des joueurs. »

Monaco a fait appel à l’esprit cumulatif pour submerger ses adversaires en seconde période. C’était une fois de plus Ben Yedder, dont la conduite en course, aidée par une course fictive Volland désintéressée, a été merveilleusement convertie avec l’au-delà de la botte.

Simultanément, à quelques kilomètres seulement de la côte, Good a été rattrapé par Lille, bouleversant totalement l’ordre en haut du tableau. Monaco, qui craignait d’abandonner complètement les places européennes, a de nouveau consolidé sa mainmise sur les places de la Ligue des champions.

Le 3e objectif était tout simplement inévitable. Ben Yedder a hoché la tête à bout portant pour inscrire son tout premier triplé pour l’AS Monaco, tout en égalisant (momentanément) Kylian Mbappé (23 ans) au classement des buteurs.

Volland obtiendrait son avantage pour une performance de combat généreuse, rentrant la maison sur le rebond du tir paré de Ben Yedder. Le scénario de la « Remontada sur la Riviera » de mercredi avait été copié à la lettre, mais les implications du triomphe 4-2 étaient plus définitives et plus emphatiques que dans la composante de milieu de semaine de Nice.

Monaco est désormais assuré d’avoir au moins le football en Ligue Europa, tandis qu’un match nul contre le RC Lens le week-end prochain suffira à protéger la certification en Ligue des champions. La « croyance » de Clément a rendu l’incroyable, crédible au cours des dernières semaines, leur série de neuf victoires les faisant passer de la médiocrité du milieu de table à la 2e place, et à un seul match loin du football de la la saison prochaine .

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici