dimanche, 22 mai 2022

Seko Fofana sur le choix de Lens plutôt que d’Atalanta : « J’y suis allé avec mon cœur, je n’ai aucun regret. »

S’adressant à L’Équipe avant le choc de son groupe contre Lille cet après-midi, le milieu de terrain ivoirien Seko Fofana a évoqué sa décision de partir Serie A pour Lens à l’été 2020, et l’impact de son retour en sur sa profession.

Le joueur de 26 ans a quitté la Serie A l’année dernière après un passage de quatre ans à l’Udinese , s’engageant avec le côté promu malgré l’intérêt de l’Atalanta. Fofana appartenait à un groupe de Lens qui a impressionné tout au long de la saison, ratant de peu une zone européenne à la 7e place.

« Tout le monde n’a pas compris l’option, mais avec ce que nous avons montré l’année dernière, j’ai plus que content du résultat. J’y ai réfléchi longtemps, je me voyais ici et pas ailleurs. Je me voyais dans le projet du club et j’étais persuadé qu’en travaillant ensemble, avec un bon état d’esprit, on obtiendrait de bons résultats. J’aime surmonter les obstacles impossibles, je ne le regrette pas. »

« J’avais beaucoup vu les jeux vidéo Lens avant. Mon pote, Arsène Elogo, jouait à Grenoble et moi avons vu son match contre Lens. Il y avait beaucoup de monde, un excellent environnement, et j’ai vraiment apprécié. J’ai souvent suivi certains de leurs jeux vidéo, j’ai bien compris Lens. »

« Après ma saison en Italie, j’avais envie et besoin de rentrer en France. Avec le Covid-19 j’ai été longtemps loin de ma famille, de mes potes aussi, c’est un scénario cela peut vous terrifier. Quand j’ai vu que Lens s’intéressait à moi, j’ai vu qu’ils étaient sévères et à partir de là je ne pouvais plus me voir que là, nulle part ailleurs. Atalanta était à quelques centimètres de découvrir un arrangement avec l’Udinese, mais cela n’avait aucun sens car ma tête était déjà là. J’y suis allé avec mon coeur, maintenant je n’ai plus de remords. »

« C’est un retour à l’essentiel, ici vous comprenez tout le monde au club. J’avais besoin de découvrir le sentiment d’être dans un groupe qui rit. Vous voyez des gens authentiques, il y a de la chaleur, c’est incroyable. »

« J’ai entendu beaucoup de choses négatives. Depuis lors, beaucoup de gens ont changé leur point de vue – je ris, souris et ils comprennent. J’avais besoin de venir ici, j’avais du mal à m’épuiser. Il aurait été plus facile d’aller à l’Atalanta que de faire remonter ce club. Il y a 2 ou 3 ans je n’aurais pas fait le choix d’aller à Lens– j’aurais dit à mes agents, « Tu es majeur ? » »

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici