jeudi, 11 août 2022

Entretien avec eux/eux : Cooper Koch, Darwin del Fabro, Monique Kim et Anna Lore

L’Entrepreneur a parlé aux stars de Ils/Elles Cooper Koch, Darwin del Fabro, Monique Kim et Anna Lore à propos du prochain slasher de Peacock se déroulant dans un camp de conversion. Le film est maintenant disponible sur le streamer.

EN RELATION : Interview d’eux/eux : Kevin Bacon et Carrie Preston discutent de Slasher unique

« Kevin Bacon joue Owen Whistler dans ce film d’horreur slasher se déroulant dans un camp de conversion LGBTQIA+ », indique le synopsis. «Plusieurs campeurs queer et trans rejoignent Whistler pour une semaine de programmation destinée à« les aider à trouver un nouveau sentiment de liberté ». Alors que les méthodes du camp deviennent de plus en plus troublantes psychologiquement, les campeurs doivent travailler ensemble pour se protéger. Quand un tueur mystérieux commence à faire des victimes, les choses deviennent encore plus dangereuses. »



Tyler Treese : Cooper, il y a une super scène dans le film où vous chantez tous « Effing Perfect » de p!nk, et il semble que vous ayez eu le plus grand plaisir à chanter ça. Est-ce que c’est même jouer à ce moment-là, ou est-ce que tu t’amuses juste à faire du karaoké ?

Cooper Koch : Non, c’était tellement amusant. C’est vraiment aussi le tournant pour Stu, c’est à ce moment-là que Stu comprend.

Darwin, il y a un montage de tous les participants au camp faisant des activités de camp : tir à la corde et jouant à des jeux comme ça. Quels ont été les moments forts de ces activités pour vous ?

Darwin del Fabro : je pense que tout le monde est réuni, juste pour s’amuser et respirer. C’est la Géorgie, comme la nature, et [to] être autour de ça … Je viens de New York, donc je n’ai pas ça tous les jours. Donc c’est juste s’amuser un peu, et me mettre dans ce camp d’été que je n’ai jamais eu au Brésil.

Monique, toi et Anna partagez des scènes fantastiques tout au long. Comment avez-vous travaillé sur votre alchimie et comment l’avez-vous développée ?

Monique Kim : En fait, nous ne nous supportons pas. Il y a beaucoup de jeu d’acteur impliqué.

Anna Lore : Je pense qu’il n’y avait rien à travailler sur le plan de la chimie. Nous nous retrouvons juste en tant qu’acteurs. Nous nous comprenons en tant qu’artistes. Nous sommes tous les deux très respectueux et nous étions tous les deux tellement excités de jouer ces personnages et de raconter l’histoire de Kim et Veronica. Je ne veux pas parler pour nous, mais il était facile. C’était l’un des emplois les plus faciles de tous les temps.

Monique Kim : Oui, dès que j’ai rencontré Anna, je lui ai tout de suite fait confiance. En tant qu’acteur, c’est juste libérateur. Donc je devais juste réagir à ce qu’elle me donnait, et honnêtement, elle a fait tout le gros du travail. Je devais juste faire des expressions faciales. oui, et cela équivaut à de la chimie, pour répondre à votre question.

Anna Lore : Je voulais ajouter que lorsque nous chantons « Effing Perfect », c’était le dernier jour où nous, les six campeurs, étions ensemble sur le plateau. C’était le dernier jour où nous étions tous là le même jour, donc c’était vraiment émouvant et spécial aussi de cette façon.

Cooper Koch : C’était aussi la première chose que nous avons répétée, [c’était] la première chose que nous avons faite. Notre première répétition consistait à faire « Effing Perfect ».

Ce devait être un moment de pincement pour toi que tu étais dans un film d’horreur avec Kevin Bacon. Je suis sûr que le facteur de fraîcheur ne s’est pas dissipé. Qu’est-ce qui vous a le plus marqué de travailler avec une telle légende ?

Anna Lore : C’est une classe de maître dans le jeu, le regarder. J’étais tellement obsédé par le regarder juste avant une prise pour le voir passer de Kevin à Owen Whistler. Pour le voir se transformer de ce gars sympa et cool – Il est si chaleureux. Il est vraiment généreux de son temps et de son énergie pour nous — Et puis le voir assumer ce personnage qui ne pourrait pas être plus différent de lui en tant que personne… Je ne pouvais pas en détourner les yeux.

Cooper, vous avez dit que Stu commençait à s’accepter tel qu’il est au fur et à mesure que le film progresse. Qu’est-ce qui vous a le plus marqué dans le parcours de votre personnage ?

Cooper Koch : C’est exactement ce que je pense. Quand je grandissais, quand j’étais au lycée et ma première année d’université, je ne voulais vraiment pas être qui j’étais non plus. Donc je pense que c’est comme ça que je me suis le plus connecté à lui. J’ai moi-même vécu ce voyage. C’était donc beau de pouvoir le refaire à travers quelqu’un d’autre. C’est très cathartique, mais aussi vraiment guérissant et beau. J’avais un super groupe de pédés autour de moi.

Darwin, j’adore la tournure que nous prenons dans ce film avec votre personnage. Qu’est-ce qui vous a enthousiasmé à propos de Gabriel et de la possibilité de montrer différentes facettes de lui ?

Darwin del Fabro : Ah, c’est une bonne question. Je pense que l’excitation est juste… Gabriel commence le voyage de ce film. Il est si fragile et délicat et les gens le jugent par son apparence. Nous avons découvert à travers le voyage du film qu’il est très puissant, et il est bon de savoir que vous pouvez être puissant en célébrant qui vous êtes.

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici