vendredi, 13 mai 2022

Entretien avec l’avocat de Lincoln : Manuel Garcia-Rulfo sur le rôle de Mickey Haller

Le rédacteur en chef de L’Entrepreneur, Tyler Treese, s’est entretenu avec la star de The Lincoln Lawyer, Manuel Garcia-Rulfo, à propos des ex de Mickey Haller, des démons du personnage, et de sa capacité à l’explorer en profondeur. Les 10 épisodes de l’adaptation en série de Netflix du roman policier à succès de Michael Connelly sera disponible en streaming le 13 mai.

« Lorsque son ancien partenaire juridique est tué, Mickey Haller doit reprendre le cabinet, y compris un procès pour meurtre très médiatisé », indique le synopsis. « Avec la plus grosse affaire qu’il ait jamais eu à régler depuis le siège arrière de sa Lincoln Town Car, Mickey découvre qu’il y a peut-être plus en jeu qu’il ne le pensait. »



 Tyler Treese : Mickey a toute une équipe d’ex-femmes dans la série et il a même une deuxième ex avec qui il travaille. À quel point cette dynamique était-elle rafraîchissante où il n’est pas constamment en désaccord avec ses ex?

Manuel Garcia-Rulfo : Je pense que c’est trop cool. Mickey Haller, il voit le meilleur chez les gens, tu vois ce que je veux dire ? Il simplifie les choses au lieu d’entrer dans le drame, il dit: « D’accord, Lorna est incroyable dans ce qu’elle fait et nous avons une excellente chimie, travaillons ensemble. » Tu sais? « Oublions simplement notre passé de couple. Je trouve ça très compliqué, mais très, très cool à avoir. Avoir deux ex-femmes et, vous savez, traiter avec elles en même temps et l’une est comme un moteur pour lui, pour son travail et l’autre fait de lui un homme bon et le rend ancré.

Mickey a tellement de choses avec lesquelles jouer, pour vous. Rehab, relations ratées, c’est un avocat tellement talentueux, et il cherche en quelque sorte la rédemption. Qu’est-ce qui était si gratifiant d’avoir 10 épisodes pour explorer en profondeur ce personnage ?

C’était un plaisir, tu sais ? D’abord, vous avez affaire à l’ensemble de l’arc, vous pouvez le voir. On le retrouve au début dans la partie la plus basse de sa vie, puis il grimpe. Je ne peux pas dire grand-chose, mais oui, c’était un tel plaisir de jouer Mickey Haller, un personnage qui est tellement aimé. Faire partie du monde de Michael Connelly. C’était un tel plaisir. Je veux dire, Mickey Haller est l’un de ces personnages qui… il est plus grand que nature. Donc beaucoup de colliers et très complexes et vulnérables. Alors c’était beau. C’était vraiment cool de jouer contre lui.

Vous avez cette superbe scène où vous mentionnez que la dépendance ne s’arrête jamais. C’est une bataille constante pour quiconque avec ces démons. Pouvez-vous parler de la préparation nécessaire pour couvrir un sujet aussi sensible ?

Ouais. La préparation, c’était… J’ai des amis qui ont vécu ça, avec l’addiction, et je ne sais pas, c’est vraiment douloureux. Je voulais vraiment dépeindre cela pour avoir cette vulnérabilité quand je le jouais, je me suis vraiment concentré là-dessus, sur le fait qu’il n’était pas juste ce gars fanfaron qui a affaire à deux ex-femmes et qui est vraiment bon dans ce qu’il fait, mais pour avoir cette lourdeur de la dépendance, plus l’accident, plus les ex-femmes, plus l’affaire. J’ai fait beaucoup de recherches là-dessus. J’ai fait beaucoup de recherches sur les essais. J’ai regardé beaucoup d’heures d’images réelles d’O.J. Le procès de Simpson et tout ça.

Je pense que pour chaque surfeur que j’ai rencontré, c’est comme un mode de vie si vous surfez, je suppose. Alors je voulais ressentir ça aussi. Je suis donc allé au Mexique, j’y suis resté quelques jours et j’ai appris à surfer pour avoir ce sens de ce qui est écrit sur la page des scripts, et les discussions avec les producteurs et tout le monde sur ce qu’était le personnage. Mais oui, je voulais vraiment ressentir cette lourdeur, en particulier, comme vous l’avez dit, de la dépendance. C’est juste un endroit où tu es très vulnérable et tu te sens à part, de ce que j’ai vécu avec des amis que j’ai, que tu te sens à part de tout le monde. Il y a comme un rejet que vous mettez dans votre esprit. Vous vous sentez inférieur au reste de la civilisation, je suppose. Donc je voulais vraiment avoir ça là-bas.

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici