mercredi, 24 avril 2024

Entrevue de Thirteen Lives : Weir Sukollawat Kanarot et Pattrakorn Tungsupakul

Le rédacteur en chef de L’Entrepreneur, Tyler Treese, s’est entretenu avec les stars de Thirteen Lives Weir Sukollawat Kanarot et Pattrakorn « Ploy » Tungsupakul à propos de leurs rôles. Kanarot dépeint l’héroïque Saman Kunan, décédé tragiquement pendant le sauvetage, tandis que Tungsupakul joue la mère de l’un des garçons disparus. Le film réalisé par Ron Howard sera diffusé sur Prime Video le 5 août.

« Thirteen Lives raconte l’incroyable histoire vraie de l’énorme effort mondial pour sauver une équipe de football thaïlandaise qui s’est retrouvée piégée dans la grotte de Tham Luang lors d’un orage inattendu », indique le synopsis. « Face à des obstacles insurmontables, une équipe de plongeurs les plus qualifiés et les plus expérimentés au monde – capables de naviguer dans le labyrinthe de tunnels étroits et inondés – se joignent aux forces thaïlandaises et à plus de 10 000 volontaires pour tenter un sauvetage déchirant des douze garçons et de leurs entraîneur. Avec des enjeux incroyablement élevés et le monde entier qui regarde, le groupe se lance dans sa plongée la plus difficile à ce jour, mettant en valeur l’infinité de l’esprit humain dans le processus. »



Tyler Treese : Weir, vous incarnez un phoque de la marine thaïlandaise vraiment héroïque qui fait tout ce qu’il peut pour sauver ces garçons. C’est une telle tragédie qui s’est produite, alors quelle préparation a été nécessaire pour ce rôle ?

Weir Sukollawat Kanarot : J’ai de la chance d’avoir un certificat de plongée. [Pour] Saman, j’ai juste discuté directement avec Ron du personnage et du scénario. Saman, il était prêt quand plus de plongeurs étaient nécessaires et prêt à sauver les garçons.

Ploy, il y a tellement d’émotion à être mère dans cette situation. Qu’avez-vous puisé dans ces moments pour montrer à la fois la peur de la situation et aussi la force de garder espoir?

Je peux dire que chacun de nous a peur de perdre quelqu’un qu’on aime et dans ce genre de situation, la seule chose qu’on peut être c’est de garder espoir jusqu’à ce qu’on connaisse le vrai résultat de l’opération. Sans une véritable compréhension de la fin, nous devons garder espoir. C’est ainsi que je peux raconter mes sentiments avec les parents de l’enfant, que cela doit être la force des parents tout au long de l’opération.

Weir, vous avez tellement de superbes scènes à l’intérieur de l’eau. Était-ce difficile d’agir dans ces conditions ?

Ouais, vraiment, vraiment difficile, mais vraiment magnifique. Parce que dans la grotte [il y a] des passages étroits où il fait vraiment sombre et assez effrayant, mais notre équipe de sécurité professionnelle nous aide également pendant le tournage. Le tournage s’est bien passé. J’ai dû retenir mon souffle pendant environ deux minutes pour la scène de la mort.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici