mardi, 16 avril 2024

Des squelettes préromains retrouvés enterrés aux côtés de chiens et de chevaux en Italie

Les membres d’une culture pré-romaine en Italie étaient souvent enterrés avec des animaux composés de chiens et de chevaux, bien que les scientifiques ne soient pas en mesure d’expliquer pourquoi cela est vrai. Après avoir découvert plusieurs de ces sépultures multi-espèces sur un site Web à Vérone, les auteurs d’une nouvelle étude émettent l’hypothèse que les animaux enterrés pourraient avoir eu une sorte de signification spirituelle, même s’ils auraient également pu être de précieux animaux de compagnie.

Lors des fouilles du Seminario Vescovile, occupé par la culture Cenomane entre le IIIe et le premier siècle avant notre ère, les archéologues ont découvert un total de 161 squelettes humains. Parmi eux, 16 ont été enterrés avec des animaux entiers ou des parties d’animaux, dont la plupart étaient des poulets, des porcs ou des vaches et donc probablement placés dans les tombes comme offrandes de nourriture aux morts.

Publicité

Cependant, l’attention des chercheurs a été attirée par 4 sépultures contenant des restes de chiens et de chevaux, dont aucun n’était normalement consommé par les anciens Européens. Ils ont trouvé une petite fille qui avait été enterrée avec un squelette complet d’animal de compagnie, ainsi qu’une femme d’âge moyen dont les os étaient accompagnés d’un cheval entier, de plusieurs autres parties de cheval et du crâne d’un chien.

Un jeune homme a également été enterré à côté d’ossements de cheval tandis qu’un homme d’âge moyen avait un petit chien pour ses affaires éternelles.

Pour tenter de comprendre cette pratique ancienne inhabituelle, le Les auteurs de l’étude ont effectué des analyses génétiques et isotopiques sur les squelettes humains, dans le but de reconstruire les liens familiaux et les habitudes alimentaires des individus enterrés. Cependant, de manière curieuse, ils ont découvert qu’aucun de ceux qui étaient enterrés avec des animaux n’était étroitement associé, éliminant ainsi la possibilité que la coutume appartienne à un certain foyer.

Les chercheurs n’ont pas réussi à identifier de modèles alimentaires ou funéraires clairs. cela recommanderait un lien entre ces étranges sépultures. « Dans l’ensemble, nos résultats indiquent l’inadéquation des explications simples et simples de la variabilité funéraire observée », concluent-ils.

Publicité

Confrontés à une telle absence de preuves concrètes, les auteurs de l’étude de recherche sont contraints de chercher des explications en analysant les us et coutumes d’autres pratiques anciennes. Ils soulignent que le dieu gallo-romain Epona – dont le nom est obtenu du mot celtique signifiant cheval – est généralement illustré avec des chevaux morts.

« Une association entre le cheval demeure au [Seminario Vescovile] et la fonction d’Epona en tant que guide qui accompagne les âmes nouvellement décédées vers l’au-delà est donc une possibilité intrigante », écrivent les scientifiques. Dans le même temps, ils notent néanmoins que les squelettes enterrés aux côtés des chevaux révèlent également des signes de fractures osseuses, ce qui pourrait indiquer que ces individus étaient des cavaliers et reposaient donc avec leurs montures préférées.

En ce qui concerne les animaux de compagnie, les auteurs affirment que cet animal spécifique était fréquemment associé au monde souterrain par les cultures anciennes. « Un lien entre les chiens de compagnie et l’au-delà peut être trouvé à travers le temps et l’espace, avec des exemples de l’Égypte ancienne, de la Scandinavie, des cultures classique et gallo-romaine », écrivent-ils.

Les scientifiques sont donc prudents. suggèrent que ces chiens pourraient avoir été enterrés aux côtés de personnes dans un but spirituel ou rituel. Faute de preuves concrètes pour étayer cet argument, ils affirment également que les chiens de compagnie pourraient simplement avoir été des animaux de compagnie chéris de la famille dont les propriétaires ne pourraient pas supporter d’aller dans l’au-delà sans eux.

Publicité

L’étude est publiée dans la revue PLOS ONE.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici