dimanche, 4 décembre 2022

Ericsson finance des recherches pour rendre la 6G disponible d’ici 2030

Ericsson fournit des équipements 5G aux plus grands opérateurs de réseaux mobiles du Royaume-Uni. L’organisation suédoise a récemment annoncé un plan d’investissement sur 10 ans pour la recherche britannique sur la 6G. Ericsson prévoit de fournir des dizaines de millions d’euros de financement aux projets et aux chercheurs contribuant à la prochaine norme de réseau mobile.

Katherine Ainley, PDG d’Ericsson au Royaume-Uni et en Irlande, a déclaré que les collaborations avec les universités britanniques sont au cœur de l’initiative. Ainley a ajouté que plusieurs universités britanniques exploraient des technologies censées prendre en charge la future norme de réseau.

« Nous allons créer une équipe de 20 chercheurs expérimentés ici au Royaume-Uni et nous chercherons également à parrainer des étudiants », a déclaré le PDG. « Notre objectif initial sera la mise en réseau 6G et la sécurité matérielle. »

Ericsson possède dix-sept sites de recherche existants dans douze pays. L’organisation a investi près de 20 % de ses ventes annuelles dans la recherche et le développement (R&D) en 2021. Ericsson a été l’un des premiers fournisseurs d’équipements de réseau 5G. L’organisation prévoit de répondre à la demande de 6G le plus tôt possible.

La route vers la 6G

Le développement d’une norme de réseau mobile est complexe. La norme actuelle consiste en un aperçu des exigences que les systèmes doivent respecter pour faciliter les connexions. La norme finale est généralement rédigée par une organisation faîtière qui supervise le processus de développement.

Le projet de partenariat de 3e génération (3GPP) a supervisé le développement de la 2G, de la 3G, de la 4G et de la 5G. L’organisation a basé les normes sur la recherche d’universités, d’entreprises et d’agences du monde entier. Le 3GPP devrait jouer le même rôle pour la 6G.

Le processus de développement de la 6G en est à ses balbutiements. Les universités, les agences et les entreprises comme Ericsson sont en phase d’orientation. Les parties déterminent ce qu’elles attendent de la 6G et devront répondre à ces attentes. À l’heure actuelle, personne ne sait exactement à quoi ressemblera la norme.

Le rôle du 3GPP grandira avec le temps. Une fois que les parties développent des technologies 6G tangibles, l’organisation s’assure que le travail est revu. Les technologies les plus prometteuses se retrouvent dans la norme finale.

Ericsson recherche l’influence

En investissant dans la recherche, Ericsson espère développer des technologies qui finiront par être intégrées à la norme. Plus l’organisation contribue au processus de développement de la 6G, plus elle a d’influence sur la norme finale. Ce dernier est un avantage concurrentiel.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici