vendredi, 9 décembre 2022

Le temps est venu de tuer la seconde intercalaire, les chronométreurs décident

Les seigneurs du temps du monde – également connus sous le nom de Bureau international des poids et mesures (BIPM) – ont voté pour supprimer la seconde intercalaire d’ici 2035. En permettant au temps de simplement suivre son cours sans intervenir par intermittence, le L’organisation espère mettre fin à des décennies de perturbations insignifiantes des systèmes technologiques mondiaux.

La seconde intercalaire a été introduite pour la première fois en 1972 comme moyen de contrebalancer l’écart entre les échelles de chronométrage astronomique et atomique. Bien que les deux systèmes s’accordent à dire qu’une journée de 24 heures contient exactement 86 400 secondes, les différents moyens par lesquels ils définissent la durée d’une seconde entraînent un décalage infiniment petit, mais extrêmement important, dans le temps.

Publicité

Plus précisément, la seconde astronomique est déterminée en divisant le temps nécessaire à la Terre pour effectuer une rotation par 86 400, tandis que la seconde atomique dure exactement 9 192 631 770 alternances d’un atome de césium 133. Et bien que ces deux unités soient presque identiques, le ralentissement progressif de la rotation de la Terre signifie que la durée de la seconde astronomique augmente très légèrement avec le temps.

Les horloges atomiques finissent donc légèrement en avance sur le temps astronomique, et la seconde intercalaire a été conçue comme un moyen de réaligner les deux systèmes. Essentiellement, chaque fois que le temps atomique avance d’une seconde, il s’arrête une seconde pour que la rotation de la Terre puisse se rattraper.

Se produisant une fois toutes les quelques années, ces minuscules ajustements sont imperceptibles pour le Terrien biologique moyen, mais causent des maux de tête majeurs à nos voisins technologiques. Par exemple, les systèmes informatiques qui s’appuient sur le chronométrage exact se bloquent parfois lorsque la seconde intercalaire perturbe leurs calculs.

Publicité

Les infrastructures de télécommunications, la navigation par satellite et toutes sortes de logiciels ont du mal à faire face aux interruptions de l’écoulement du temps, tandis que le fait que les secondes intercalaires ne sont pas périodiques aggrave la situation en rendant difficile la prévision du moment où elles se produiront. Les dix premières secondes intercalaires ont été introduites lorsque la solution de contournement a été conçue pour la première fois il y a un demi-siècle, et 27 tic et tac supplémentaires ont été insérés dans l’échelle de temps atomique au cours des années qui ont suivi.

En gardant les deux chronologies synchronisées, les secondes intercalaires permettent au BIPM de maintenir le temps universel coordonné (UTC), le système de chronométrage officiel par lequel toutes les horloges sont réglées. Cependant, en raison des problèmes causés par les secondes intercalaires, certains programmes technologiques ont abandonné l’UTC et utilisent à la place leurs propres mesures. L’exemple le plus notable est peut-être le GPS, qui garde l’heure selon une méthode différente qui n’inclut pas d’ajustements épisodiques.

La décision du BIPM d’abandonner la seconde intercalaire a été prise en partie pour encourager une plus grande adhésion à l’UTC en en faisant une échelle de temps plus transparente. Patrizia Tavella, qui dirige le département du temps du BIPM, a déclaré à l’AFP que le changement se traduirait par « un flux continu de secondes sans les discontinuités actuellement causées par des secondes intercalaires irrégulières ».

Publicité

Bien sûr, cela signifie que la différence entre le temps atomique et le temps astronomique pourra atteindre plus d’une seconde, et une sorte de réalignement sera donc nécessaire à une date ultérieure. La mesure dans laquelle les deux chronologies seront autorisées à diverger et la méthode par laquelle elles seront ramenées à la synchronisation une fois que les secondes intercalaires appartiendront au passé n’ont pas encore été décidées.

Les négociations pour trouver une solution devraient avoir lieu d’ici 2035, lorsque le nouveau régime horaire entrera en vigueur.

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici