samedi, 3 décembre 2022

« Les opérateurs de télécommunications de l’UE sont prêts à gagner le combat pour faire payer aux grandes technologies les coûts du réseau »

Une coalition de grands opérateurs européens, dont Deutsche Telekom, Orange, Telefonica et Telecom Italia, souhaite que les grandes technologies assument en partie les dépenses des opérateurs de réseau.

Les six principaux fournisseurs de contenu représentent un peu plus de 50 % du trafic Internet de données. Selon la coalition, une contribution aux frais d’entretien et de gestion du réseau serait équitable. Google, Netflix, Meta, Amazon et d’autres géants s’opposent à la proposition.

Avis contradictoires

De la Corée du Sud aux États-Unis, la campagne visant à persuader les grandes technologies de supporter les dépenses de réseau s’est intensifiée. Certains y voient une taxe sur l’utilisation d’Internet, tandis que d’autres y voient une tentative de détourner les fonds des entreprises modernes pour soutenir la vieille garde.

Quatre personnes impliquées dans les négociations ont déclaré à Reuters que l’Union européenne aura une nouvelle chance d’établir une norme mondiale sur la tarification des réseaux. Bruxelles a présenté ces derniers mois diverses réglementations pour freiner le pouvoir des big tech.

La grande technologie n’est pas contente

Les PDG de grandes technologies se préparent au combat. Une source d’une société informatique de premier plan a déclaré à Reuters que les dirigeants ne pouvaient voir aucune indication d’une panne dans le modèle commercial des télécommunications, du moins pas d’une manière qui justifierait de demander une subvention à d’autres industries. «Ce n’est pas de l’économie; c’est de l’extorsion », a noté la source.

Selon Barclays, la législation européenne sur le recouvrement des coûts pourrait se traduire par une aubaine de 3 milliards d’euros par an pour l’industrie des télécommunications. Dans ce que les dirigeants des télécommunications décrivent comme l’indication la plus forte que l’industrie l’emporte sur les régulateurs, le directeur de l’industrie de l’UE, Thierry Breton, a déclaré qu’il solliciterait les commentaires de toutes les parties avant de rédiger une législation.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici