vendredi, 27 janvier 2023

Les queues des diplodocides étaient des armes mais la théorie du boom sonique a malheureusement coulé

La fin du Jurassique était une époque dangereuse, même si vous pesiez 20 tonnes, donc tout le monde avait besoin d’une arme. On pense que les sauropodes géants appelés diplodocides en avaient un sous la forme de leur queue, mais à quelle vitesse ces queues pouvaient-elles bouger ?

Il y a vingt-cinq ans, les premiers modèles de systèmes informatiques d’un Apatosaurus louisae a suggéré qu’elle pourrait se fendre comme la chute d’un fouet, brisant le mur du son pour développer un petit bang sonique. Le scientifique pensait que cela pourrait être un attribut étendu parmi les sauropodes à queue élancée. Que le son ait gêné les prédateurs ou ait été utilisé comme gadget de communication, il aurait au moins rendu ces sauropodes géants encore plus frais à nos oreilles.

Publicité

La modélisation des systèmes informatiques a fait progresser une longue méthode depuis 1997, ainsi Simone Conti, doctorante à NOVA School de la Science et de l’Innovation a décidé d’adopter un look plus sophistiqué. Malheureusement, la modélisation que Conti et ses co-auteurs révèlent dans une étude publiée dans Scientific Reports révèle que les queues d’Apatosaurus ne pouvaient même pas s’approcher de la vitesse requise pour produire une fissure sonique, et aucun de leurs camarades diplodocides non plus. – un groupe composé de membres aussi connus que Brontosaurus et Diplodocus. Néanmoins, ils auraient très probablement pu offrir une piqûre désagréable qui aurait pu décourager même un tyrannosaure à la peau épaisse de mordre.

Conti a utilisé cinq spécimens de diplodocides pour développer une conception d’une queue de sauropode commune. À 12 mètres (39 pieds) de long et pesant 1,44 tonne, le résultat est certainement terrifiant. Les 82 vertèbres, conçues à l’aide de cylindres, créent une polyvalence substantielle et permettent à sa pointe de se déplacer à 30 mètres par seconde (67 miles par heure).

Histoires associées
Les axolotls font-ils du bruit ? Et d’autres animaux pas si silencieux
Les « lions microbiens » sont la branche la plus récente de l’arbre de la vie
Qu’arriverait-il à l’humanité si tous les microbes disparaissaient soudainement ?

>

Aussi menaçant que cela puisse paraître, c’est simplement un dixième de la vitesse du son. Bien que la vitesse du son dans un gaz dépende du niveau de température et de sa composition, l’air n’a pas beaucoup changé au cours des 100 derniers millions d’années environ. Même à ces vitesses, il faudrait que la queue soit plutôt rigide, avec des tendons solides pour soutenir les os.

Publicité

Quand le groupe a essayé de faire bouger sa queue aux 340 m/s nécessaires à l’hypothèse du bang sonique, il s’est cassé. Même lorsqu’ils ont inclus des « poppers » de tissus mous pour jouer un rôle équivalent à la chute d’un coup de fouet, ils ont découvert que Chuck Yeager n’avait pas à s’inquiéter d’avoir été battu par l’arrière d’un dinosaure.

Bien que nous n’ayons pas de queue complète d’aucun diplodocide, nous avons beaucoup de queues partielles, dont aucune n’inclut d’appendices correspondant à la fissuration. Pour cette raison, tout appendice doit avoir été composé de quelque chose qui ne s’est pratiquement jamais fossilisé. Les auteurs ont tenté trois versions, faites respectivement de peau et de kératine (la substance qui comprend les cheveux et les ongles), de mèches tressées de kératine et de tissus mous. Personne ne pourrait s’approcher de franchir le mur du son. La résistance à l’air développée par le popper rendrait plus difficile pour la queue d’atteindre des vitesses élevées.

Plusieurs autres utilisations ont été proposées pour les queues de sauropodes, dont certaines ont actuellement été réfutées. Les possibilités restantes, outre leurs rôles d’armes, incluent des contrepoids pour les longs cous et une méthode permettant aux dinosaures de sentir leur environnement sans avoir besoin de reculer.

Annonce

L’article est en libre accès sur Scientific Reports.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici