vendredi, 12 août 2022

Les régulateurs antitrust de l’UE interrogent les développeurs sur les paiements des applications Google

Les critiques disent que les frais prélevés par Google et les magasins d’applications d’Apple sont déraisonnables et coûtent des milliards aux développeurs chaque année, démontrant la force monopolistique des deux sociétés. Selon les sources, des questionnaires ont été fournis aux développeurs le mois dernier. Certaines des 16 questions du document couvraient les années 2017-2021, tandis que d’autres couvraient les années 2019-2021. Ni la Commission européenne ni n’ont répondu aux demandes de commentaires.

La menace de pour les développeurs

Les applications Play Store qui n’utilisent pas le système de paiement de risquent d’être supprimées depuis juin de cette année. Les questionnaires demandaient aux personnes interrogées si le changement de politique de Google affectait la disponibilité de leurs produits ou services sur le Google Play Store, quelles applications étaient concernées et si cela entravait leur capacité à gagner des utilisateurs sur les appareils Android.

Les inspecteurs voudraient savoir si ce changement a poussé les développeurs à abandonner les modes de paiement alternatifs au profit de  Billing, et si le transfert des clients vers un autre mode de paiement a nui au nombre d’utilisateurs actuels ou à l’accès des développeurs à leurs données.

Questions

Il a été demandé aux développeurs s’ils pensaient qu’ils pourraient fournir un meilleur service ou produit s’ils pouvaient utiliser un système de paiement différent. L’organisme de surveillance de la concurrence de l’UE a également voulu savoir si leur permettait d’utiliser un système de paiement différent, s’ils étaient facturés pour cela et s’ils avaient des réserves quant à la sécurité de leur mode de paiement.

Il a été demandé aux développeurs d’applications si Stripe, Adyen et l’unité PayPal Braintree sont considérés comme des plateformes de paiement alternatives. a déclaré le mois dernier que les développeurs d’applications non liées aux jeux pourraient passer à des systèmes de paiement concurrents pour un prix réduit de 12% au lieu de 15%. Le changement s’applique uniquement aux clients européens et vise à se conformer aux réglementations de l’UE qui entreront en vigueur l’année prochaine.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici