vendredi, 2 décembre 2022

L’ESA veut construire une centrale électrique dans le ciel et envoyer de l’électricité à la Terre

L’Agence spatiale européenne (ESA) réfléchira à l’aspect pratique d’une énorme ferme solaire dans l’espace lors d’une conférence cette semaine à Paris. Si elle est approuvée, une étude de recherche de trois ans commencera pour déterminer si une telle ferme serait possible, rentable et capable de « transférer » sans fil l’énergie vers la Terre.

Bien que le concept ne soit définitivement pas nouveau, il est fréquemment proposé comme une idée mais n’a jamais vraiment vu le jour – il faut que l’étude revienne positive, ce pourrait être la première fois les autorités tentent en fait le plan dynamique.

Annonce

L’effort SOLARIS préparerait une éventuelle décision de commencer le développement de la ferme en 2025, selon l’ESA . Un tel projet aurait pour but de faire face aux limitations fondamentales de l’énergie solaire sur Terre, telles que la façon dont l’énergie ne peut pas être produite pendant la nuit ou sous de gros nuages, en prenant simplement les batteries solaires au-dessus de l’environnement. Cela augmenterait massivement l’efficacité des cellules, la lumière du soleil étant environ 10 fois plus intense dans la zone (grâce à l’environnement), et pourrait être la réponse nécessaire pour atteindre le réseau européen Absolument aucun engagement d’ici 2050.

Naturellement, nous utilisons des panneaux photovoltaïques dans la région depuis des années, donc ce n’est certainement pas une idée ingénieuse ; la partie délicate émerge pour ramener cette énergie vers la Terre.

Histoires similaires
La période de la mégalopole : comment les villes du monde fusionnent
Pendant 2 jours, obtenez simplement un pack de 2 de Microsoft Workplace pour Windows pour le taux le plus bas cette année
Pittcon : la conférence et l’exposition dynamiques et internationales sur les sciences de laboratoire – mars 2023

La la conception de référence et l’idée principale sur la façon dont l’ESA le ferait se font via des micro-ondes de 2,45 ghz. L’énergie serait extraite des cellules photovoltaïques et transmise par micro-ondes à des stations réceptrices sur Terre, appelées « rectennas », qui la transformeraient ensuite en électricité et l’injecteraient dans le réseau.

Publicité

La meilleure partie est qu’une fois la centrale électrique en marche, la cible n’a pas besoin d’être Terre – lorsque les humains arriveront finalement à la colonisation de la Lune, l’énergie pourrait également être envoyée là-bas. Aller au bout de SOLARIS scellerait l’ en tant que « joueur clé – et potentiellement leader – dans la course mondiale vers des options énergétiques propres évolutives », écrit l’ESA. Certaines difficultés doivent encore être traitées : à l’heure actuelle, le satellite et les stations réceptrices devraient être extrêmement, grands ; et les dépenses de nombreux lancements de fusées pour développer quelque chose qui pèse d’innombrables tas en orbite seraient énormes. Il pourrait encore être considérablement moins cher que les services existants pour le même niveau de production d’énergie.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici