samedi, 24 septembre 2022

L’UE propose des pouvoirs d’urgence pour la chaîne d’approvisionnement et inquiète les entreprises

Selon la Commission, le nouvel instrument d’urgence pour le marché unique vise à garantir que les produits essentiels puissent circuler à l’intérieur de l’Union européenne en cas d’urgence, comme la précédente pandémie qui a gravement interrompu certains approvisionnements chaînes.

La vice-présidente exécutive Margrethe Vestager a mentionné que l’outil proposé offrirait à l’UE un moyen inclusif, transparent et rapide pour faire face aux crises futures.

Pouvoirs

Certaines organisations craignent que les politiques proposées ne les obligent à violer des contrats commerciaux. Vestager a tenté d’apaiser les inquiétudes en mentionnant que les pouvoirs ne prévalent pas sur les accords basés sur les autorités de pays tiers, au lieu de ceux réglementés par les lois contractuelles européennes.

BusinessEurope, une organisation de lobbying, a exprimé ses inquiétudes dans un dossier lancé avant la déclaration de l’UE. Selon POLITICO, le dossier examine les restrictions à l’exportation au sein de l’UE.

En vertu de la proposition, la Commission sera habilitée à contraindre les États membres de l’UE à stocker d’importantes réserves de matières premières. Les entreprises seront tenues de divulguer des informations spécifiques sur leur capacité de production et leurs stocks d’articles pertinents pour la crise et de hiérarchiser les commandes de produits vitaux. Les entreprises qui cessent de travailler pour se conformer s’exposent à des sanctions.

Trop loin

Ce gadget est l’inverse d’une économie préparée, selon le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton, qui a ajouté que son objectif est de ne pas suivre en permanence les stars de la finance. Breton a qualifié la proposition de raisonnable, bien équilibrée et transparente.

Les membres de l’UE craignent que la proposition n’aille trop loin en permettant à la Commission de prendre des mesures d’urgence. Les entreprises qui fournissent des informations incorrectes ou trompeuses s’exposent à des amendes pouvant aller jusqu’à 300 000 EUR. Le non-respect d’un ordre de se concentrer sur des articles importants peut entraîner des pénalités régulières de 1,5 % du chiffre d’affaires quotidien typique.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici