samedi, 3 décembre 2022

Un virus vieux de 48 500 ans s’est réveillé à partir de l’ancien pergélisol sibérien

Les scientifiques ont ravivé un certain nombre d’anciens virus qui ont été enfermés profondément dans le pergélisol sibérien depuis l’ère glaciaire. Bien que la recherche semble sans aucun doute risquée, l’équipe pense qu’il s’agit d’une menace qui mérite d’être examinée lorsque l’on considère les périls croissants du dégel du pergélisol et du changement climatique.

Dans un nouvel article, qui n’a pas encore été évalué par des pairs, les chercheurs expliquent comment ils ont identifié et ravivé 13 virus appartenant à cinq clades différents à partir d’échantillons collectés dans l’Extrême-Orient russe glacé.

Publicité

Parmi les prises, ils ont réussi à faire revivre un virus à partir d’un échantillon de pergélisol vieux d’environ 48 500 ans.

Ils ont également ravivé trois nouveaux virus à partir d’un échantillon de caca de mammouth congelé datant de 27 000 ans et d’un morceau de pergélisol bourré d’une grande quantité de laine de mammouth. Ce trio s’appelait à juste titre Mammouth Pithovirus, Mammouth Pandoravirus, et Mammouth Mégavirus.

Deux autres nouveaux virus ont été isolés du contenu de l’estomac congelé d’un loup de Sibérie (Canis lupus), nommés Pacmanvirus lupus et Pandoravirus lupus.

Publicité

Ces virus infectent les amibes, un peu plus que des gouttes unicellulaires qui vivent dans le sol et l’eau, mais des expériences ont indiqué que les virus ont toujours le potentiel d’être des agents pathogènes infectieux. L’équipe a introduit les virus dans une culture d’amibes vivantes, montrant qu’ils étaient encore capables d’envahir une cellule et de se répliquer.

Le projet émane d’une équipe de chercheurs de l’Université d’Aix-Marseille en qui a précédemment ressuscité un virus vieux de 30 000 ans découvert dans le pergélisol sibérien en 2014. Avec le dernier groupe de virus, dont un datant d’il y a 48 500 ans, les chercheurs ont peut-être relancé le virus le plus ancien à ce jour.

« 48 500 ans, c’est un record mondial », a déclaré Jean-Michel Claverie, l’un des auteurs de l’article et professeur de génomique et de bioinformatique à la faculté de médecine d’Aix-Marseille Université Nouveau scientifique .

Publicité

Écrivant dans leur article, les chercheurs expliquent que davantage de travaux doivent se concentrer sur les virus infectant les eucaryotes, notant que « très peu d’études ont été publiées sur ce sujet ». Ils expliquent que la hausse des températures due au changement climatique est susceptible de réveiller de nombreuses menaces microbiennes, y compris des virus pathogènes, d’un passé ancien.

« Comme malheureusement bien documenté par les pandémies récentes (et en cours), chaque nouveau virus, même lié à des familles connues, nécessite presque toujours le développement de réponses médicales très spécifiques, telles que de nouveaux antiviraux ou vaccins », écrivent les auteurs de l’étude.

« Il n’y a pas d’équivalent aux « antibiotiques à large spectre » contre les virus, en raison du manque de processus pharmacologiques universellement conservés dans les différentes familles virales. Il est donc légitime de s’interroger sur le risque que des particules virales anciennes restent infectieuses et se remettent en circulation par le dégel d’anciennes couches de pergélisol », ajoutent-ils.

Publicité

L’article a récemment été publié sur le serveur de préimpression bioRxiv.

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici