dimanche, 2 octobre 2022

Israël va lancer la production de gaz dans un champ contesté avec le Liban

Le Premier ministre israélien s’est en fait engagé à démarrer la production d’un gisement de gaz naturel méditerranéen contesté « le plus rapidement possible », menaçant de faire monter les tensions avec Le Hezbollah libanais.

La déclaration de Yair Lapid lundi dans une déclaration de son bureau est intervenue à un moment délicat des efforts de longue haleine d’un arbitre américain pour régler un différend sur la frontière maritime des nations. Les autorités américaines ont déclaré qu’elles progressaient, mais qu’elles avaient besoin de plus de temps pour parvenir à une solution.

Lapid a déclaré qu’il était « à la fois possible et essentiel » de conclure un contrat avec le Liban, qui, selon lui, profiterait aux deux nations. et « renforcer la stabilité locale ».

Il a déclaré que la production du champ gazier de Karish n’est pas connectée aux colonies et « commencera sans délai, dès que cela sera possible ».

Israël a établi une plate-forme gazière à Karish en juin, déclarant que le champ devient une partie de sa zone financière exclusive reconnue par l’ONU. Le Liban déclare que Karish reste dans les eaux contestées.

En juillet, l’armée israélienne a abattu 3 drones non armés du Hezbollah survolant le champ de Karish.

Le chef du Hezbollah a lancé un avertissement à Israël concernant le différend maritime, affirmant que « toute arme » qui parviendrait à voler la richesse du Liban « sera coupée ».

Le Hezbollah, fortement armé, a a toujours dit dans le passé qu’il utiliserait ses armes pour garantir les droits financiers du Liban.

Pourtant, les autorités du Hezbollah ont déclaré qu’elles approuveraient un accord conclu entre le gouvernement libanais et Israël. Israël considère le Hezbollah comme l’un de ses plus grands risques.

Les deux pays, qui sont officiellement en guerre depuis le développement d’Israël en 1948, revendiquent tous deux quelque 860 kilomètres carrés (330 miles carrés) de la mer Méditerranée.

Le Liban veut relâcher la production de pétrole et de gaz à l’étranger alors qu’il est aux prises avec la pire récession de son histoire moderne.

Source : AP

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici