samedi, 10 décembre 2022

Les conflits entre la Palestine et le Cachemire prennent le devant de la scène à l’ONU où l’Ukraine domine

Deux des différends les plus constants au monde ont ponctué le débat à l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU), l’événement annuel des dirigeants mondiaux différant de la question dominante de la guerre en Ukraine.

Traitant des hostilités à des kilomètres de distance et partageant un peu plus que leurs décennies d’existence, les dirigeants de la Palestine et du Pakistan ont toutefois fourni des messages similaires vendredi, impliquant un voisin—- Israël et L’Inde —- de cruauté et exhorte les dirigeants mondiaux à faire plus.

« Notre confiance en soi dans la réalisation d’une paix fondée sur la justice et le droit mondial est en déclin », a déclaré le président palestinien Mahmoud Abbas. « Voulez-vous tuer ce qui reste d’espoir dans nos âmes ? »

Avec la carrière militaire d’Israël en Cisjordanie dans sa 55e année et aucun pourparlers de paix considérables en 13 ans, c’était austère, voire sans surprise, cynique évaluation. Le Premier ministre israélien a soutenu une option à deux États dans le cadre de son propre discours la veille – mais il n’y a pratiquement aucune possibilité pour un à court terme.

Parler avec l’Assemblée générale des Nations Unies après que le président palestinien, le Premier ministre Shehbaz Sharif du Pakistan, a abordé de la même manière un conflit vieux de 75 ans, accusant l’Inde d’un « projet implacable de répression » au Cachemire administré par l’Inde.

Le Cachemire a été revendiqué par les deux parties étant donné que la ligne directrice britannique du sous-continent a pris fin il y a 75 ans et que le Pakistan et l’Inde sont nés.

Les rebelles de la partie du Cachemire administrée par l’Inde ont luttait contre le régime de New Delhi depuis 1989. De nombreux Cachemiris musulmans soutiennent l’objectif des rebelles d’unir le territoire, soit sous la domination pakistanaise, soit en tant que pays indépendant.

L’Inde qualifie la région himalayenne de « partie importante » de son pays et proteste en y organisant un plébiscite soutenu par l’ONU. Le Pakistan considère le Cachemire comme un service incomplet de la partition et sa « veine jugulaire ».

Sharif a conseillé aux dirigeants mondiaux et à l’ONU de « jouer leur rôle légitime » dans la résolution du combat et a déclaré que l’Inde « doit prendre des mesures fiables  » aussi.

« Au cœur de ce désaccord de longue date se trouve le rejet du droit inaliénable des individus cachemiris à l’autodétermination », a déclaré Sharif, détaillant ce qu’il a appelé le « projet impitoyable de répression » de l’Inde et  » brutalisation en série  » des Cachemiris.

Sharif a accusé l’Inde de ses propres ambitions coloniales en essayant de changer la démographie du Cachemire, passant d’une majorité musulmane à une majorité hindoue.

Le ministre indien des Affaires extérieures, S Jaishankar, pourrait fournir une demande reconventionnelle à Sharif lorsqu’il aura son tour à la tribune samedi.

L’argument change depuis l’Ukraine

Après des jours de dirigeants mondiaux revenant encore et encore en Ukraine, Sharif et Abbas ont proposé une suggestion des autres différends auxquels est confrontée la communauté mondiale.

Tout au long des trois premiers jours et des 104 discours des dirigeants, beaucoup ont critiqué la manière dont la Russie avait en fait réussi à bloquer l’action de l’ONU sur l’Ukraine en raison du fait que du veto exerce en tant que membre irréversible du Conseil de sécurité.

Abbas a attiré l’attention sur le pouvoir d’Israël et de ses alliés, qui, selon lui, ont indiqué que peu importe le nombre de centaines de résolutions adoptées, aucune ne serait exécutée.

 » Le savez-vous ? qui protège Israël contre toute responsabilité ? Les Nations Unies « , a-t-il déclaré dans un discours plus de trois fois la limite de 15 minutes que les dirigeants sont invités à respecter.

L’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Joshua Lavine, a publié une déclaration qualifiant le discours d’Abbas de « tirade remplie de mensonges ».

Source : AP

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici