dimanche, 5 février 2023

L’Inde acquitte près de deux douzaines d’accusés d’avoir tué des musulmans lors d’émeutes au Gujarat

Soulignant l’absence de preuves, un tribunal régional de l’État du Gujarat, dans l’ouest de l’Inde, a acquitté 22 personnes impliquées dans l’élimination de 17 minorités musulmanes lors des émeutes de 2002 .

Sur 22 acquittés, 8 sont décédés, a déclaré l’avocat de la défense Gopal Solanki lors d’un entretien avec la société Anadolu.

« Parce que la mesure préventive a cessé de fonctionner pour découvrir toute preuve contre eux », a ajouté l’avocat.

Le 28 février 2002, l’État du Gujarat a été englouti dans la violence communautaire, tuant à moins de 2 000 personnes, dont la majorité étaient des musulmans, selon des rapports indépendants. La violence avait en fait également atteint le district de Halol, où 17 personnes, dont des enfants, ont été tuées et leurs corps carbonisés au point d’être méconnaissables afin d’empêcher l’examen de la police.

Les émeutes à l’échelle de l’État ont été déclenchées par l’incendie d’un train à Godhra le 27 février 2002, au cours duquel des pèlerins hindous revenant d’Ayodhya ont été brûlés vifs. Les musulmans ont été blâmés pour l’incendie, mais plusieurs sondes ont contesté cette idée, affirmant que le feu n’avait pas été allumé par une foule de musulmans en colère mais par un inconnu qui se tenait « dans le passage du compartiment » et a utilisé une grande quantité de -liquide inflammable pour déclencher l’incendie mortel.

Le jugement du tribunal intervient à un moment où le gouvernement indien a en fait interdit tout contenu de médias sociaux lié au premier épisode de la série de la BBC– India : The Modi Question– après avoir proclamé l’état d’urgence en vertu de la nouvelle loi sur les technologies de l’information la semaine dernière.

Le documentaire concerne la gestion du Premier ministre indien Narendra Modi en tant que premier ministre de l’État du Gujarat occidental lors des émeutes de 2002 qui ont tué plus de 1 000 personnes, principalement des musulmans.

Auparavant, le ministère des Affaires étrangères du pays avait expliqué le documentaire comme une pièce de propagande développée pour pousser un récit particulier discrédité.

Source : TRTWorld et entreprises

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici