jeudi, 29 juillet 2021

Maintenant que Hariri a démissionné, quelle est la prochaine étape pour le Liban ?

À la suite de l’échec de la formation d’un gouvernement fédéral dirigé par Saad al Hariri, l’attention s’est maintenant tournée vers la question de savoir qui le remplacera au milieu de scénarios sociaux et économiques de plus en plus désespérés.

Au cours des 9 mois du retour de Saad al Hariri sur la scène politique libanaise en tant que Premier ministre désigné suite à la démission d’Hassan Diab à la suite de l’explosion dévastatrice au Port de Beyrouth, la situation socio-économique et politique du Liban est en fait entrée dans une spirale descendante à un taux d’accélération relativement exponentiel.

Avec la lire libanaise valant maintenant 21 150 pour un dollar américain, et plus de 50 pour cent du population vivant sous la ligne de démarcation, les clients potentiels de la protection même d’un certain type de secours à court terme sont considérablement lamentables.

De la démission de Diab le 8 août 2020 à la déclaration de Hariri selon laquelle les évaluations parlementaires avaient atteint leur dernier obstacle après neuf mois d’une infructueuse Et finalement des colonies inutiles, les Libanais ont en fait vu ce qui équivaut à une année de temps perdu au milieu de ce que la mondiale a qualifié de l’une des pires récessions que le monde ait connues au cours des 150 dernières années.

Dans tout cela, ce qui est clair, c’est que le pays reste dans un interrègne long et difficile à l’approche des prochaines élections qui, indépendamment des affirmations contraires, le spectre de Hariri ne s’éloignera pas de sitôt.

Pourquoi Hariri a-t-il démissionné maintenant ?

Le président libanais Michel Aoun et Gebran Bassil, gendre du président et leader du Mouvement patriotique libre, refusent de fléchir aux conditions de Hariri ont peut-être franchi une ligne rouge dans la politique libanaise. En contredisant les conditions de la personnalité politique sunnite la plus puissante du pays, la probabilité qu’elle puisse conjurer un cabinet pratique sous une figure sunnite de son choix est effectivement nulle.

Un aspect important de l’échec à former un gouvernement, c’est qu’Aoun a systématiquement rejeté les noms avancés par Hariri. La constitution libanaise n’est pas claire sur la mesure dans laquelle le président peut influencer la nomination des ministres, ce qui a été intensément utilisé par les deux parties dans le différend.

Aoun insiste sur le fait qu’il a la prérogative d’avoir un mot équivalent sous la forme de tout gouvernement potentiel. Son camp analyse la constitution comme donnant au président une autorité bien au-delà de la simple approbation passive des choix du Premier ministre désigné.

Le camp de Hariri, et les principaux acteurs du voisinage politique sunnite d’ailleurs, pensent que le Premier ministre désigné a la prérogative de former le gouvernement selon ses désirs et bien qu’ils reconnaissent tacitement que le président peut demander des changements à l’occasion, la constitution ne lui accorde pas le pouvoir de former de facto le gouvernement en refusant à plusieurs reprises la composition suggérée .

À ce stade, on ne sait pas qui pourrait succéder à Hariri en tant que Premier ministre désigné, bien que de nombreux noms aient en fait été dérivés, notamment l’ancien Premier ministre Najib Mikati et l’ancien ministre Faisal Karami.

Il est probable, néanmoins, que Hariri pense qu’Aoun et Bassil ont intentionnellement cherché à affaiblir ses efforts à cause de leur compétition politique continue, et parfois extrêmement individuelle.

L’avenir de Hariri Motion, la principale célébration politique sunnite dans le paysage politique sectaire du Liban, a déclaré qu’ils n’appelleraient aucune nouvelle perspective, ce qui ne fait que contribuer à l’incertitude politique de la nation.

Il reste peu probable qu’une véritable figure sunnite quartier, dans lequel le Premier ministre libanais doit être choisi, offrira des conditions suffisamment différentes pour sortir de l’impasse existante.

A terme, les seuls candidats qu’Aoun et Bassil devront fournir seront les avatars d’Hassan Diab — l’actuel Premier ministre par intérim du pays — et manquera d’authenticité avec l’establishment politique sunnite.

En guise de présentation de l’impact que Hariri continuera d’exercer sur la politique libanaise, son refus de soutenir pleinement celui qui porte le nom lui rendra pratiquement impossible de découvrir un candidat qui a une chance raisonnable de former un gouvernement fédéral qui peut, au minimum, commencer à s’attaquer aux défis à court terme les plus urgents de la nation.

Cela reste un di il est possible qu’Hariri cherche à entraver intentionnellement la procédure de formation du gouvernement fédéral à l’avenir, à la recherche d’un levier pour les élections prévues pour le printemps prochain.

Dans le cas peu probable où Hariri soutiendrait sincèrement le choix du parlement de réussir lui, la probabilité qu’ils s’écartent suffisamment de la ligne de Hariri pour percer le blocage d’Aoun-Bassil est nulle avec succès, sinon Hariri ne les approuverait pas en premier lieu.

Comme si le scénario au Liban pouvait empirer, l’échec probable de nommer rapidement un remplaçant réaliste et légitime pour Hariri entraînera inévitablement une plus grande déstabilisation du pays et jettera les bases pour les pouvoirs politiques en place d’utiliser le stress sectaire dans un effort pour obtenir l’aide de leur particulier bases politiques dans ce qui a le potentiel d’être une escalade dangereuse.

Bien sûr, ceux qui souffriront le plus sont le peuple libanais. Aucun gouvernement, ou aucun gouvernement fédéral ayant une chance raisonnable de faire avancer les préoccupations essentielles, ne suggère aucun développement sur les réformes économiques qui à son tour n’indique aucune aide de la communauté internationale.

Le « nœud gordien » du Liban caractéristiques locales-régionales

Au Liban, la situation domestique est intimement liée aux caractéristiques locales. N’étant pas ouvertement impliqué dans le différend Hariri-Aoun/Bassil, il est largement admis que Hariri comptait sur le Hezbollah pour utiliser son influence vis-à-vis d’Aoun et de Bassil afin de faciliter la procédure de formation du cabinet.

Cependant, plusieurs facteurs nationaux et régionaux ont rendu tout cela difficile, notamment l’objection du parti à risquer un conflit avec le président ou son gendre sur quelque chose que ces deux derniers ont clairement considéré comme politiquement vital.

L’essentiel ici est que le Hezbollah était et reste peu disposé à défier un président qui continue de fournir une couverture importante pour les armes du Hezbollah et finalement ses activités locales, en particulier dans un environnement dans lequel le parti a le plus à perdre de l’un des principaux acteurs politiques du Liban.

Avec l’ascendant du Hezbollah, et donc de l’Iran dans le pays, les bailleurs de fonds financiers et politiques habituels du Liban dans les États du Golfe hésitent à apporter leur soutien à un État dans lequel l’Iran les alliés détiennent manifestement l’avantage.

Le 18 juillet, l’ancien rédacteur en chef du journal saoudien Asharq Al Awsat a rédigé un article d’opinion exigeant qu’Aoun suive les traces de Hariri et démissionne. Dans le cadre de sa critique, il a écrit que :

« La position arabe et du Golfe est rationnelle et logique. Pourquoi continueraient-ils à soutenir un État qui n’est pas un État […] et est simplement un terre détournée par les armes du Hezbollah iranien ? […] Pourquoi l’Iran ne soutient-il pas le Liban et soutient-il simplement le Hezbollah ? »

Comme Aoun, Hariri a également proposé une couverture globale pour le Hezbollah, ce qui a causé du stress avec Riyad en particulier. Ses liens étroits avec le monde arabe sunnite en général et ses excellentes relations avec la et les signifient que le Hezbollah tient à le maintenir politiquement déséquilibré.

Alors que les discussions sur le remplacement d’Aoun s’intensifient, le Hezbollah pourrait souhaitent voir Bassil devenir président sur le prochain personnage le plus probable, Suleyman Franjieh. Franjieh est proche du syrien Bachar al Assad et une présidence de Franjieh signalerait probablement un retour à un rôle plus important au Liban, en grande partie aux dépens de l’Iran. Comme Michael Young de Carnegie Middle East l’a récemment composé dans un éditorial pour the National :

« Pour le Hezbollah, tout ce qui diminue l’emprise dominante de l’Iran sur le Liban est indésirable. Le parti concerne probablement La Syrie en tant que concurrent potentiel, avec l’avantage d’avoir ses propres sympathisants sur le terrain. Cela peut expliquer pourquoi le Hezbollah hésitait tant à pousser M. Aoun et M. Bassil sur un tout nouveau cabinet. « 

En tout état de cause, comme l’ont expliqué à plusieurs reprises divers analystes, journalistes, universitaires, militants et membres de la société civile libanais, même avant que la crise actuelle ne frappe en 2019, rien de substantiel ne changera dans le pays tant que le système existant restera en place. Le système lui-même est la cause ultime de la crise et pour cette raison ne peut pas être réparé par lui.

À court terme, la nation a désespérément besoin d’un gouvernement qui peut, au minimum, débloquer le monde promis une aide qui fournirait une aide à court terme. À plus long terme, un sang politique flambant neuf doit être injecté dans le système existant afin d’amorcer son changement.

Il s’agit d’une méthode systématique de modification, et non de révolution, comme le démontre le récent succès électoral d’Aaref Yassine en tant que président de l’Ordre des ingénieurs et designers, un triomphe clair et décisif pour une union de groupes d’opposition sur les partis de jugement du Liban.

Le seul véritable espoir à long terme du Liban de sortir de son enjeu actuel réside précisément dans la capacité du sang politique nouveau à se mobiliser efficacement. En attendant, Hariri, Aoun, Bassil, le Hezbollah et les autres continueront de donner la priorité à leurs propres intérêts sur ceux de leurs individus.

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici