vendredi, 9 décembre 2022

Six anciens employés d’un journal de Hong Kong plaident coupables dans une affaire de manifestations contre la Chine

Six anciens membres du personnel du journal hongkongais aujourd’hui disparu, Apple Daily, ont plaidé coupables de collusion avec des « étrangers ». forces » pour affaiblir la sécurité nationale de la Chine tout au long des manifestations anti-Pékin de 2019 qui ont balayé le centre névralgique de la finance.

L’éditeur Cheung Kim-hung, l’éditeur associé Chan Pui-man, le rédacteur en chef Ryan Law, Le rédacteur en chef exécutif Lam Man-chung et les rédacteurs en chef Fung Wai-kong et Yeung Ching-kee ont avoué mardi qu’ils avaient en fait conspiré avec le créateur du journal Jimmy Lai pour appeler à l’imposition de sanctions ou de blocus, ou participer à d’autres activités hostiles contre Hong Kong ou la Chine.

Ils ont été appréhendés l’année dernière après que Pékin a appliqué la sévère loi sur la sécurité nationale pour réprimer les croyances anti-nationales sur le territoire indépendant de la Chine.

La loi criminalise actes de sécession, de subversion, de terrorisme et de collusion avec des forces étrangères et passible d’une peine maximale d’emprisonnement à perpétuité j tout le temps. Les 6 devaient recevoir des sanctions moins sévères en raison de leur plaidoyer de culpabilité.

Les procureurs de district ont allégué que trois entreprises associées à Apple Daily ont également été associés au complot du 1er juillet 2020 – le lendemain de l’introduction de la loi sur la sécurité nationale – au jour de la dernière édition imprimée du journal le 24 juin 2021.

Ils ont indiqué la version anglaise de la publication, déclarant qu’elle avait été introduite par Lai pour la fonction de demander aux forces étrangères d’imposer des sanctions ou d’être hostiles à Hong Kong ou à la Chine. Ils ont dit que Lai était le cerveau du complot et que les six avaient agi pour mettre en œuvre les stratégies. Après la promulgation de la loi sur la sécurité, l’Apple Daily a condamné la législation comme une « loi méchante » et a exigé de la résistance, ont-ils ajouté.

Lai et les trois sociétés devaient plaider non coupables de leur accusation et leur procès est arrangé pour commencer le 1er décembre. S’il est reconnu coupable, Lai risque la réclusion à perpétuité. Si l’entreprise est déclarée coupable, elle pourrait être condamnée à une amende et les revenus tirés de l’activité criminelle seraient prélevés.

Après avoir entendu leurs plaidoyers et le dossier de l’accusation, un juge de la Haute Cour a condamné les 6. Leurs peines seraient prononcées après le procès de Lai.

Source : AP

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici