mardi, 7 février 2023

Carte SIM ou ID ? Les derniers changements présentent les Ghanéens avec une nouvelle perplexité

 

Le plan du Ghana visant à imposer l’enregistrement d’une pièce d’identité pour que les cartes SIM continuent de fonctionner a pris une nouvelle tournure : les personnes sans carte du Ghana ne verront plus leur téléphone coupé. Cette décision peut être bien accueillie par beaucoup, mais elle est apparemment en contradiction avec l’argument du gouvernement selon lequel l’ensemble du programme vise à réduire la fraude et la criminalité.

Sans le changement, MTN Ghana devrait à lui seul désactiver 5,7 millions d’abonnés – un quart de ses clients – pour éviter les amendes.

Les autorités ghanéennes ont accordé des exemptions au bloc SIM pour ceux qui n’ont pas encore de carte du Ghana, la seule forme d’identification acceptée pour l’enregistrement d’une carte SIM. Alors que ceux qui ont une carte du Ghana mais qui n’ont effectué que la première étape pour lier l’ID et la carte SIM et non la deuxième étape de l’enregistrement biométrique, ainsi que les titulaires de la carte du Ghana qui n’ont fait aucune étape, verront leur carte SIM bloquée.

Ou encore, peut-être pas.

Après une longue série de délais menacés, le plus récent, le 30 novembre 2022 (les services de données étant bloqués à partir du 20 novembre), semble avoir été respecté.

Le gouvernement a lancé des applications et les principaux réseaux mobiles ont proposé des heures d’ouverture prolongées pour répondre à la demande d’enregistrement biométrique, mais des millions de personnes semblent sur le point de perdre leurs connexions téléphoniques. Le gouvernement tient à exprimer des réductions de la fraude déjà perceptibles.

Répit potentiel et nouvelle zone grise

« Pour ceux qui n’avaient pas leurs cartes du Ghana et n’ont pas pu s’enregistrer, ces personnes seront exemptées de toute mesure punitive en attendant que la NIA [Autorité nationale d’identification] leur donne leur carte du Ghana », Nana Defie Badu, directrice for Consumer and Corporate Affairs de la National Communications Authority a déclaré au Joy News AM Show le 1er décembre : rapporte Joy Online.

Le directeur a poursuivi en disant qu’il peut également y avoir des exemptions pour ceux qui n’ont réussi que la première étape. « Nous reconnaissons qu’il y a des gens qui ont réellement fait l’étape où ils ont réellement lié la carte SIM à la carte du Ghana, mais malheureusement, après avoir fait cela, leur carte du Ghana a été perdue, endommagée ou sans faute de leur part, ils n’ont pas pu continuer à faire deuxième étape.

« Ainsi, pour ces personnes, nous leur avons en fait demandé d’engager la NCA en appelant notre numéro sans frais. Une fois que nous aurons mené une enquête et vérifié le problème, ces personnes seront également inscrites sur la liste d’exclusion en attendant qu’elles obtiennent la réémission de leurs cartes du Ghana. »

Les dernières annonces voient un adoucissement depuis les déclarations précédentes. Une mise à jour du 11 novembre du ministère des Communications a déclaré que 30 millions de cartes SIM avaient franchi la première étape, consistant à être liées à une carte du Ghana. Au 9 novembre, près de 21 millions de personnes avaient terminé l’association avec la Ghana Card et l’enregistrement biométrique, soit 70 % des cartes SIM.

L’avis indiquait que l’une des principales raisons pour lesquelles les personnes se débattaient avec l’étape de la biométrie était que les gens avaient utilisé les cartes ghanéennes d’autres personnes pour lier leurs cartes SIM. Les vendeurs de cartes SIM peuvent également avoir enregistré de nouvelles cartes SIM contre les identifiants d’autres personnes, à leur insu. « Leur incapacité à terminer la phase deux atteste de la robustesse du processus d’authentification conçu dans l’architecture d’enregistrement SIM. Il débusquera tous les faux. Vous ne pouvez pas utiliser la Ghana Card de quelqu’un d’autre pour enregistrer votre carte SIM. »

Neuf jours avant la date limite et un jour après que les blocs de données auraient dû commencer, la Haute Cour s’est prononcée en faveur de l’ANC dans une affaire intentée par neuf demandeurs pour abandonner le délai et les sanctions. La Cour a conclu que la NCA a le mandat légal de mener l’exercice, que la loi permet à la Ghana Card d’être la seule pièce d’identité applicable et que la sécurité nationale et la prévention du crime rendent l’exercice impératif.

La Chambre des télécommunications du Ghana, composée des principaux opérateurs AirtelTigo, MTN et Vodafone, a déclaré que ses membres « ont investi massivement dans des arrangements pour garantir que les abonnés qui ont leurs cartes du Ghana et sont prêts à s’enregistrer, s’enregistrent » dans un déclaration le 22 novembre.

La NCA a annoncé deux applications pour aider les gens à enregistrer eux-mêmes leur carte SIM. Les utilisateurs signalent des problèmes sur les réseaux sociaux, tels que le fait qu’ils ne sont disponibles que sur Android et qu’il est difficile de payer les frais dans l’application.

Les opérateurs mobiles vont perdre des millions d’abonnés

MTN Ghana a annoncé que sur ses 22,1 abonnés, 16,4 millions avaient rempli les deux étapes, laissant 5,7 millions éligibles à la désactivation, rapports Connecting Africa. Cependant, l’impact peut être moins important que ne le suggèrent les chiffres.

« Les abonnés concernés représentent environ 3 à 4 % des revenus des services de MTN Ghana sur une base annualisée, et moins de 1 % des revenus des services du groupe MTN », cite Connecting Africa.

Ceux dont les numéros MTN Ghana sont désactivés peuvent les réactiver en se soumettant à un enregistrement biométrique dans les six prochains mois, rapports Data Center Dynamics. Il rapporte que le Ghana représente environ 10 % des revenus totaux de MTN, derrière seulement le Nigeria et son pays d’origine, l’Afrique du Sud.

Un stratagème similaire au Nigeria a vu le groupe MTN perdre 7,5 millions d’abonnés, soit 10 % de sa clientèle. Il a également dû payer une amende de 5,2 milliards de dollars US à Autorités nigérianes pour des enregistrements non enregistrés ou incomplets de cartes SIM en 2015. L’amende de 1 040 milliards de nairas a été réduite à 330 millions de nairas.

Le cours de l’action MTN ne semble pas avoir pris le même coup avec les nouvelles au Ghana que lors des développements précédents au Nigeria, rapporte le nouveau télégraphe du Nigeria.

1,5 million de clients d’AirtelTigo sont également dans la zone crépusculaire d’avoir lié leur carte SIM à une carte mais n’ont pas subi d’enregistrement biométrique, rapporte Business Ghana.

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici