jeudi, 21 octobre 2021

L’infrastructure d’identification numérique élargit les économies, l’effort en vaut la chandelle – panel

Dans une tournure intéressante, un bureaucrate d’un petit pays d’Afrique de l’Ouest a des conseils sur la mise en place d’identités numériques dans les pays développés. Bâtissez la confiance, soyez intégré numériquement et soyez audacieux.

Le message a été délivré par Cina Lawson, ministre togolaise de l’Économie et de la Transformation numériques. Elle était panéliste cette semaine dans une discussion du Forum économique mondial (vidéo ici) sur la façon de faire évoluer les infrastructures publiques numériques. Un éditorial récent d’un membre du projet WEF a également exploré le potentiel de l’identité numérique autosouveraine pour rendre le contrôle aux individus.

Le panel sur l’infrastructure numérique comprenait également un cadre du groupe Telenor, une entreprise multinationale de télécommunications appartenant à l’État norvégien, et de l’Agence norvégienne de coopération pour le développement, un groupe d’investissement gouvernemental.

Tous les membres du panel ont convenu que la connectivité et l’interopérabilité numériques doivent devenir universelles dans l’intérêt d’une large croissance économique. Et la transparence est essentielle au succès, et elle peut être atteinte dans des projets d’infrastructure privés-publics.

Sigve Brekke, PDG de Telenor, a déclaré qu’il était difficile de convaincre les gouvernements que leurs économies nécessitent un accès universel à Internet, de préférence par téléphone. C’est le fondement d’une économie numérique, a-t-il déclaré.

Cela peut sembler être un cadeau extravagant, en particulier lorsque de nombreux pays ne disposent pas d’un assainissement universel. (Telenor est active dans les services d’d’identification numérique.)

Créer une fondation numérique est nécessaire dans les économies en développement, a convenu Bård Vegar Solhjell, secrétaire général du agence de développement, et cette fondation doit être aussi intégrée que possible. Non seulement entre les agences de l’État, a-t-il déclaré, mais aussi au-delà des frontières afin que les systèmes biométriques, y compris l’infrastructure d’identification numérique, puissent être partagés de manière rentable.

Il existe déjà des projets numériques partagés analogues. Solhjell a souligné DHIS2, ou District Health Information Systems version 2, qui a été lancé en 1994 en Afrique du Sud et est maintenant dirigé par l’Université d’Oslo.

Il a noté que le Sri Lanka avait utilisé la plate-forme internationale open source pour créer un COVID application de suivi désormais utilisée dans 50 pays.

L’expérience de

Lawson en la matière découle d’une programme tout numérique pour les togolais — la création d’un revenu de base universel. Les restrictions de voyage empêchaient même une grande partie de la population de se rendre au travail, et l’économie vacillait dangereusement.

Le gouvernement a collecté des informations, telles que l’occupation, à partir de ce que le Togo a de plus proche d’une carte d’identité nationale : les cartes d’identification des électeurs, qui sont distribuées gratuitement et détenues par 93 % des adultes. (Les pièces d’identité nationales réelles sont payantes et ne sont donc détenues que par 30 % des adultes, selon Lawson.)

Elle a déclaré que les pays en développement comme le sien ont des obstacles pour changer les mêmes que n’importe quel pays, mais moins que ceux des économies développées. Elle a encouragé les dirigeants mondiaux à faire preuve d’audace dans la création d’infrastructures numériques.

Les récompenses sont des économies qui sont plus larges et, du moins jusqu’à présent, plus stables que celles entravées par les silos de services numériques.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici