lundi, 5 décembre 2022

Brexit : une délocalisation «plus lente mais continue» de la finance britannique vers l’UE

Selon les dernières estimations d’EY’s Financial Services Brexit Tracker, les entreprises de services financiers ont prévu de transférer environ 1,3 billion de livres sterling d’actifs du Royaume-Uni vers l’UE depuis le référendum sur le Brexit.

Près de 7 600 emplois sont également délocalisés, les destinations les plus prisées étant Dublin et Luxembourg.

Le flux d’entreprises de services financiers prévoyant de déplacer des emplois et des actifs hors du Royaume-Uni a considérablement ralenti ces derniers mois, alors que les dirigeants des deux côtés entament un nouveau cycle de discussions sur la coopération réglementaire post-Brexit qui devrait définir la relation future. .

Ce ralentissement a conduit à la délocalisation de seulement 100 emplois et 100 milliards GBP d’actifs au cours des cinq derniers mois, selon le cabinet de conseil.

«Les sociétés de services financiers à travers l’ ont encore un certain nombre de chapitres à écrire avant de pouvoir clôturer le livre sur le Brexit», déclare Omar Ali, associé directeur des services financiers EMEIA pour les services clients chez EY.

«Après l’obstacle majeur de la mise en place de nouveaux hubs européens, le temps des annonces de délocalisation des actifs et des emplois semble passé et sera probablement remplacé par le mouvement plus lent mais continu de personnes et d’actifs vers l’ à des fins de conformité», déclare Ali.

Le grand secteur des services financiers du Royaume-Uni a été coupé de son plus gros client, l’UE, depuis la fin de la période de transition du Brexit par un accord commercial qui n’a pas réussi à aborder le secteur.

L’UE a jusqu’à présent nié l’équivalence des services financiers britanniques, privant ainsi Londres du libre accès aux marchés de l’Union. Cela a contribué à ce que Londres soit dépassée par Amsterdam en tant que plus grand centre d’échange d’actions en euros en en février.

Selon la couverture sectorielle d’EY, 43% des entreprises de services financiers ont déménagé ou prévoient de déplacer certaines activités britanniques en Europe.

De nombreuses entreprises européennes envisagent également d’ouvrir des bureaux au Royaume-Uni pour la première fois, dans le but de préserver l’accès aux marchés du pays. Les demandes d’accès à l’information soumises par le cabinet de conseil financier Bovill ont révélé que 1500 gestionnaires de fonds, sociétés de paiement et assureurs avaient demandé l’autorisation de continuer à opérer au Royaume-Uni après le Brexit, dont les deux tiers n’avaient pas de bureaux antérieurs en Grande-Bretagne.

En janvier, le groupe de réflexion New Financial a déclaré que les services financiers britanniques connaissaient une «première vague» de délocalisations, prévoyant que le nombre d’emplois déplacés pourrait passer à environ 35 000 emplois à moyen terme.

«La plus grande menace pour le Royaume-Uni à moyen terme est que l’UE essaie de forcer davantage d’entreprises à délocaliser», écrit William Wright, directeur général de New Financial.

Wright dit que l’UE a été explicite en accordant l’équivalence pour la compensation qu’elle attend des entreprises qu’elles augmentent leur activité de compensation locale dans l’UE. Wright note également que le bloc examine également les changements potentiels du régime de délégation dans la gestion d’actifs, qui «pourraient à terme forcer davantage la gestion d’actifs (plutôt que simplement le domicile d’un fonds d’investissement) à se délocaliser».

«Il est probable que l’UE utilisera les prochains mois pour clarifier ce qui peut et ne peut pas être fait à partir de Londres.»

Le Royaume-Uni et l’UE discutent actuellement d’un «protocole d’accord» sur les services financiers, que Downing Street espère terminer d’ici la fin du mois de mars.

Ali estime que les pourparlers en cours contribueront à atténuer l’incertitude qui est «une épine dans le flanc du secteur depuis près de cinq ans».

Il insiste sur la nécessité de prioriser les domaines clés au-delà du passeport et de l’équivalence, en abordant «des questions beaucoup plus complexes impliquant des données, des capitaux, des talents qualifiés et des coûts de frottement, qui doivent être réglés».

Un nombre croissant de plus d’un quart ont déclaré publiquement que le Brexit avait un impact ou aura un impact négatif sur leur activité, selon EY.

«Pour l’avenir, le Royaume-Uni, en tant que centre financier mondial de premier plan, se concentrera autant sur l’établissement de relations et la concurrence avec les marchés au-delà des frontières européennes que sur la construction de ses nouvelles relations avec l’UE», déclare Ali.

Il note qu’il y a déjà beaucoup d’activités en cours, avec des examens du régime britannique de cotation et du secteur britannique des FinTech cherchant à renforcer la position mondiale du pays, et un nouvel agenda réglementaire axé sur l’ESG et la finance durable.

«Alors que tous les marchés se tournent vers l’avenir, les accords commerciaux à venir jetteront les bases d’une nouvelle ère de services financiers mondiaux», déclare Ali.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici